“La mission de ce nouveau rover est multiple. Son objectif principal et unique est de collecter des échantillons qu’un futur vaisseau spatial peut retourner sur Terre. Chaque fois qu’un rover se rend sur Mars, il y reste, sans aucun moyen de rentrer chez lui. Nous n’avons donc jamais ramené des échantillons de roche ou de sol de Mars. “

Space.com


Perseverance sera bientôt envoyé sur Mars. Avec un but (en plusieurs étapes) avoué : ramener du matériel martien. Intéressant d’en parler en ces périodes de pandémie….

Merci à Seb The Sniper pour le partage !!!

Lien vers l’article :

https://www.space.com/nasa-mars-2020-rover-perseverance-alien-life.html?fbclid=IwAR1pNwgXObLlfxbOFEtCExQShWtFCHenyCr_BS0p9bXA01dyaPeczMjCgD4


Proposition de traduction :

Roger Wiens est le chercheur principal des instruments ChemCam et SuperCam au laboratoire national Los Alamos du département américain de l’Énergie . SuperCam est le produit d’un partenariat États-Unis-France, avec le soutien de l’Espagne. Wiens a contribué cet article à Expert Voices: Op-Ed & Insights de Space.com 

De nombreux films de science-fiction au fil des décennies nous ont montré des versions fictives de Mars qui incluent tout, des vents de force ouragan (dans le film acclamé par la critique ” The Martian ” en 2015 ) aux plantes dévorantes (dans le film de 1959 “The Angry Red Planet “). La vérité sur la surface martienne n’est peut-être pas aussi dramatique mais, je dirais, elle est tout aussi excitante – sinon plus, car elle est réelle. Et avec le lancement de la mission Mars 2020 de la NASA cet été, nous sommes sur le point de découvrir encore plus.

Jusqu’à présent, grâce à une décennie de recherche permise par le rover Curiosity de la NASA , nous avons appris que les lacs, les rivières, les ruisseaux et les océans susceptibles d’apparaître au cours des éons font partie de l’histoire géologique de Mars. Alors que son époque de masses d’eau actives a pris fin il y a plus de trois milliards d’années, l’importance de leur existence passée n’est pas perdue pour ceux d’entre nous qui étudient la géologie de Mars.

Après tout, les masses d’eau douce actives nous disent que Mars était autrefois habitable. Cette connaissance nous hante. Jusqu’à présent, nous n’avons vu aucune preuve claire de la vie là-bas, pas même un virus. Mais si Mars était autrefois habitable, n’aurait-elle pas abrité la vie ?

La NASA est maintenant prête à franchir la prochaine étape pour répondre à cette question avec le lancement d’un autre rover, Persévérance .

La mission de ce nouveau rover est multiple. Son objectif principal et unique est de collecter des échantillons qu’un futur vaisseau spatial peut retourner sur Terre. Chaque fois qu’un rover se rend sur Mars, il y reste, sans aucun moyen de rentrer chez lui. Nous n’avons donc jamais ramené des échantillons de roche ou de sol de Mars. Cette mission propose de changer cela. Selon le concept actuel, le processus prendra en fait trois vaisseaux spatiaux différents : la persévérance commence par la collecte des échantillons sur une période de plusieurs années, une deuxième mission consiste à atterrir sur Mars avec une fusée pour lancer ces échantillons en orbite autour de Mars, et un le troisième retirerait les échantillons de l’orbite basse de Mars, les replacerait dans l’espace interplanétaire et les ramènerait sur Terre.

Ces échantillons nous en diront plus sur l’histoire géologique de Mars que tout ce que nous avons actuellement appris, ce qui est déjà beaucoup. Depuis 2012, le rover Curiosity a parcouru plus d’une douzaine de kilomètres, faisant des observations en cours de route avec ses 10 instruments. L’un d’eux, l’ instrument laser ChemCam, a zappé des roches, étudié leur composition chimique et nous a révélé la nature du grand lac qui existait autrefois près de l’équateur de Mars. Cet instrument est commandé alternativement depuis Los Alamos au Nouveau-Mexique et l’Agence Spatiale Française à Toulouse, en partenariat entre le Laboratoire National Los Alamos et le centre de recherche IRAP. Chaque semaine, les opérations changent de mains entre les deux lieux. Ensemble, l’équipe ChemCam a publié près de 100 articles scientifiques sur ses découvertes à partir de plus de 750 000 zaps laser. D’autres instruments étudient la minéralogie de Mars et ses modèles météorologiques.

De plus, grâce aux données de l’instrument d’analyse d’échantillons du rover Curiosity sur Mars, ou SAM, nous savons que Mars possède en effet des molécules organiques , définies comme des molécules contenant du carbone et de l’hydrogène, et parfois de l’oxygène, de l’azote ou d’autres éléments. C’est excitant parce que les molécules organiques composent notre propre corps – mais elles peuvent également être fabriquées par des processus non vivants. Et donc l’intrigue s’épaissit: les matières organiques que nous voyons sur Mars proviennent-elles de la vie ou non?

Le Perseverance Rover de la NASA sera lancé sur Mars à l’été 2020. Fin 2019, le rover a été soumis à une série de tests.

Jusqu’à présent, les matériaux organiques martiens comprennent des molécules à longue chaîne avec jusqu’à 12 atomes de carbone. C’est plus complexe que ce à quoi nous nous attendions sur la surface rayonnée de Mars. Et c’est précisément pourquoi nous voulons rassembler les échantillons les plus intéressants et les ramener sur Terre. Les instruments robotiques que nous envoyons vers ces destinations lointaines sont devenus plus avancés au fil des décennies, mais ils ne peuvent rivaliser avec les incroyables instruments de laboratoire dont nous disposons sur Terre. Nous nous attendons à en savoir beaucoup plus sur Mars une fois que nous aurons récupéré des échantillons de la mission Mars 2020.

Les premiers travaux de conception ont déjà commencé sur le vaisseau spatial pour le voyage de retour d’échantillons de Mars. En attendant, Perseverance va trouver les échantillons. Une fois de plus, le rover arbore un instrument laser zapping, cette fois appelé SuperCam (la nouvelle génération de ChemCam). En plus des tirs laser qui fournissent les compositions chimiques des roches, deux autres techniques donnent des informations complémentaires sur leur contenu minéral (la façon dont les éléments sont liés ensemble en molécules). Pendant ce temps, un microphoneécoutera le claquement des impacts laser pour dire à l’équipe de Persévérance à quel point les roches sont dures – un autre détail important à la fois pour les opérations de rover et pour interpréter le cadre géologique. Sans oublier que le microphone nous donnera nos tout premiers enregistrements de la surface martienne, afin que nous puissions écouter le vent et tous les autres sons que l’environnement pourrait offrir.

Sur le bras du rover, l’instrument SHERLOC revendique également l’héritage ChemCam, en particulier pour son détecteur et son électronique, qui viennent de Los Alamos. Sonde à petite échelle ne regardant que quelques microns à la fois, SHERLOC recherchera des molécules organiques qui pourraient être des signes de vie.

Perseverance est maintenant en Floride et l’équipe prépare le lancement du vaisseau spatial. La NASA a réussi à poursuivre ces préparatifs en toute sécurité ce printemps. La Terre et Mars se dirigent vers une sorte de rencontre – une approche rapprochée d’environ 63 millions de kilomètres (63 millions de kilomètres). C’est le moment idéal pour envoyer la prochaine mission sur Mars . La fenêtre de lancement (un certain nombre de jours où la mission peut commencer son voyage entre les deux planètes) s’ouvre le 17 juillet. Je ne sais pas si je vais me rendre à Cap Canaveral, compte tenu des circonstances, mais d’une manière ou d’une autre, Je regarderai avec impatience le lancement. Après cela, nous attendons avec impatience le 18 février 2021 – la date d’atterrissage. Une période chargée d’exploration et de découverte s’ensuivra, et vous pouvez être sûr que je serai sur des épingles et des aiguilles, attendant avec impatience les résultats.