Nous entrons dans un siècle qui verra un ciel plus étrange et plus sauvage – de plus en plus rempli de drones de plus en plus sophistiqués et autonomes. L’Air Force est fondamentalement chargée de nous protéger de telles menaces. Au fil des ans, elle a diminué en termes de personnel et même d’avions. Pourtant, il reste un acteur important dans la recherche et le développement. Il possède l’une des fractions les plus élevées de programmes de budget noir de toutes les branches. Mais si l’Air Force retarde ou esquive cette question, à quoi servent ces programmes impressionnants? À quoi sert vraiment son budget? Le F-35 nous protégera-t-il contre les incursions dans l’espace aérien de nos rivaux? Ou d’acteurs non étatiques?

Adam Kehoe pour Medium


J’avoue, j’attends les articles d’Adam Kehoe avec beaucoup d’impatience ! Nouvel article pour Medium, fine analyse encore une fois, on voit bien que ça risque d’être chaud comme une sortie de turbine d’un U2 pour les gardés de l’Air Force ! Qui en plus perdent la main sur l’espace avec la création de la Space Force (copyright Netflix 😉 )

Lien vers l’article :

https://medium.com/@adam.kehoe/how-will-the-air-force-fare-under-the-gaze-of-the-senate-e0a036b65eb4


Proposition de traduction :

Imaginez ce scénario: le directeur du renseignement national (DNI) siège devant le comité sénatorial spécial du renseignement (SSCI) pour présenter un rapport sur les menaces aériennes avancées.

Le moment a été anticipé de près par un public fasciné par le mystère entourant les observations inexpliquées. Une petite communauté de personnes intéressées par la politique de défense surveille également de près. Ils s’intéressent principalement aux implications du monde réel pour la politique des systèmes d’aéronefs sans pilote (CUAS). En clair: ils s’inquiètent de la menace croissante des petits drones de plus en plus sophistiqués.

Le DNI vacille, fournissant des réponses moins que satisfaisantes. Il ou elle a eu six mois pour préparer le rapport tout en traitant simultanément de COVID-19, du scandale des primes russes et d’un certain nombre d’autres questions de renseignement pressantes qui reçoivent rarement l’attention du public. Tout cela, à la suite d’une élection âpre avec une attention sans précédent sur la perspective d’une ingérence du renseignement étranger dans la politique intérieure.

Il est à peine temps de déclassifier des documents pour répondre à la demande du Sénat d’un rapport non classifié. Ringmaster de cirque sans fouet, le DNI a eu du mal à mettre 17 agences têtues au pas. Comme on pouvait s’y attendre, il n’a connu qu’un succès partiel.

Pressé de répondre, le DNI, peut-être très nouveau dans sa position, doit expliquer l’échec. Ils doivent blâmer quelqu’un.

Qui cela sera?


Imaginez que vous êtes le PDG d’une grande entreprise. Vous voulez édicter une politique, mais vous savez que certains de vos managers de terrain ne veulent pas la mettre en œuvre car elle menace leur emploi.

Vous supervisez une vaste bureaucratie; vous connaissez à peine beaucoup de ces managers. Il vous faudrait des mois, voire des années, pour dénicher les éléments problématiques.

Comment trouver les fauteurs de troubles et ceux aux pieds d’argile?

Une façon de le faire est de confier à votre subordonné une tâche impossible. Vous leur dites de faire le changement dans six mois, sachez bien que cela ne peut pas être fait.

Si vous avez de la chance, votre subordonné pourrait faire des progrès symboliques vers le changement de politique que vous souhaitez. Mais la vraie valeur de votre demande est la pression – une pression immense – d’un délai très court. Ces délais concentrent l’esprit; ils localisent exactement qui se déplace lentement. Votre subordonné, intéressé à protéger son propre emploi, aura tout intérêt à nommer les parties problématiques.

En d’autres termes, parfois pour réparer quelque chose, vous devez le casser.


Demandez-vous pourquoi le SSCI n’a donné au DNI que 180 jours pour produire un rapport largement non classifié sur des questions aussi complexes.

La Commission du 11 septembre a mis près de deux ans à produire. L’évaluation des renseignements d’avant-guerre sur l’Iraq a duré un an au cours de la première phase et s’est étendue à près de quatre au total. Le principal architecte politique du rapport SSCI, Christopher Mellon, a suggéré un délai de 18 mois – trois fois plus long que la période spécifiée par le comité.

Pourquoi les hauts responsables politiques ont-ils imposé un délai aussi urgent – considérablement plus rapide que ce qui était recommandé?

Une réponse pourrait être parce qu’ils savent que cela ne se fera pas vraiment. Pourquoi serait-ce? De toute évidence, le problème est mal géré depuis des années. Le Sénat ne l’a appris que lorsque la campagne médiatique de la TTSA en 2017 a publié des images d’objets bizarres volant dans l’espace aérien protégé.

Les sénateurs n’aiment pas connaître les problèmes de sécurité nationale du New York Times.

Comme le PDG confronté à des managers de bas niveau obstinés, ils doivent sonder le labyrinthe pour trouver précisément où se situe le problème. Alors, peut-être qu’ils ont donné au DNI un travail impossible. Le jour du jugement, la fête la moins coopérative sera mise à l’honneur. Un DNI potentiellement nouveau, désireux de protéger son bureau déjà assiégé, a tout intérêt à renverser la faute.


Alors, revenons à l’image du DNI, transpirant légèrement dans une chaise inconfortable dans une salle d’audience.

Qui vont-ils blâmer? Qui a bloqué une demande simple du Sénat américain?

Le coupable ne sera probablement pas la Marine. Le groupe de travail de la Marine décrit dans le rapport semble être le chef de la lance. Il est explicitement loué et soutenu le SSCI.

La réponse est beaucoup plus susceptible d’être l’Air Force.

Le silence de l’Air Force est assourdissant. Il a également le potentiel de devenir accablant.

Nous entrons dans un siècle qui verra un ciel plus étrange et plus sauvage – de plus en plus rempli de drones de plus en plus sophistiqués et autonomes. L’Air Force est fondamentalement chargée de nous protéger de telles menaces. Au fil des ans, elle a diminué en termes de personnel et même d’avions. Pourtant, il reste un acteur important dans la recherche et le développement. Il possède l’une des fractions les plus élevées de programmes de budget noir de toutes les branches.

Mais si l’Air Force retarde ou esquive cette question, à quoi servent ces programmes impressionnants? À quoi sert vraiment son budget? Le F-35 nous protégera-t-il contre les incursions dans l’espace aérien de nos rivaux? Ou d’acteurs non étatiques?

L’Air Force est-elle prête à céder sa responsabilité à la Marine? Est-ce le message que le Sénat devrait entendre à un moment où les budgets de la défense devraient se contracter?

Rechigner sur cette question risque une erreur de calcul stratégique. Ce ne serait pas la première fois que l’Air Force perd l’initiative face à la Marine. Dans le passé, il a été mis au défi dans la livraison d’armes nucléaires. Pourquoi compter sur des bombardiers à longue portée et des missiles alors que la Marine peut livrer des armes avec des transporteurs mobiles ou des sous-marins furtifs?

Aujourd’hui, alors que nous rencontrons d’étranges nouvelles technologies, nous sommes confrontés à des problèmes d’intelligence proportionnellement étranges. Et encore une fois, la Marine, plus agile, a pris une longueur d’avance en se révélant le fournisseur supérieur de renseignements.

Ce n’est clairement pas l’Air Force qui a reçu les éloges du Sénat. Elle n’a reçu qu’un silence glacial concernant un problème relevant de sa mission principale.

Il n’est pas nécessaire qu’il en soit ainsi.

L’Air Force aura bientôt un nouveau chef d’état-major du général Charles Q. Brown Jr. Il est possible de redémarrer. Voici ce que l’Air Force pourrait faire:

1. Reconnaissez la situation telle qu’elle est. Pour une raison quelconque, l’Air Force a perdu l’initiative. Lorsque le DNI siège devant le Sénat, il n’aidera pas l’Armée de l’air si elle reçoit le poids du blâme pour un échec du renseignement. Surtout dans un domaine qui est pratiquement garanti d’être critique dans un avenir proche: la protection de notre ciel contre les nouvelles menaces aériennes avancées.

2. Apportez sa sophistication technologique massive pour résoudre ce problème. Il s’agit d’une formidable occasion de mettre en valeur l’excellence scientifique et technique de l’Air Force. Partagez vos données et prenez les devants avec vos capacités uniques.

3. Ne déléguez pas cela aux strates intermédiaires de la hiérarchie.Cela ne fera qu’encourager les retards et les formalités administratives. Cela garantira pratiquement une mauvaise journée dans la salle d’audience du Sénat. Prendre possession de ce problème à un niveau élevé – ce qui est clairement le problème de l’Air Force en premier lieu.

4. Dépassez la stigmatisation . Oui, le problème UAP / UFO a eu une atmosphère de carnaval. Cependant, nous entrons dans une nouvelle ère de concurrence entre grandes puissances. L’Air Force sait bien que la frontière est constituée de systèmes d’essaims autonomes composés de petits drones se déplaçant à des vitesses hypersoniques. Il le sait parce qu’il construit activement cet avenir. Ayez moins peur d’avoir l’air idiot. Relevez le défi qui est déjà clairement en vue.

En bref, l’Air Force a une rare opportunité de gagner quelque chose. Selon toute vraisemblance, il dispose déjà de programmes impressionnants à la fois en termes de drones et de capacités CUAS. Les cacher ou les obstruer par peur de la stigmatisation serait une erreur.

Si l’Armée de l’Air ne relève pas le défi, elle s’engage probablement à en prendre la responsabilité. Le prix de ce blâme peut être un siège arrière quand vient le temps de négocier le budget.

Ce n’est pas seulement l’estime du Sénat qui est menacée, mais le public et les recrues potentielles. Ce prometteur de 18 ans qui s’intéresse à la technologie pourrait bien décider que la Marine est un meilleur endroit pour appliquer ses talents que l’Air Force.