____________________________________________________

Vendredi, Elizondo a déclaré à POLITICO qu’il pensait que la combinaison d’un flux constant de nouveaux rapports UAP au cours des derniers mois et de la pression du Congrès avait contraint les dirigeants militaires à être plus agressifs sur une question qui, historiquement, a porté une stigmatisation significative mais qui est maintenant beaucoup plus courante. .

Politico

____________________________________________________

Rassurez vous, nous n’allons pas publier tous les articles qui parlent de l’officialisation par le DoD d’un groupe de recherches, qui doit exister depuis belle lurette. Mais Politico, c’est Politico, alors on ne va pas se priver de ce plaisir !

Lien vers l’article :

https://www.politico.com/news/2020/08/14/ufo-pentagon-task-froce-395683

____________________________________________________

Proposition de traduction :

Le Pentagone, sous la pression croissante du Congrès, a déclaré vendredi qu’il avait établi un nouvel organe de haut niveau pour enquêter sur les rapports de “phénomènes aériens non identifiés” à la suite de multiples incidents ces dernières années d’OVNIS qui auraient pénétré dans l’espace aérien militaire.

Le groupe de travail sur les phénomènes aériens non identifiés a été créé par le secrétaire adjoint à la Défense David Norquist le 4 août, renforçant un effort qui, depuis 2018, relève de la compétence du Bureau du renseignement naval, ont déclaré des responsables.

“Le ministère de la Défense a créé l’UAPTF pour améliorer sa compréhension et mieux comprendre la nature et les origines des PAN”, a déclaré la porte-parole du Pentagone Susan Gough dans un communiqué. “La mission du groupe de travail est de détecter, d’analyser et de cataloguer les PAN qui pourraient potentiellement constituer une menace pour la sécurité nationale américaine.”

La nouvelle attention de haut niveau a été annoncée par Lue Elizondo, qui était impliqué dans un précédent programme de recherche sur les ovnis du Pentagone connu sous le nom de Advanced Aerospace Threat Intelligence Program, ou AATIP, qui a été interrompu en 2012.

Elizondo a démissionné en 2017 en partie en raison de la frustration que les hauts responsables du Pentagone ne prenaient pas assez au sérieux une série de rencontres inexpliquées, y compris celles vécues par des pilotes qui décollaient des porte-avions USS Nimitz et Theodore Roosevelt en 2004 et 2015 qui ont signalé des manœuvres d’avions inconnus de manière à semblait défier l’aérodynamique.

“C’est précisément le résultat escompté de ce que nous essayions de réaliser dans le cadre de l’AATIP”, a déclaré Elizondo à POLITICO après l’annonce.

POLITICO, avec le New York Times, a d’ abord rendu compte de l’existence de l’AATIP et de l’incident de Nimitz en 2017.

L’année dernière, la marine a déclaré qu’elle mettait à jour ses directives de déclaration pour de telles observations afin de collecter de nouvelles données de manière plus complète. Et plus tôt cette année, il a officiellement rendu publiques trois vidéos des incidents de Nimitz et Roosevelt.

L’annonce du Pentagone vendredi intervient également plusieurs semaines après que la version du Sénat de la loi sur l’autorisation du renseignement a exigé du directeur du renseignement national et du secrétaire à la défense, travaillant avec divers services de renseignement et d’application de la loi, de préparer un rapport public sur les conclusions du gouvernement sur le Problème UAP.

“Nous avons des choses qui survolent nos bases militaires et les endroits où nous menons des exercices militaires, et nous ne savons pas ce que c’est et ce n’est pas la nôtre, c’est donc une question légitime à poser”, le sénateur Marco Rubio (R- Fla), président par intérim du panel du renseignement, a déclaré à WFOR-TV à Miami le mois dernier.

“Franchement, si c’est quelque chose d’extérieur à cette planète, cela pourrait en fait être mieux que le fait que nous ayons vu une sorte de saut technologique de la part des Chinois ou des Russes ou d’un autre adversaire”, at-il ajouté.

Le bureau de Rubio n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire.

Vendredi, Elizondo a déclaré à POLITICO qu’il pensait que la combinaison d’un flux constant de nouveaux rapports UAP au cours des derniers mois et de la pression du Congrès avait contraint les dirigeants militaires à être plus agressifs sur une question qui, historiquement, a porté une stigmatisation significative mais qui est maintenant beaucoup plus courante. .

“Ils ne peuvent plus l’ignorer”, a déclaré Elizondo. “Ils ont l’air de cacher quelque chose au peuple américain. Ne pas prendre cela plus au sérieux est désormais un handicap.”

Les plans du nouveau groupe de travail ont été rapportés pour la première fois par CNN jeudi.

Gough, la porte-parole du Pentagone, a déclaré vendredi qu’elle ne pouvait pas fournir de détails sur le nombre de membres du personnel ou les agences affectées à la nouvelle opération.

Mais elle a expliqué que c’était une conséquence des efforts de recherche entrepris par la branche de renseignement de la marine et que le service continuera à jouer un rôle de premier plan.

“Le Département de la Marine, sous la tutelle du Bureau du Sous-Secrétaire à la Défense pour le renseignement et la sécurité, dirigera l’UAPTF”, a indiqué son communiqué.

Dans un courriel de suivi, elle a ajouté que << puisque la majorité des rapports récents sur les observations de l’UAP provenaient d’aviateurs navals, depuis environ 2018, le ministère de la Marine mène des évaluations de l’incursion d’UAP dans les champs d’entraînement [du ministère de la Défense] et dans l’espace aérien désigné. . “

“Au cours de l’année dernière, le DoD a entrepris des efforts pour officialiser le bon travail accompli par la Marine pour le DoD”, a-t-elle ajouté. “Le secrétaire adjoint Norquist a approuvé la création de l’UAPTF le 4 août 2020.”

Dans l’annonce officielle de vendredi, Gough a également expliqué que “la sécurité de notre personnel et la sécurité de nos opérations sont d’une importance capitale”.

“Le ministère de la Défense et les départements militaires prennent très au sérieux toute incursion d’aéronefs non autorisés dans nos champs d’entraînement ou notre espace aérien désigné et examinent chaque rapport”, ajoute le communiqué. “Cela inclut les examens des incursions qui sont initialement signalées comme UAP lorsque l’observateur ne peut pas immédiatement identifier ce qu’il ou elle observe.”