_____________________________________________________________________

La prochaine étape immédiate est un comité de conférence du Sénat et de la Chambre pour négocier le projet de loi final. Sur la base de soixante ans de précédent, la partie Autorisation de la Défense deviendra presque certainement loi. Cependant, l’autorisation du renseignement n’est pas garantie de survivre. Cela dit, même si la composante d’autorisation du renseignement échoue, la demande de SSCI restera au minimum une expression formelle de la volonté du Sénat.

Adam Kehoe

_____________________________________________________________________

Adam Kehoe nous balise l’avancée du projet de loi de la NDAA pour l’exercice 2021. Un article un poil technique, mais très utile pour comprendre la suite.

Lien vers l’article :

https://blog.adamkehoe.com/legislative-progress-the-senate/

_____________________________________________________________________

Proposition de traduction :

Douglas D. Johnson , un chercheur bénévole affilié à la Coalition scientifique pour les études UAP (SCU) , a d’abord observé ces développements et a offert une analyse et un contexte inestimables pour cet article.

Hier (23 juillet 2020), le Sénat a adopté le projet de loi d’autorisation de la défense nationale (NDAA) par un vote de 86 à 14. La “loi d’autorisation du renseignement pour l’exercice 2021”, étroitement surveillée, a été fusionnée dans la NDAA.

Le projet de loi sur le renseignement contenait une demande frappante pour un rapport conjoint de la communauté du renseignement et du ministère de la Défense sur les phénomènes aériens non identifiés (PAN). La demande a reconnu une “Task Force” en cours, actuellement située au sein de l’Office of Naval Intelligence, et appelle à un rapport dans les six mois du directeur du renseignement national (DNI).

Le langage relatif à UAP est reproduit ci-dessous:

Commentaire récent des sénateurs sur la question de la PAU

Plusieurs sénateurs ont commenté cette question. Le président par intérim de la commission du renseignement du Sénat, Marco Rubio, a fait ces remarques à CBS à la suite du rapport du comité:

Auparavant, le membre de premier plan du Comité spécial du Sénat sur le renseignement (SSCI) Mark Warner, avait fait des remarques similaires en 2019, soulignant la gravité de la question:

Certains sénateurs qui ne sont pas membres du SSCI ont également fait des commentaires. Le sénateur Klobuchar a déclaré ce qui suit à partir de la campagne électorale de décembre 2019:

Que se passe-t-il ensuite?

La législation combinée sur la défense et le renseignement est encore loin d’être promulguée. Sur la base des précédents, il est peu probable qu’il soit promulgué avant une session postélectorale boiteuse prévue en novembre.

La prochaine étape immédiate est un comité de conférence du Sénat et de la Chambre pour négocier le projet de loi final. Sur la base de soixante ans de précédent, la partie Autorisation de la Défense deviendra presque certainement loi. Cependant, l’autorisation du renseignement n’est pas garantie de survivre.

Cela dit, même si la composante d’autorisation du renseignement échoue, la demande de SSCI restera au minimum une expression formelle de la volonté du Sénat.

Surtout, même si le langage est adopté en bloc, il ne deviendra pas une loi contraignante – simplement une expression de la volonté du pouvoir législatif. Il est également important de noter que certaines parties du projet de loi sont classifiées, de sorte qu’il n’est pas possible de savoir s’il existe d’autres directives liées aux PAU plus contraignantes dans la législation.

Autre élément de contexte important: le Congrès demande fréquemment à diverses entités du pouvoir exécutif de produire des rapports. Presque aussi souvent, ils se conforment de manière minimale, et parfois pas du tout. La force clé derrière cette demande de rapport demeure l’engagement de chaque sénateur. Sans leur attention continue, la demande de rapport peut probablement être ignorée ou satisfaite d’une manière purement performative.

Dans une perspective plus large, il est également important de se rappeler que de nombreux acteurs clés et personnes nommées peuvent changer – y compris le président des États-Unis. Gardez un œil attentif sur un éventuel futur DNI et sur les nouveaux présidents du Comité des forces armées du Sénat et du Comité spécial du Sénat sur le renseignement.

Points clés à surveiller:

  1. Ceux qui regardent S.3905 devraient maintenant commencer à regarder S.4049 à la place .
  2. Gardez un œil sur une audience potentielle de menace mondiale, potentiellement en août. Lors de cette audition, le DNI et d’autres dirigeants de la communauté du renseignement font une présentation sur les questions de renseignement aux comités du renseignement de la Chambre et du Sénat. Cette année, DNI Ratcliffe a proposé de ne faire une déclaration liminaire et de répondre aux questions qu’à huis clos . Même ainsi, il s’agit de l’une des premières audiences publiques sur les questions de renseignement.
  3. Suivez de près les points de vue des principaux membres des comités de la Chambre et du Sénat pour voir leur détermination à poursuivre cette question. L’adoption des projets de loi d’autorisation est importante, mais un mouvement réel ne viendra probablement que de la persévérance de chaque législateur.
  4. Recherchez tout changement dans le bureau de la DNI si le président Trump ne remporte pas sa candidature à la réélection. DNI Ratcliffe est largement perçu comme une figure partisane et ne tiendrait probablement pas longtemps son poste dans une administration démocrate. La mise en œuvre de cette demande sera en grande partie dirigée par le chef de la communauté du renseignement.