“À cette époque, «aucun scientifique vraiment sérieux ne travaillerait sur ce sujet», se souvient Drake. «C’était un sujet tabou en astronomie. Personne d’autre ne faisait de fouille parce qu’ils avaient tous peur. J’étais trop stupide pour avoir peur. » 

Seth Shostak


90 tours de notre étoile en restant debout, ça se fête ! Franck Drake a donc 90 ans, mais au final il a depuis longtemps atteint l’immortalité avec son équation.

Qui, on en conviendra, n’est qu’une ébauche mathématique que les générations futures devront ajuster, modifier, et surtout résoudre. Elle n’a jamais eu d’autres ambitions, et représente ce que doit être la Science, une série d’hypothèses réfutables et ajustables en fonction de nos découvertes.

Alors, niveau découverte, SETI, pour l’instant, ce n’est pas lourd. Je ne suis pas convaincu d’ailleurs du bien fondé de la méthode. Si ce n’est, comme l’a admirablement illustré Carl Sagan, qu’une civilisation supérieure décide d’entrer en contact avec nous par nos moyens de communication rudimentaires…

Lien vers l’article de Seth Shostak :

https://www.seti.org/father-seti


Proposition de traduction :

Frank Drake a eu 90 ans la semaine dernière. C’est un jalon atteint par moins de cinq pour cent de la population américaine.

Mais alors que les félicitations sont de mise, ainsi que les questions sur son régime alimentaire recommandé ou son régime d’exercice, Drake devrait être célébré pour plus que le nombre de bougies sur son gâteau. Il a été le premier à sonder le ciel d’une manière sans précédent dans une expérience qu’il a appelée Project Ozma .

Drake cherchait des signes de compagnie cosmique: la présence d’autres êtres intelligents sur des planètes autour d’autres étoiles.

Les penseurs profonds spéculent sur les extraterrestres depuis au moins deux mille ans. Au 19ème siècle, les tentatives des scientifiques pour trouver des êtres d’un autre monde dans notre système solaire ont conduit à de multiples prétentions de succès. Nous savons maintenant que ces efforts étaient scientifiquement naïfs. Le plus célèbre était l’affirmation dramatique que Mars était irriguée par un réseau de canaux délibérément construits. En deux douzaines d’années, cela est devenu une affirmation risible alors que les astronomes en apprenaient davantage sur la planète rouge.

Frank Drake
Crédit: Observatoire national de radioastronomie

Mais l’approche de Drake pour localiser les extraterrestres en écoutant les ondes radio n’a  pas  été dépassée par des recherches ultérieures. Sa stratégie est toujours déployée avec enthousiasme six décennies après son expérience pionnière SETI. Il s’agit d’une circonstance vraiment remarquable et presque sans précédent dans l’exploration. Soixante ans après que Lewis et Clark eurent utilisé des canots et des guides indigènes pour cataloguer le haut Missouri, personne n’aurait envisagé une nouvelle reconnaissance du territoire occidental avec des officiers militaires et des hommes de frontière. Trop de choses avaient changé et l’approche aurait été différente.

Aucune révolution similaire ne s’est produite dans notre recherche d’extraterrestres, bien que l’équipement soit meilleur. Drake lui-même note que la technologie de récepteur d’aujourd’hui peut «dupliquer la quantité de données collectées par les expériences précédentes en quelques secondes». C’est un clin d’œil à la technologie numérique incroyablement performante d’aujourd’hui. Mais la stratégie n’a pas été modifiée.

Cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas d’autres façons de chasser les extraterrestres. On pourrait, par exemple, rechercher des projets d’ingénierie massifs construits par des sociétés très avancées. Mais de tels artefacts nécessitent que les extraterrestres rassemblent des niveaux vraiment énormes d’expertise, d’énergie et de substance si de tels travaux sont visibles à grande distance. En revanche, les signaux radio peuvent être facilement détectables à des années-lumière même si les extraterrestres ne consacrent que des efforts et des kilowattheures modestes à leur production.

Plus important encore, la radio (ou d’autres signaux électromagnétiques, tels que les lasers) est logique car elle peut être utilisée pour transmettre des informations aussi rapidement que l’univers le permet. L’hypothèse de Drake est que, quelle que soit la technologie avancée d’une civilisation extraterrestre, leur utilisation de la radio pour envoyer des informations serait aussi durable que l’utilisation des engrenages. 

Par conséquent, la recherche de transmissions radio n’est pas une entreprise paroissiale. Cela ne suppose pas que les extraterrestres sont comme nous en particulier, seulement qu’ils vivent dans le même univers, avec la même physique. L’approche de Drake à SETI est le summum de la modestie cosmique.

Le projet Ozma a établi les choix techniques pour presque toutes les expériences radio SETI subséquentes, telles que le filtrage du spectre micro-ondes pour les composants de signal à bande étroite. Drake est également salué pour l’ équation éponyme qu’il a conçue un an après le projet Ozma pour évaluer la probabilité de réussite d’une recherche SETI.  

Mais ce dont on se souvient rarement, c’est de l’audace de son expérience. Le projet Ozma a nécessité un niveau d’audace que peu de projets scientifiques exigent.

Lorsque le jeune radio-astronome a demandé la permission à Otto Struve, directeur de l’Observatoire national de radio-astronomie, pour entreprendre son expérience, ils ont accepté de garder le silence – une circonstance rare dans la recherche.

À cette époque, «aucun scientifique vraiment sérieux ne travaillerait sur ce sujet», se souvient Drake. «C’était un sujet tabou en astronomie. Personne d’autre ne faisait de fouille parce qu’ils avaient tous peur. J’étais trop stupide pour avoir peur. » 

Ou trop audacieux. Peu de chercheurs estiment que leurs investigations sont si radicales qu’ils doivent garder leur travail à l’abri. La bravoure de Drake est certainement l’un des aspects les plus remarquables de la première expérience SETI.

Pour appeler Drake un pionnier confine à la facilité. Comme toutes les entreprises qui se sont aventurées au-delà du connu, tout cela semble facile et évident avec le recul. Mais la piste tracée par Frank Drake est toujours foulée par ceux qui le suivent. 

Pour les scientifiques qui cherchent à savoir si la Voie lactée abrite d’autres habitants, la stratégie de Drake reste l’étalon-or sans tache. Mais en célébrant son travail de pionnier, nous ne devons pas oublier qu’il était plus que prémonitoire; il était courageux.