_________________________________________________________

Superbe cadeau de Baptiste Friscourt, qui a traduit, transcrit et enregistré une version audio de l’ITW de Leslie Kean et Ralph Blumenthal par Project Unity le 25 Juillet 2020 !

Un sacré boulot, on vous invite à écouter / lire / voir les deux le travail de Baptiste.

Lien vers le YouTube :

_________________________________________________________

Lien vers le podcast :

https://www.podbean.com/media/share/pb-xrv35-e52a4d?fbclid=IwAR1H78FHEYRj9oRRXKGDGwIYxdqG1sLyXmWDieWTQCS7soSrOC15HTIb66U

_________________________________________________________

INTERVIEW

PROJECT UNITY – RALPH BLUMENTHAL – LESLIE KEAN

25 JUILLET 2020

Traduction

B.F. 31 JUILLET 2020

Contexte   :

Depuis 2017, Leslie Kean et Ralph Blumenthal sont auteurs d’une série d’articles publiés dans le New YorK Times. Ces articles traitent des liens entre les OVNIs et des différents services gouvernementaux qui y sont confrontés. Jay les reçoit dans une interview portant sur leur dernier article.

Projet Unity – Jay   : Ufologue, fondateur du projet Unity, expérimentateur CE5

Leslie Kean   :   Journaliste,  Auteur de UFOs: Generals, Pilots and Government Officials Go on the Record

Ralph Blumenthal   : 45 ans d’ancienneté en tant que journaliste au New York Times, chef de la division sud-ouest des Etats Unis et correspondant de l’état du Texas, récompensé par trois prix pour ses articles.

New York Times   : Fondé en 1851, 3ème journal des Etats Unis, 18 ème mondial, 130 prix Pullitzer à son actif.

TTSA   : Entreprise fondé en 2017 constituée d’une maison d’édition et de groupes de recherches sur les OVNI et les métamatériaux

Luiz Elizando   : Ancien directeur du programme AATIP

Marco Rubio   : Directeur de fonction au comité restreint du sénat au renseignement

Harry Reid: Ancien sénateur du Névada

AATIP   : Programme de recherche sur l’étude des OVNI de 2007 à 2012

Ce qui est entre parenthèse est rajouté par le traducteur

0:14 Project Unity – Jay (J)   ; Très bien, je voudrais souhaiter la bienvenue à tous ceux qui nous écoutent aujourd’hui, parce qu’aujourd’hui je suis ici avec des invités remarquables, qui viennent juste de provoquer un séisme médiatique dans le domaine des OVNIs. Depuis quelques temps, des rumeurs dans la communauté ufologique à propos d’une enquête et de la mise en place d’une série d’articles sur cette enquête par le New York Times (NYT) concernant les programmes de récupération d’épaves d’OVNI se répandent. Cela fait un moment que certains d’entre nous sommes au courant des recherches de ces deux journalistes d’investigation du NYT, nous allons les écouter présenter leur enquête et leur dernier article (traduction française de l’article : http://www.maybeplanet.com/index.php/2020/07/23/ny-times-pentagone-decouvertes-publiques/ )

qui suggère  que des programmes secrets de récupération d’OVNIs dans le champs des contrats entre des société privés et le ministère de la défense existent. Après avoir été mis au courant de ces enquêtes depuis que ces journalistes ont contacté mon avocat Mickael Hall plus tôt cette année, c’est un grand soulagement pour moi de pouvoir parler ouvertement de ce sujet avec les deux journalistes qui sont responsables de l’arrivée de cette information dans les médias de masse et c’est donc avec le plus grand des plaisirs que je reçois Leslie Kean (LK) and Ralph Blumenthal (RB) sur la châine Youtube du Project Unity. Leslie et Ralph, comment allez-vous   ?

1:14 RB Très bien Jay, merci   !

1:20 LK je suis enchanté d’être là avec toi, merci de nous recevoir.

1:24 J Je veux tout d’abord vous remercier d’être venu et de prendre le temps de parler avec moi, étant donné que nous sommes au début de cette discussion, ma première question pour vous deux   :quand est-ce que vous avez commencé à travailler sur cette enquête   ? Pouvez-vous nos donner une date   ? Ce sujet a t’il été particulièrement difficile à traiter pour vous   ?

1: 38 LK Quand tu dis cette enquête, tu parles de spécifiquement du dernier article   ? Parce que nous avons fait une série d’article, ils sont tous connectés entre eux et ils doivent se lire les uns derrière les autres. Comme tu le sais notre premier reportage était en décembre 2017, donc je ne sais pas si c’est  ce dont tu veux parler ou si tu veux parler de ce dernier article en particulier.

1:56 RB C’est ce que j’allais dire, nous devrions laisser un peu de temps pour discuter des origines de notre collaboration  parce que c’est extrèmement important pour comprendre les implications du dossier. En effet cela remonte à 2017, ce qui vous montre la quantité de temps nécessaire pour parvenir à mener une enquête de ce calibre, mais le premier reportage qui a eu un vraiment impact, celui où l’on a divulgué que le pentagone avait un service d’enquête sur les OVNIs malgré le fait qu’ils aient officiellement déclaré ne pas en avoir, et ce sur plusieurs années, cela remonte à trois ans. On peut parler de deux différents moments, deux différentes étapes, le premier reportage, qui a ensuite mené au reportage que nous venons de publier, et ensuite cet article que nous venons de publier et qui a nécessité quelques mois de travail en amont.

2:44 J Je pense que cela devrait être plus compréhensible si l’on commençait par la première publication.

2:54 LK Oui je peux commencer par ça, car la façon dont tout a commencé , a été … vous savez, à cette époque j’avais déjà commencé à faire des reportages sur des OVNI s … cela fait désormais 20 ans, et j’ai écrit un livre à ce propos (cf contexte) donc j’avais déjà pas mal de contacts dans l’ufologie. C’était en octobre 2017,  c’était à ce moment que Luis Elizando (LE) , le chef du programme d’enquête sur les OVNI a démissionné. Littéralement, le jour de sa démission j’ai été invité à Washington pour le rencontrer, j’y ai été invité par quelques uns de ces collègues, nous étions quatre à la réunion, et comme nous l’avons déjà dit,  c’est à ce moment que tout a commencé. J’ai passé peut être 3 heures là-bas, dans un hôtel, avec ce groupe de personnes. J’y ai rencontré LE pour la première fois, et on m’a montré des informations stupéfiantes. Avant cela je n’avais pas la moindre idée qu’un tel programme existait, et là je me retrouvais assise en face de son directeur, et on me montrait ses accréditations, les vidéos, d’autres documents… Depuis nous avons publié des articles à ce propos, mais à cette époque je n’avais pas eu le droit de rapporter quoique ce soit avec moi, c’était comme s’ils me présentaient tous ces documents. C’est alors que j’ai contacté tout de suite RB, car RB a travaillé au NYT sur une très longue période, et il est un lien vers le NYT, il est un journaliste du NYT. A cette époque, moi, je n’avais jamais rien fait pour le NYT. J’ai donc apporté ces éléments à RB et nous avons eu un entretien avec un journaliste d’investigation Marc Mazetti de l’antenne de Washington où nous avons proposé ce reportage au NYT, et ils ont dit «   Allons-y   », et c’est comme ça que tout à démarré. Je ne sais pas si RB tu veux intervenir là dessus   ?

4:35 RB Tu as donné un bon résumé des faits LK, quand …je veux dire… je connais LK depuis de nombreuses années, et quand elle m’a dit qu’elle avait été à cette réunion avec LE et les autres à Washington et qu’il lui aurait raconté que le pentagone avait un programme secret  d’étude des OVNIs, cela ressemblait à  une idée fantastique pour un reportage. J’ai donc envoyé un email à Dean McKay  qui était l’éditeur exécutif du NYT à ce moment.  J’avais quitté le NYT comme un membre de son administration en 2009 après 45 ans à son service donc j’avais encore mes contacts là bas, et Dean, à son grand mérite, a reconnu que ce n’était pas un type de reportage que le NYT avait l’habitude de traiter, mais qu’il s’agissait d’une occasion unique de vraiment faire une percée vers quelque chose d’extraordinaire. Il nous a donc mis en contact avec Marc Mazetti de Washington, nous l’avons rencontré à la cafétéria du NYT. Nous avions déjà une grande quantité d’élément de l’enquête avec nous, et nous les lui avons présenté. Notre angle d’attaque sur le sujet, et nous en étions très fier, était que tout était sourcé, listé  et enregistré, nous n’utiliserions aucune source anonyme, nous appliquerions une transparence complète. C’est comme ça que tout a commencé.

6:02 J C’est fascinant, et je pense que nous avons tous vu le basculement arriver depuis 2017   ; tous ceux qui sont même de loin connecté à la sphère de la recherche ufologique ont vu un basculement fondamental originant des articles que vous avez écrits jusqu’aux révélations publiées par To The Stars Academy (TTSA). cela me renvoie à quelque chose que je voulais dire sur le fait que malgré le basculement, la tension sociale portant sur le domaine de la recherche ufologique avec la création de TTSA, la validation par le pentagone du programme Advanced Aerial Threat Identification Program (AATIP, Programme d’identification de menaces aériennes technologiquement avancées), le fait que la Navy ( Forces armées navales américaine, y compris porte-avions) ait confirmé que les vidéos étaient authentiques, aussi bien que la récente loi sur la transparence des données classifiées concernant les OVNI proposée par Marco Rubio, malgré tout ces signaux que le sujet commence à s’ouvrir au grand public, je n’arrive pas à imaginer qu’autoriser la publication d’un reportage travaillant sur l’hypothèse de programmes de recherches travaillant sur la récupération et la rétro-ingénierie d’épaves de vaisseaux d’origines extraterrestre, ne soit pas une décision lourde de conséquence pour un journal aussi établi que le NYT. Je me demande donc à quel point vous avez eu du mal à convaincre les éditeurs de publier l’article   ?

6:56 RB Le premier article n’a pas été si dur que ça à faire passer dans le journal une  fois que nous avons rencontré les bonnes personnes et présenté les documents en notre possession, c’est bien sûr passé à travers une grande quantité de modifications et j’ai d’ailleurs à ce propos écrit un article  pour le NYT expliquant ce que cela demande comme efforts d’arriver à faire publier un article par le NYT sur un sujet avec autant de controverse que celui-là. Et c’est extrêmement difficile. Mais pour être honnête, ils avaient besoin de poser les questions qui font mal, et donc les éditeurs ont fait un travail très rigoureux, mais c’est le cas de tout gros dossier. Au fil de mes 45 ans pour le NYT, j’ai travaillé sur de très nombreux reportages, et tous les gros dossiers passent par une édition rigoureuse, ça fait partie du fonctionnement normal du journal.

7:50 J Est ce que vous diriez …

  :55 LK Est ce que je peux rajouter quelque chose   ? Je pense qu’il y a eu une progression. Le premier article était tellement clair grâce à tous les documents que nous avions, et c’était tellement tentant pour le NYT, que je pense que, celui que nous avons fait ensuite en 2019 sur les témoignages de l’USS Roosevelt (https://www.nytimes.com/2019/05/26/us/politics/ufo-sightings-navy-pilots.html ), puis un autre après cela concernant les documents de  FOIA (freedom of information act, Loi de libre accès aux informations publiques) appuyant ces témoignages, donc il y a eu une progression. Je pense que maintenant des compte-rendus concernant la récupération d’épaves d’OVNIs sont la prochaine étape, et que si on avait essayé de le faire en avant, cela n’aurait pas été possible, je pense qu’il y a eu cette montée en puissance.  Je pense que RB sera d’accord avec moi, ce sujet est le sujet le plus difficile à traiter dans le NYT pour toutes les raisons que vous puissiez imaginer   : à cause de sa controverse et à cause de la confidentialité des informations, limitant le nombre d’informations que nous pouvons publier directement, et du sensationnalisme ambiant dans le domaine. C’était une épopée de travailler avec le NYT sur ce sujet et je les salue de nous avoir suivi tout du long et de nous avoir permis de publier nos articles, c’est un sujet explosif, nous sommes très chanceux d’avoir la permission du NYT de pouvoir publier nos articles, je pense que c’est quelque chose d’incroyable que l’on puisse le faire.

9:21 RB Il faut aussi se rappeler que dans nos premiers articles, nous avions pu montrer  des copies des vidéos autorisées de ces rencontres rapprochées, il y avait quelque chose de tangible sur lequel appuyer nos articles que les lecteurs pouvaient voir, des preuves factuelles de rencontre avec quelque chose, même si nous ne savions pas avec quoi. Ces vidéos sont toujours les vidéos les plus vues, les plus commentées, les plus partagées, que le NYT ai jamais diffusé. Il n ‘y a pas de limite à l’appétit du public de le les voir, et elles sont toujours disponibles sur le site internet du NYT. Dans ce dernier article, nous n’avions pas cela, car la récupération d’épaves est un sujet confidentiel, nous ne pouvions pas montrer de données, de témoignages, de matériaux, de photographies,  qui sont hypothétiqument issus de ces crashs, donc c’était un gros handicap.

10:35 J Je suis d’accord avec vous, c’est une progression, comme LE l’a dit, cela s’est déjà produit, il suffit d’attendre que cela se déploie. Etiez vous au courant de rumeurs concernant des programmes de récupération d’épaves quand vous avez travaillé sur l’article de décembre 2017 et sur les autres articles par la suite, et pouvez -vous nous dire ce qui vous a retenu de traiter du sujet à ce moment là le cas échéant.

11:06 LK Je peux dire que j’étais au courant de ces  rumeurs parce que cela fait très longtemps que je travaille sur ce sujet,  j’ai discuté avec tellement de sources, donc je l’ai toujours eu présent en arrière pensée, mais je pensais que je n’arriverai jamais à publier un article dessus. Et je pense que c’est une bonne indication du chemin que nous avons parcouru depuis 2017, que parler de ce sujet dans le NYT est concevable aujourd’hui. Donc le sujet n’a rien de nouveau, mais ce qui est nouveau est de pouvoir en parler librement. C’est vraiment la preuve qu’un cap a été franchi et qu’un long chemin a déjà été fait depuis 2017.

11:41 RB Je suis d’accord, la chose la plus proche que nous ayons dite de ce sujet en 2017, était que Bigelow,  qui était un contractant privé dans ce programme, avait construit un entrepôt pour conserver les éléments récupérés, c’était dans notre article. C’était le plus loin possible pour nous. C’était tout ce que nous avions pu trouver sur cette piste à cette époque. Nous avons depuis appris qu’aucun élément n’avait été fourni, et donc l’entrepôt était resté vide. Nous avons donc pu aborder le sujet, mais les détails nous échappaient, et en effet c’est une progression, avec une montée en puissance depuis les premiers articles. Aujourd’hui nous sommes à un point où nous pouvons aborder le sujet et publier les éléments que nous pouvons décrire.

12:44 LK Un autre aspect intéressant du sujet et que les sources que nous avons n’auraient pas accepté à l’époque de dire ce qu’elle nous disent aujourd’hui, elles aussi se rendent compte de la progression, elles aussi s’ouvrent au fur et à mesure, elles sont affectées par les différentes étapes qui ont été franchies tel que le rapport du sénat demandant que les informations soient données au comité du sénat.

13   :12  RB Et tu sais, le fait que la Navy ait publié de nouvelles règles pour inviter ses membres à transmettre des rapports provenant de pilotes…  Ils ont changé leurs procédures pour que les pilotes puissent rapporter leurs témoignages sans peur de représailles. Cela envoie des signaux montrant qu’il y a un niveau d’acceptation plus grand à l’intérieur du pentagone de ce sujet.

13:42 J Vous avez couverts ce dont je voulais parler mais je le précise quand même au cas où vous souhaiteriez rebondir dessus. Est-ce que vous pensez que le NYT vous a aidé et appuyé dans vos enquêtes   ? Et est-ce que vous ressentez un appétit pour ce sujet dans les média de masse et le public en général ou est-ce que c’est pour vous quelque chose qui est encore trop explosif   ?

13:59 RB Laissez moi intervenir là dessus, [inaudible] Il y a  [] questions à l’intérieur. Le NYT nous a aidé, car ils ont pris en charge un travail très difficile d’édition, comme je l’ai dit précédemment, les reportages sont passés à travers de nombreuses combinaisons, nous avions énormément d’informations comme souvent il arrive dans les gros dossiers d’investigations, les journalistes finissent avec beaucoup plus d’informations que ce qui est physiquement possible d’écrire dans l’article [] les choses basculent au fur et à mesure [] et le NYT a nos côtés durant tout le processus. Ils auraient très facilement pu dire «    Vous savez les gars, c’est trop compliqué, trop controversif, nous dépensons trop  de temps sur ce sujet, il vaut mieux abandonner maintenant.   » Mais au contraire, ils nous ont vraiment épaulé, nous avons bien sûr eu des discussions sur un très grand nombre d’éléments, mais c’était toujours avec l’assurance qu’ils sortiraient l’histoire coûte que coûte. C’est grâce à la grande attention et à l’investissement des lecteurs, je pense qu’aucun autre sujet n’engoue autant les foules que celui -là.

15:22 LK Oui, Jay ta question portait sur l’intérêt des média de masse   ?

15:38 J  Est-ce que vous ressentez un appétit pour ce sujet dans les média de masse et le public en général ou est-ce que c’est pour vous quelque chose qui est encore trop marqué.

15:45 LK Évidemment, il y a un énorme appétit dans le public, il suffit de regarder comment il a répondu aux articles que nous avons publié. Donc oui de façon très significative, et je pense que tous les média s’y intéressent car à chaque fois que le NYT publie un article il est repris partout. Il faut savoir que la plupart des média n’ont pas les moyens d’avoir des journalistes d’investigations comme nous qui peuvent passer des moisà  creuser les sujets pour publier ensuite un article. Le NYT a pris la tête là dessus, et les autres suivent, mais je pense qu’il est important que nous travaillons avec le NYT à cause de leur importance dans les média et de leur rigueur dans leur processus d’édition des articles. C’est ce qui nourrit la confiance dans les articles du NYT. Je veux aussi ajouter à ce que RB a dit, à propos de ce processus d’édition. Sa longueur et sa complexité  sont dues au fait qu’il y a de multiples éditeurs, nous n’en avons pas qu’un seul, il y en a beaucoup, qui doivent contre-signer un article pour que celui-ci soit publié. Ce que je veux faire comprendre c’est que nous avons beaucoup plus d’informations que ce qui a été publié, mais à cause du manque de place et des éditeurs qui ont pesé sur l’article, et d’autres considérations, l’article est paru sous cette forme. Nous en sommes heureux, nous pensons qu’il vaut mieux y aller pas par pas, pour que nous puissions graduellement faire monter la pression.

17:11 RB Je voudrais aussi dire que ce processus d’édition, que j’ai vu appliqué pendant toutes mes années au NYT…  je ne dis pas qu’il est unique au NYT, mais il est une spécialité du Times… Cela fonctionne ainsi   : vous soumettez votre article à un éditeur, il va le relire et suggérer des modifications, et une fois qu’il l’a modifié, l’article passe à un groupe constitué de plusieurs éditeurs qui n’ont aucun rapport avec le domaine traité dans l’article. Ils ne sont au courant de rien avant de lire l’article. Eux aussi suggèrent des changements, et ensuite passent l’article à l’échelon suivant, et ce processus se répète échelon par échelon jusqu’à atterrir sur le bureau de l’éditeur exécutif, Dean McKay.  Celui-ci le lit sans rien savoir auparavant de ce qui s’est passé aux échelons inférieurs, ou de l’objectif de l’article. Lui aussi en vient à se poser des questions. C’est une blague qui récurrente au NYT, c’est que même une fois que l’article a été édité jusqu’à l’os, le chef aura toujours d’autres questions. Mais à la fin, c’est une grande force, car toute question posée par les éditeurs… même si l’article n’est jamais parfait, il y a toujours quelque chose qui peut passer à travers les mailles du filet, même le NYT publie des correctifs à ses articles… mais c’est un processus très bien huilé que des journaux plus petits ne peuvent pas se payer, mais le NYT en fait une spécialité. C’est juste un processus extrêmement rigoureux, et je pense que cela aide sa crédibilité. Les lecteurs savent qu’une fois que l’article est paru il est passé par toutes ces étapes, et il a été coopté.

19:14 LK Et c’est aussi une des raisons qui a fait que cela nous a pris autant de temps de publier un article. Je veux dire, je pense qu’il y a eu cette sorte de frénésie qui s’est développée sur internet, à propos de notre article, «Quand est-ce qu’il sort   ? Quand est-ce qu’il sort     » Tout article que vous faites pour le NYT, spécialement sur ce sujet, prend un long temps car il faut respecter ce processus d’édition, et aussi parce que ça n’est qu’un des articles dans les tuyaux des éditeurs, donc parfois nous ne pouvons qu’attendre que la prochaine étape se finisse, c’est donc un processus qui prend beaucoup de temps.

19:47 RB Pensez simplement au contexte dans lequel sort cet article, le pays et le monde sont consumés par le coronavirus, les manifestations,les mouvements comme celui de  Black Lives Matter, ce n’est pas comme si rien ne se passait dans le monde, au contraire. C’est comme si cet article avait du jouer du coude pour passer devant d’autres articles. Je veux aussi dire quelque chose de plus par rapport à ce que vous avez dit. Cette frénésie sur internet à propos de notre article, je veux juste dire que cela n’aide pas, si vous êtes entrain d’enquêter en tant que journaliste du NYT, en essayant de traiter un sujet…vous trouver devant vous  ces échanges où des personnes divulguent des fragments de votre travail ou des éléments d’informations issus de vos sources, cela rend votre travail plus difficile.  Que cela vienne de personnes qui se disent intéressées par mettre au jour la vérité, cela barre vraiment la route, cela nous a beaucoup embêté. Devoir non seulement être absolument certains de blinder notre article (nailing every facts, je ne trouve pas mieux), mais devoir en même temps surveiller nos arrières, car des personnes nous tiraient des balles dans les chevilles en annonçant à l’avance ce qu’ils supposaient que nous allions faire dans notre enquête, souvent basé sur absolument rien. «   Ils vont parler de ça, le NYT va faire ça   » c’est vraiment un environnement de cour de récréation dans lequel nous devions travailler sur un sujet sérieux. Donc je voudrais vraiment faire passer ce message aux personnes voulant connaître la vérité   : donnez un peu d’espace aux journalistes quand ils mènent leurs enquêtes, car cela nous a objectivement ralenti dans notre travail.

21:29 J Je peux compatir avec vous sur cela, car certaines de ces enquêtes prennent un très long temps, et révéler des informations qui ont été précieusement gardées au secret pendant tout ce temps peut démanteler tout le travail qui a été fait jusque là. Je suis tout à fait d’accord avec vous.

21:53 LK De plus, nous ne voulons absolument pas que d’autres journaux ou média avec qui nous sommes en compétition sachent que nous travaillons sur un article. Vraiment. Et encore, avoir des personnes parlant de ce dont l’article va parler, un autre problème est qu’il y a une telle montée en pression de l’attente de certaines personnes que quand certaines personnes  s’expriment sur le fait qu’elles sont déçues de l’article, je pense que cela nuit vraiment à l’impact de l’article. Et cette sorte de frénésie expectative, montée en pression, et je tiens a dire que RB et moi n’avions rien à voir là dedans, c’est quelque chose qui a été générée et entretenue par la communauté, (sous entendu   : et qui a créé un fantasme de ce qu’allait être l’article) quand l’article a été publié, ils ont juste dit «   Oh…   » Je voudrais répéter ce qu’a dit RB, cela nous serait vraiment d’une grande aide, et franchement pour n’importe quel journaliste, de ne pas faire cela dans le futur, pour moi cela ne sert aucun objectif.

22:52   : J C’est quelque chose dont j’ai parlé dans une vidéo sur ma chaîne youtube, à propos du fait que dans les communautés de la recherche ufologiques spécifiquement, parfois nous sommes tellement saturés avec des informations, et d’annonces de certaines personnes sur différents sujets … je sympathise avec certaines parties de ces communautés, mais il est difficile de constater qu’ensuite le courant de pensée majoritaire dans notre culture ne reprend pas ces annonces, ils ne comprennent pas. Et cela je peux le comprendre. Mais de l’autre côté, j’ai l’impression que nous sommes tellement saturés d’informations que le reste du monde n’a pas, nous échouons à reconnaître les implications d’informations étant publiées à ce niveau des média de masse, car, nous nous essayons de convaincre les députés, les avocats, les gens d’influence, et c’est important que les personnes de la communauté ufologiques soient reconnus car nous avons été relégués dans les théories du complot et identifiés comme des fous portant des paniers à salade sur la tête depuis tellement longtemps que maintenant que des pilotes, des sénateurs, des membres du gouvernement, se mettent à parler ouvertement du sujet… il y a un niveau de mérite de la communauté ufologique qui a été nié, et elle peut devenir très amère là dessus… Et donc je suis d’accord avec vous, c’est vraiment important de mettre en avant votre article, cependant j’aurais aimé voir dans cet article une mention des fuites de l’amiral Wilson, mais ce sera peut être quelque chose qui viendra plus tard… une chose dont je voudrais parler, et c’est ce dont tout le monde veut parler mais dont personne ne parle, c’est la réaction du Sénateur Reid à l’article. Il disait qu’il avait lu des compte-rendus qui étaient pour certains intéressants, pour d’autres moins intéressants, et qu’il y avait des éléments que le gouvernement et des sociétés privés engagés par le gouvernement détenaient. Et l’article a été corrigé pour dire que le Sénateur Reid avait eu connaissance d’une possibilité que cela ait pu se produire. Il a aussi posté un tweet la nuit dernière disant   :

«   Je n’ai aucune connaissance et je n’ai jamais suggéré que le gouvernement fédéral ou une autre entité possède des débris ou un OVNI, j’ai constamment rappelé que nous devions en rester à la science, et non des conte de fées à propos de petits hommes verts.   »

Je trouve assez difficile de croire qu’une citation aussi directe n’aurait pas été vérifiée avant publication, mais à cause de l’écart du sénateur Reid, ma première question pour vous est celle-ci, est-ce que le NYT a vérifié auprès du sénateur Reid ses dires avant la publication   ?

25:28 RB Tout d’abord Jay,  les citations n ont pas été contestées, les citations sont restées dans l’article, elles n’ont pas été modifiées, changées ou niées par Harry Reid, nous avons deux citations directes dans l’article, et aucune des deux n’a été contestée, ce qui a été modifié, comme tu l’as mentionné, était une paraphrase lui attribuant des idées que nous pensions exactes. Il a eu un problème avec cela, mettant en hypothèse le fait que des ovnis se soient crashés. Nous avons donc accepté cette modification, mais les citations dans l   ‘article n’ont été ni modifiées ni contestées. Il faut s’en rappeler. LK peut répondre à la question suivante, sur ce qu’il dit aujourd’hui. Je pense qu’il est important de se rappeler que la base principale de notre article, n’a jamais été mise en question.

26:24 LK Exactement, le seul problème qu’il a soulevé spécifiquement et la seule demande de modification, était cette phrase que RB a lu et c’est visible sur notre article dans le site internet du NYT. C’était simplement un changement de tournure de formulation d’une paraphrase, ce n’était même pas une citation, il n’a rien demandé d’autre jusqu’au jour suivant, mais le lendemain il a décidé de tweeter à ce sujet. Il y a beaucoup de rumeurs qui circulent sur le fait qu il ait été sous pression, mais nous n’avons pas eu d informations là dessus . Nous savons que nous avons fait une interview très approfondie, avec beaucoup de notes, et nous savons ce qu il nous a dit et il nous a donné beaucoup plus d informations que ce qu’il y a dans l article. Nous restons certains de ce qui est écrit dedans, ça ne fait pour nous pas l’ombre d un doute. Il ressent le besoin de prendre de la distance avec ses déclarations et nous ne savons pas pourquoi, mais c’est sa décision.

27:24 RB   : Il était aussi un acteur principal de notre premier article, il n’y avait aucun problème à l’époque, il n’a jamais nié aucune partie de celui-ci. Nous avions une bonne relation avec lui, et depuis nous étions restés en contact, à propos de nos articles. Nous le considérons comme un allié de poids dans la recherche de la vérité, mais les hommes politiques sont soumis à de fortes pressions… je ne sais pas….Nous ne sommes intéressés que parce qui fait notre article, et notre article tient encore debout.

28:03 LK Nous avons le plus grand respect pour lui, je veux dire, nous ne sommes pas heureux de voir cela se produire, mais, avec un respect total pour le sénateur, s’il a besoin de dire ce qu’il a dit, nous le respectons, et je pense qu’il a un problème avec le fait que ce soit écrit dans un article, qu’il y a en quelque sorte une association entre lui et la notion de ces objets d’autres mondes. Alors que dans nos discussions avec lui, il semblait clair que c’était se dont nous parlions, et qu’il a dit beaucoup d’autres choses qui impliquaient une telle compréhension du sujet de sa part, que je pense qu’en tant que politicien, qu’en tant que personnalité, il n’ a pas assumé de le voir écrit de façon aussi franche, et je respecte cela. Mais ce que nous avons écrit n’est pas erroné.

28:52 J Avec un respect total pour le sénateur Reid, il semble moquer l’hypothèse d’une potentielle [] par son commentaire sur tweeter, et n’êtes vous pas inquiets qu’une de vos sources principales ne se mettent à aller à reculons un petit peu, et ouvertement moque l’idée qu’il y ait  «   des petits hommes verts   »

29:12 RB Tout d’abord personne ne parle de petits hommes verts, je ne sais pas si ce sont des hommes, et les gens parlent souvent de façon imagée et plaisantent, et c’est d’ailleurs un problème, ce champs de recherche attire le ridicule et c’est un des moyens de désarmer les critiques, les gens usent souvent du ridicule, il faut garder en tête de quoi nous sommes entrain de parler. Nous parlons de faits que nous avons pu établir dans cet article, des briefings ont eu lieu où des membres importants du congrès, où des membres de haut niveau, officiels, du renseignement participaient, et ces briefings mentionnaient des compte-rendus de crash d’OVNI et  la récupération d’éléments sur l’emplacement de ces crashs. Nous n’allons pas plus loin, nous ne supposons rien, d’hommes, verts ou non, nous en restons au faits, et les gens qui étaient les plus avancés dans ce domaine et les plus intelligents, ont fait très attention à cet argument, c’est de l’hubris d’aller au delà de ça et de commencer à spéculer, la seule façon de continuer à progresser est de rester à ce qui peut être confirmé, et nous avons trouvé extrêment parlant que ces informations soient données à des membres de nos parlements, dans des briefings officiels classifiés, même si nous-mêmes n’avons eu accès qu’à des éléments non classés de parties de ces briefings, mais pour nous cela est extrêmement important. Il n’y a pas besoin d’aller au-delà, de spéculer de quelle planète viennent-ils, cela n’a pas de sens, et même cela barre la route.

30:58 J J’ai des informations qui me vienne d’une source très sure qui m’indiquent que vous avez au minimum deux sources militaires de très haut rang qui corroborent l’existence d’un programme de récupération d’épaves d’OVNI, je me demande si, peut-être LK, est-ce que vous pouvez confirmer cela   ?

31:15 LK Nous avons les sources de nos articles, si c’est ce que tu veux dire, nous avons nommé dans nos articles le Dr Eric Davis, LE, and Harry Reid, nous avons d’autres sources mais nous ne nommons pas les sources que nous ne citons pas dans les articles, mais peut-être que tes sources font références à Davis and LE

31:37 J Non ce serait des sources qui auraient été laissées en dehors de l’article.

31:40 LK Oui nous avons d’autres sources, que nous n’avons pas impliqué dans cet article, et nous ne pouvons pas les nommer à cet instant.

31:47 J Pas de soucis, mais pouvez vous confirmer qu’il y a d’autres personnes qui ont confirmé l’existence de ce programme de récupération d’épaves   ?

31:54 LK Elles ont indirectement impliqué ou confirmé le que c’est le cas, mais c’est très dur pour ces sources d’être très formelles à propos de quelque chose aussi sensible et classé que cela. Donc je dirais oui, nous avons d’autres sources qui appuient ce que nous disons dans notre article.

32:16 RB J’ajouterai que nous avons été maniaques sur le principe de ne garder que des sources qui à la fin accepteront d’être citées, nous ne voulons pas écrire un article, le type d’article que vous pouvez lire souvent d’un correspondant de washington, où une source anonyme déclare quelque chose. Cela enlève de la crédibilité, spécialement dans notre type d’article.  Peut-être que dans les milieux diplomatiques, vous pouvez publier un papier sans source et vous en sortir, mais vous ne voulez vraiment pas faire ça pour un article qui parle d’OVNI. Donc oui, il y a beaucoup de personnes avec qui nous avons parlé, mais tant qu’elles ne veulent pas ou ne sont pas prêtes à être citées dans un article, elles n’ont pas vraiment d’utilité pour nous. Nous voulons obtenir autant d’information que possible, mais dès le départ, nous avons insisté pour que tout soit sourcé et que les noms des sources soient rendus publiques au même moment que leur témoignage. Cela augmente la crédibilité de l’article.

33:33 LK Et je pense que les autres sources nous aident non pas avec le texte final de l’article, mais elles nous donnent une plus grande confiance dans ce que nous sommes entrain de publier. C’est ainsi que nous avons beaucoup plus d’informations que ce que nous pouvons librement dire, c’est la valeur de ces sources, la certitude et la confirmation que notre travail est exact.

34:12 J Oui c’est logique, et je suppose que certains ne souhaitent pas se faire connaître publiquement.

34:24 RB Certains voulaient témoigner publiquement mais il n’y avait pas assez de place pour eux dans cet article, ou le sujet était différent que celui que nous avons traité dans cet article, donc cela ne veut pas dire que les trois sources que LK a cité sont les seules à vouloir témoigner publiquement. Il y en avait d’autres qui seront peut être plus volontaires dans un article suivant, et qui d’ailleurs étaient plus volontaires, mais nous ne pouvions les citer.

34:50 J Est ce que vous pouvez préciser pourquoi vous ne pouviez pas les citer   ?

34:52 RB Nous manquions de place, le NYT a pris la décision.

35:00 J Est-ce que ce n’était pas des témoignages assez importants   ?

35:04 RB Non, le contenu de l’article est tout ce que le NYT était pret à assurer comme étant vrai, à partir des informations que nous avons obtenu. Nous n’avons pas cherché à contredire cela, et de façon assez générale un court article précis à un plus grand impact qu’un lourd dossier aux nombreuses ramifications. Le NYT nous a donné cet espace à remplir, à peu près, mais nous ne pouvions pas tout mettre, donc peut-être les mettrons nous dans un autre article.

35:50 J Vous pensez qu’il y a eu des récupération d’épaves d’OVNIs, oui   ? (La question est d’abord présenté comme une affirmation)  Je vous le demande à tous les deux   ?

35:54 LK Est-ce qu’il y avait une question   ?

35:57 J Est-ce que vous croyiez (believe) à la récupération d’OVNI d’origine extraterrestre   ?

36:03 RB Ce que nous croyions a moins d’importance que ce que nous avons écrits. Nous avons écrit que les membres du congrès et de l’administration du congrès, et des membres de haut niveau du ministère de la défense ont assisté à des présentations dont le contenu portait sur la récupération d’épaves d’OVNI. Cela, tout seul, je pense, est déjà tout à fait sensationnel. Ma croyance personnelle, est, je pense, hors de propos. Nous avons trouvé cette information enthousiasmante, que des membres du congrès aient été briefés dessus, des haut membres du congrès, du pentagone, des renseignements militaires, ont été breifés dessus. Cela est plus important que ce que je pourrais croire personellement.

36:51 LK Et je rajouterai à cela, Jay, que les présentations étaient considérées comme importantes, le fait même qu’elles existent, montre l’importance du sujet.    Il n’y aurait pas de briefings à haut niveau qui n’aient aucun intérêt. Mais cela vient aussi des gens qui ont accepté d’être cités sur le fait que ces présentations ont eu lieu, ils vont aussi loin qu’ils le peuvent légalement en disant que tous ceux qui ont été profondément impliqués dans ce sujet depuis un long moment et des personnes ayant un très haut niveau d’accès aux informations confidentielles… ces personnes sont en position de connaître plus que toutes les autres, et nous pensons donc que  d’après le croisement de ces éléments que ces briefings ont eu lieu. Nous  avons les meilleures sources connaissant le mieux ce domaine, et que nous avons la documentation appuyant cela sous la forme de documents montrés pendant ces briefings, cela nous conforte dans notre idée que ces briefings se sont réellement produits. Bien sûr nous ne pouvons pas  aller aussi loin que nous le souhaitons en le prouvant définitivement, c’est ce que nous ont dits nos éditeurs, et c’est ce que nous avons dits dans notre article, mais nous sommes très très proches de le prouver. Quand vous avez des autorités telles que celles auxquelles nous avons accès, parlant de cela, et quand vous savez qu’ils ne gâcheraient pas leur temps et n’auraient pas d’intéret dans des éléments qui ne fonctionneraient pas si ce n’était en corrélation avec des épaves d’OVNIs… sinon cela concernerait un autre programme, et non un programme de récupération d’épaves d’OVNI.

38   :18 J Avez-vous peur qu’à cause du commentaire du sénateur Reid, la crédibilité de votre article puisse être endommagée, et puisse pousser le NYT à ne pas publier d’autres articles de la même veine   ?

38   : 26 RB Non, pas du tout, tu sais, cela fait longtemps qu’en tant que journalistes d’investigations, nous avons l’expérience de personnes essayant de pinailler avec nos articles, nous sommes certains de tout ce que nous avons écrits, quand nous avons publié quelque chose de faux nous avons accepté les corrections à chaque fois, le NYT le fait à chaque fois. Je pense que l’article est en béton armé (rock solid), les principes fondamentaux de l’article n’ont pas été critiqué, personne n’a remis en question les citations, je ne pense pas qu’il y ait la moindre chance que cela diminue notre crédibilité ou l’intérêt porté à notre article. L’impact qu’il a déjà eu et la façon dont il s’est répandu sont les meilleurs témoignages de cela.

39:20 J Une chose que j’aimerais mentionner, c’est que la confirmation d’une vie intelligente autre que la notre dans notre univers serait probablement l’article du millénaire, je me demande pourquoi le plus grand journal de la planète reculerait un tel dossier. Il y a beaucoup de rumeurs en ligne, et beaucoup de personnes pensent que les parties vraiment intéressantes de votre ont été censurées, malgré l’argument de la limite de l’espace que vous nous avez donné tout à l’heure.

39:55 RB  Nous n’écrivons ce que nous pouvons confirmer   ! Et vous savez, de nouveau, le fait que des hauts dignitaires du gouvernement aient été breifés sur des épaves d’OVNIs, possiblement construites en dehors de ce monde, est vraiment sensationnel il me semble. Vous devez vous rappeler, cette information est classée. Est-ce qu’elle devrait être classée est une autre question, une questions qu’Harry Reid, pose. Il dit que plus devrait être public et que c’est le but du rapport du sénat comme tu le sais, mais quelque soit la réalité, c’est dans les faits classé, donc nous ne pouvons pas faire sortir cette information. La dernière chose que vous voulez faire en tant que journaliste est d’utiliser des informations illégales, parce qu’à partir de ce moment là le gouvernement peut faire ce qu’il veut de vous. Nous faisons extrêmement attention à ne pas sortir de la loi, et tous les éléments que nous avons pu utiliser ne sont pas classés. Le programme que menait LE n’est pas classé, mais il manipulait des informations classées. C’est en fait assez hallucinant que nous ayons pu obtenir autant d’informations sans même toucher aux informations classées. Il y a encore beaucoup d’autres choses mais nous ne pouvons le confirmer, ce sont des éléments classés. Etant donné que c’est une progression, peut être qu’à un point nous allons y arriver.

41:36 LK   : Oui je veux juste rajouter pour Jay, parce que tu abordes la question des extraterrestres, n’est ce pas   ? Je veux dire, les gens tendent à extrapoler, les gens vont reprendre l’article, puis l’utiliser dans leur journal en disant «   le NYT dit que les aliens se sont crashés sur Terre   »… Si c’est ce que tu demandes dans ta question, c’est très important de ne pas pousser ça plus loin que ce que nous pouvons prouver et même de ce que nous connaissons.  Et même s’il y a des OVNIs qui se sont crachés et qui sont entrain de subir une rétro-ingénierie, notre sentiment est qu’il n’y a pas eu beaucoup de progrès dans ce domaine, et je ne pense pas que beaucoup de monde sachent vraiment d’où viennent ces vaisseaux, ou autres. Je pense que sauter directement sur l’idée qu’il y a des aliens ou de la vie extraterrestre intelligente traînant sur terre, ou n’importe, je veux dire c’est un gros tas de bonnes questions à poser, mais je pense pas que nous ayons des réponses à cela pour l’instant, et comme RB l’a dit, nous devons faire très attention à mener notre recherche pas à pas. Je ne sais si c’est ce que tu demandais, mais il y a une sorte de saut logique que beaucoup de personnes veulent faire, et c’est compréhensible, nous avons tous ces questions.

43:00 RB Je pense que cela montre à quel point nous avons progressé sur ce sujet. Pendant des années, la question a été «   est ce que ces objets sont réels     », «   est ce qu’ils sont physiques, ou sont-ils imaginaires, ou sont-il inter dimensionnels     » et nos articles de ces dernières années nous donnent à penser que ces objets sont assez réels pour pouvoir être capturés par une vidéo filmée par la Navy. Et ceci est un grand pas en avant, nous ne parlons plus d’objets imaginaires, ou d’archétypes ou de bêtes mythiques, ou de figures religieuses, nous parlons d’objets physiques qui ont été pourchassés et vus, donc oui la prochaine question est «   qu’est ce qu’ils sont, d’où viennent-ils, qui les pilotent     » mais nous ne sommes pas prets de répondre à ces questions, au moins, essayons déjà de comprendre de quoi il s’agit exactement au niveau physique, et ensuite nous pourrons nous attaquer aux autres questions.

44:06 LK Je pense que c’est un point extrêmement important, la question de savoir s’ils sont réels ou non n’a plus d’importance aujourd’hui, et si on revient en arrière 5 ans plus tôt, c’était vraiment une question. Aujourd’hui ils parlent de ces objets comme étant des menaces et le rapport du sénat du 20 juin, fait référence à ces objets comme étant des menaces, et que c’est en quoi il est important mieux les comprendre. Le programme AATIP les considère aussi comme des menaces, pas parce que ces objets sont des menaces, mais parce que quand vous voyez quelque chose que vous ne connaissez pas, et qui fait la démonstration d’une technologie qui pour autant que nous le sachions, personne ne possède sur terre, vous devez le considérer comme une menace potentielle, à cause de ses capacités avancées. Et le fait que ce type de langage est utilisé, et le fait que ce soit discuté par le comité sénatoriale pour la défense, et qu’ils aient rendu cette demande publique pour forcer une réponse du département de la défense, cela montre que le problème de la réalité est absolument dans le passé. Je pense qu’il est entrain de se dérouler un moment très important auquel chacun d’entre nous peut réfléchir. Et pour revenir a ce que tu disais sur la communauté, Jay, je respecte profondément l’immense travail que la sphère de la recherche ufologique a produit, et j’ai bénéficié énormément de ce travail, et a aucun moment je n’ai voulu mépriser cette communauté, nous parlions spécifiquement du bavardage à propos de nos articles qui ne nous aide pas, mais la recherche que de nombreux enquêteurs ont produit dans ce domaine est hors norme, et je le respecte profondément, je veux juste être sur que tout le monde le comprenne.

45:50 J Merci LK, je suis sûre que tout ceux qui nous écoutent apprécient cela et je suis d’accord avec toi, il y a juste une chose sur laquelle je voudrais revenir car nous parlions de rétro-ingénierie des épaves, et tu as dis que selon toi , s’il y en avait eu, elles n’avaient pas eu beaucoup de succès. Est ce que c’est l’opinion que tu as formulé d’après ta recherche ou d’après les notes de la discussion entre Eric Davis et l’Amiral Wilson   ?

46:15 LK Tu sais, je n’aurais probablement pas du parler de cela, c’est l’impression que j’ai d’après les discussions que j’ai eu avec mes sources, mais je ne devrais pas en parler plus avant J, désolée.

46:34 J Pas de soucis. Est ce que tu penses que quelqu’un essaie d’interférer la diffusion de votre article   ?

46:38 LK Je ne suis au courant d’aucune interférence contre mon article, et aucun des autres articles n’a eu d’opposition, je veux dire, oui, il a des sceptiques qui vont le  critiquer, et d’autres qui n’aiment pas le NYT,  et qui parleront contre lui, mais des interférences je ne le dirais pas. Est ce que tu le dirais RB   ?

46:54 RB Je dirais que l’arène du  NYT contient un certain nombre de journaliste de science qui sont assez vociférant, qui ont examiné nos articles au microscope,  pourrait-on dire, et ont posé des questions quand ils ont pensé que nous allions trop loin. Donc une partie du scépticisme que nous soulevons proviens du NYT, et c’est logique, chacun à sa propre vision du monde, ils sont tous très intelligents avec un CV lié à la science, et ils sont pris en contre-pied par ces articles car ils sortent du courant de pensée majoritaire de la science d’aujourd’hui, alors même que nous essayons de rester au plus près de faits prouvables. Cela demande un certain bond logique pour des personnes issues du domaine des investigations scientifiques conventionnelles. Quelques uns de nos articles sont passés par nos propres scientifiques et ont posé questions et parfois problème, mais les articles ont survécu, je ne pense pas que quiconque essaie de les bloquer, tout le monde a le même but, qui est de dégager la vérité la plus honnête possible de cette situation.

48:10 J La raison principale pour laquelle je vous pose cette question est que j’ai eu comme information qu’une des éditrices a essayé de bloquer l’article, il s’agirait de Liz [] du bureau d’édition de  washington, je ne sais pas si vous pouvez commenter cela ou pas   ?

48:25 RB C’est complètement faux car elle a édité l’article, si elle était contre l’article, il n’aurait jamais été publié, personne n’aurait pu la court-circuiter car elle est la chef du bureau de Washington, si elle était contre l’article, il n’y aurait pas d’article, je peux vous l’assurer. Ce que tu dis Jay est un exemple des rumeurs qui circulent sans que les gens sachent vraiment de quoi ils parlent. Ces gens ne connaissent pas le fonctionnement du NYT, ils ont peut être une source au NYT qui leur donne des fragments d’informations, mais c’est juste faux. S’il y avait la moindre opposition du Times, particulièrement d’un éditeur en chef, cette article aurait disparu définitivement.

49:13 J Est ce que vous avez eu l’occasion de discuter directement de votre article avec votre éditeur Dean McKay   ? Est ce qu’on lui a donné l’opportunité d’examiner les preuves de l’enquête   ?

49:24    RB Cela ne fonctionne pas comme cela, il est tout en haut de l’échelon, il a beaucoup d’autres choses dont il doit s’occuper, y compris la gestion des hauts gradés du NYT , ils viennent juste de nommer un nouveau CEO, donc il a l’esprit occupé par beaucoup d’autres choses que les OVNIS. Mais il a l’autorité absolue, et la responsabilité absolue, si quelque chose dans l’article se trouvait être complètement faux, c’est lui aussi qui prendrait la sanction absolue. Il rentre dans le jeu juste à la fin pour voir si tout se passe bien et lui aurait pu aussi tuer l’article dans l’oeuf à n’importe quel moment s’il le voulait. Mais ce ne serait pas une situation où nous serions entrain de bavarder à propos de l’article.

50:12 J  Il semble que Reid a été mis sous pression pour qu’il fasse marche arrière en publiant les derniers tweets qu’il a commis. Est ce que vous êtes inquiets que les autres témoins en fassent autant s’ils sont soumis à la même pression   ? En tant que journalistes est-ce que vous pensez que les arcanes du renseignement intérieur essaient de vous couper l’herbe sous le pied   ?

50:32 LK Je ne suis pas inquiète Jake, De toutes les sources auxquelles nous avons pu parler, à l’évidence Reid s’est inquiété, mais aucune autre n’a remonté d’inquiétudes, et LE et Eric Davis se sont déjà exprimés de façon publique auparavant, et je ne pense donc pas qu’il y ait une force immanente de la sécurité nationale qui essaient de nous faire taire. Ces personnes sont parfaitement capables de fonctionner sous ce type de pression, ils n’ont aucun regret de s’être exprimés, je pense qu’Harry Reid a ses propres problèmes à régler et ses propres raisons.

51:16 RB Harry Reid a aussi un long passé d’allié de cette recherche, c’est lui qui a obtenu l’argent pour le programme AATIP avec LE, il a beaucoup aidé la recherche, donc je ne pense pas qu’ils soit fair play de le montrer comme quelqu’un qui change d’avis ou qui est inconsistant. Il a eu des problèmes avec la façon dont les choses étaient formulées, nous avons accepté de modifier l’article dans un des cas, mais je pense qu’il faut garder en perspective qu’il est vrai ami de la transparence et je suis sur qu’il va continuer à le faire.

51:56 LK Je pense que c’est tout a fait vrai.

52:00 J La raison pour laquelle je parle de la sécurité nationale et des pressions qui peuvent être faites sur les témoins, et comme vous le dites, ça peut très bien n’être que des rumeurs, car elles vont en ce moment à la vitesse de la lumière… De ce que j’ai entendu de ces contacts avec Eric Davis, il y a  une pression sur lui pour retirer le terme «   classé   » de son témoignage, concernant le briefing qu’il aurait donné sur le programme de récupération des épaves d’OVNIs. Je ne sui pas sûr que vous puissiez commenter là-dessus.

52:28 LK Non nous ne pouvons pas commenter là dessus car c’est quelque chose que seul Eric Davis peut dire, pas nous.

52   : 36 J Ok, est-ce qu’Eric Davis vous a donné des preuves qu’il ai donné ces briefings ou qu’il ai mentionné l’obtention de matériaux, comme ceux prévus à l’intérieur de l’accord de coopération entre TTSA et l’armée américaine   ? Est ce qu’il a donné d’autres éléments que vous n’avez pas publié?

52:53    LK: Nous devons le dire, nous avons passé des heures à parler avec nos sources, comme tout les journalistes le font, nous avons vraiment beaucoup plus d’informations que ce que nous avons publié en 1000 mots, donc la réponse est oui pour toutes nos sources. Mais nous ne pouvons pas rentrer dans le détail, mais éric était très avenant et disposait d’informations de très grande qualité.

53:23 RB Il est important de préciser que nous n’avons jamais reçu d’informations classées. Nous n’en avons pas demandé, on ne nous en aurait pas donné si nous l’avions demandé, nous n’y toucherons pas, nous comprennons parfaitement les problèmes légaux que cela soulèverait, et ce n’était pas ce type d’article, où nous aurions du recevoir secrètement des informations confidentielles, cela nous aurait nuit et donné au gouvernement l’oportunité de nous mettre la main dessus. Nous avons pris beaucoup de précaution avec les éléments de preuves dont nous avons disposé, et dont nous disposons encore. Certains n’était pas vérifiables dans les standards du NYT, donc nous ne les avons pas utilisé.

54:23 LK C’est vraiment très important, nos sources font extrêmement attention à ne pas révéler d’information classée.  Elles sont toutes très attentives à respecter leurs limites, et aucune d’entre elles n’a jamais franchi cette limite dans nos discussions.

54:43 RB Je voudrais revenir sur une chose que LK a dit précédemment…c’est qu’une grande quantité d’informations sort de la sphère de la recherche ufologique, il y a beaucoup de gens intelligents qui ont beaucoup plus de temps que nous pour faire des recherches documentaires extensives de terrain, et cela peut-être très utile. Le problème estle suivant   : tout est mélangé. Il y a des personnes qui sont très rigoureuses, comme Richard Dolan, qui sont très attentives et parfaitement conscientes des implications, et d’autres personnes, parce qu’il n’y a pas de règles, qui mélangent des informations sûres et des informations fausses. Et du coup, quelqu’un venant de l’extérieur, qui s’intéresserait au sujet pour la première fois, pourrait cliquer sur du contenu corrompu. Nous sommes très reconnaissants  auprès des chercheurs qui ont fait un réel travail de recherche, mais c’est un pot-pourri où toutes les recherches sont mélangées.      

56:07 J Je suis tout à fait d’accord avec ça. Une chose par rapport à Eric Davis, car il est devenu une icône dans la communauté ufologique. Il est très hautement considéré par un grand nombre de membres de la communauté   ; et j’apprécie beaucoup voir son nom cité dans les média de masse, car dans ma vie tellement de personnes ignorent les noms de Davis, de LE, Hal Puthof, Chris Mallon, etc… on peut voir que ça commence à rentrer dans la tête des gens, et les articles comme le vôtre permettent en effet de mettre cela en avant. Je voulais savoir si Eric Davis est quelqu’un que vous allez utilisé plus avant par la suite, dans un prochain article.

57:03 RB Nous avons déjà passé beaucoup de temps à parler à ces sources, je ne sais pas vers qui nous nous tourneront pour la suite, tout le monde a été très utile mais je ne veux pas parler de l’avenir pour l’instant. Ca fait partie du processus de création d’un article de journal que je préfère garder pour moi.

57:25 LK Et nous ne savons pas Jake, ce qui se passera dans le futur, des restrictions peuvent être placées sur nos sources, sur leur liberté d’expression, ou leurs emplois, c’est dur de prévoir ce qui va se passer. Mais j’ai un immense respect pour Eric Davis, et il est une fantastique source d’informations, il a été très coopératif, très volontaire et aidant, nous le saluons pour ça.

58:00 RB Et je voudrais aussi dire que nous espérons que des personnes qui vont lire cet article peuvent décider de devenir des sources, maintenant que d’autres ont commencé à parler. Nous sommes d’ailleurs très ouverts à de nouvelles sources qui souhaiteraient prendre contact avec nous. Il y a encore, de façon évidente, beaucoup d’informations à récupérer, nous aceuillons toujours à bras ouvert les sources avec des informations à partager.

58:40 J Vous avez déjà indiqué ça un petit peu.Tweeter a réagi à quelques commentaires, et une était de vous, je cite, «   Vous ne pouvez pas tout publier d’un coup   » A quel point pensez-vous que cet article est important, et qu’allez-vous faire par la suite, allez-vous continuer sur cet article ou changer de point d’accroche   ?

59:05 RB Nous allons certainement continuer notre travail, nous sommes sur une bonne série avec le premier article en 2017, puis un an plus tard sur les compte-rendus des pilots, ensuite un an après cela nous avons eu les compte-rendus de  quasi collision, donc il y a un temps entre les articles, cela prends du temps, mais nous ne sommes certainement pas à la fin. Il y a des éléments que l’on a laissé derrière nous sur lesuqels nous pouvons revenir, nous avons aussi de nouvelles pistes à explorer, cela dépend des informations que nous découvriront, mais de toute façon nous continueront.

59:58 LK Tout à fait nous avons encore beaucoup d’informations que nous n’avons pas pu inclure dans cet article et donc nous avons encore pleins de piste à explorer, c’est ce qui nous intéresse et nous allons le poursuivre aussi loin que nous le puissions.

1:00:16 J Cela nous amène à la dernière question, évidemment sans dévoiler ou spoiler toute future publication, est ce qu’il y a quelque chose que vous n’avez pas pu mettre dans cette histoire  que vous auriez vraiment voulu mettre à l’intérieur   ? Et est ce que vous pouvez nous dire ce que cela pourrait être   ?

1:00:31 RB No

1:00:35 LK Oui nous aurions voulu rajouter quelque chose mais non nous ne pouvons pas dire de quoi il s’agit.

1:00   :40 RB Si nous avions eu plus d’espace, ou si nous avions pu vérifier certains éléments que nous n’avons pas pu vérifier, oui bien sûr, il y a des choses que nous aurions voulu rajouter. Mais nous avons mis les éléments importants que nous voulions faire passer, nous avons eu un gros impact, on peut le voir tout les jours sur le NYT dans les articles les plus lus, et les plus partagés, donc nous allons continuer et nous y arriveront à un moment.

1:01:10  LK Oui donc nous avons plus d’information à suivre et à former et à creuser qui sortiront dans les articles suivants.

1:01:26 J  Merci, cela conclue les questions que je voulais vous poser, est ce qu’il y a quelque chose que vous vouliez dire   ?

1:01:31 RB Nous voulions te remercier pour ton intérêt, tes questions intelligentes et ta compréhension de ce que nous essayons de faire, nous adorons voir comment les lecteur s réagissent aux articles, et ils nous confortent dans les choix que nous avons pris, il y a beaucoup d’efforts dont vous ne voyez pas la trace qui sont nécessaires à l’écriture d’un article, donc nous apprécions les gens qui s’intéressent vraiment à cette recherche et posent de bonnes questions, et qui tiennent le public informé, donc nous te remercions.

1:02:02 LK Je me fais l’écho de ce que vient de RB, je remercie tout ceux qui nous supportent, nous sommes tous après la même chose, la vérité, et de trouver plus de réponses à propos de ce sujet, et notre travail est de prendre une grande quantité des connaissances que les ufologues ont dégagé et d’apporter ces informations à la population. C’est notre rôle, et je pense que tout le monde a un rôle à jouer dans cette histoire, et le notre est de prendre le meilleur des connaissances, de l’amener au NYT,  de les faire vérifier par le système le plus rigoureux du monde, les diffuser et du coup impacter les pontes du gouvernements et la direction dans laquelle le futur se déploira. Nous apprécions les efforts de chacun comprenant ce que nous faisons, les épreuves que nous avons a traverser, les difficultés que nous recontrons, et nous remercions tout le monde pour toutes les informations qu’ils ont pu fournir au monde. Et merci pour tout votre soutien.

1:03:14 J C’était un plaisir de vous recevoir tous les deux, j’espère que nous pourrons nous réunir à nouveau, pour un prochain article, et de la part de la communauté de personnes qui veulent sincèrement voir la vérité émerger des ombres, je veux juste vous dire de continuer à avancer, à pousser, c’est très important, plus important que la plupart ne le pense, et c’est grâce à des personnes fournissant le même effort que vous et les chercheurs indépendants dans la communauté, que nous verrons enfin ce sujet traité avec le degré d’attention et d’importance qu’il mérite. Merci encore à tous les deux.

1:03:48 LK Merci de nous avoir reçu

1:03:50 RB Merci Jay

Traduction   : Baptiste Friscourt