Bonjour à tous,

Cet article était initialement dans l’Espace Membres, la saison 2020 des Crop Circles apparemment ouverte, je vous le livre !

Bonne lecture


 

Chers amis, chers followers,

Depuis la fin du printemps et le début de l’été, nous observons une véritable vague d’agroglypes ou crop circles.
Chacun est bien sur libre d’avoir son avis sur la question, nous avons le plaisir de pouvoir nous appuyer sur l’analyse de l’artiste Land Art Franck Bonneau.
Gràce à Remy Borne qui a partagé sur notre mur facebook un article d’Etljo H.Hasselhoof,
http://www.dcca.nl/experimental-study.pdf?fbclid=IwAR1soL8n7GAq0F50bdNUd14dn0XYqHn0IVG09-yOK8MdpTOlhELhKeKopus
j’ai découvert le site du CICAP (Comitato Italiano per il Controllo delle Affermazioni sul Paranormale), et de sa section spéciale Crop Circles (voir annexes en fin d’article).
Je n’ai pas résisté à l’envie de partager l’article Crop Circles : the dead flies mystery, écrit par Francesco Grassi. Article qui revient sur le mystère des mouches collées trouvées dans les Crops. Passionnant… et dégoutant en même temps !
Bonne lecture !

Crop Circles :

The Dead Flies Mystery

De nombreux experts en crop circles affirment que le phénomène repose en grande partie sur l’hypothèse suivante: « Même si l’on sait qu’un très grand nombre de formations sont artificielles, il existe des formations » authentiques « où les capacités humaines ne sont pas en jeu. C’est le véritable phénomène que nous devrions étudier « .
Cependant, en y regardant de plus près, vous vous rendrez vite compte que personne n’a jamais proposé de critère ultime pouvant être utilisé par quiconque entrant dans une nouvelle formation afin de savoir s’il peut être attribué sans ambiguïté à une action humaine ou non.
Lorsque le phénomène a commencé à être signalé [après 1980], les principaux experts ont affirmé que les crop circles n’avaient pas pu être fabriqués par l’homme, car « … il aurait été impossible pour l’homme de se déplacer dans les champs de blé sans laisser de traces « .
En fait, vous pouvez remarquer – et n’importe qui peut! – des chemins rectilignes dans les champs, appelés « lignes de tramway » créées par les tracteurs agricoles lors de l’ensemencement. Vous pouvez facilement entrer dans les champs le long de ces chemins sans quitter les sentiers. La chose surprenante est que les experts eux-mêmes ont toujours conseillé aux personnes curieuses de suivre ces chemins afin d’éviter d’endommager les formations !
De nos jours, nous connaissons de nombreuses formations clairement construites par l’homme, sans aucune trace de passage humain. Comment peut-on encore défendre l’argument des croyants au sujet d’une intervention non humaine dans les champs?
Au début des années 90, le concept « d’anomalie » a commencé à apparaître dans le débat sur les crop circles, remplaçant l’argument du « manque de traces humaines », selon lequel plus personne ne le mentionne maintenant.

Les mouches mortes: l’anomalie probante? 

Le 3 juin 2002, la rédaction de CICAP a reçu un courrier électronique signé par des « observateurs presque anonymes » avec le contenu suivant: « Chers Messieurs, Nous nous demandons comment pouvez-vous oser comparer votre horrible cercle (ou ceux clairement créés par des contrefacteurs) à la perfection, les mouches mortes, les mutations en germination et bien plus encore, des originales.  »
D’après ce qu’ils écrivent, il semble que les « observateurs presque anonymes » puissent distinguer sans ambiguïté les « véritables » des crop circles synthétiques. Le premier critère invoqué est la « perfection », par opposition à « l’imperfection » de la formation CICAP rapportée dans un article publié dans le magazine « Focus » de juillet 1999; le deuxième critère invoqué est basé sur les « mouches mortes ». Ils mentionnent également les « mutations dans la germination » et d’autres critères permettant de distinguer les « crop circles » contrefaits et « authentiques ». La référence fantaisiste aux mouches mortes ne peut empêcher d’attirer l’attention; il est facile de deviner que cette caractéristique doit être considérée comme une « anomalie », un signe probablement distinctif de l’intervention de quelque chose de mystérieux qui agit dans les champs,
Par conséquent, les mouches mortes sont-elles l’anomalie probante?

La première sourceSurprise par ses découvertes, elle a rassemblé certains des insectes morts et les a envoyés à un expert du London Natural History Museum. L’expert a tout d’abord soupçonné que la mort de l’insecte pouvait être due aux effets d’un champignon (Entomophtora muscae ), mais après des analyses plus approfondies, cette cause a été exclue. Un tel phénomène n’avait jamais été vu auparavant et aucune solution satisfaisante ne pouvait être imaginée.  »
C’est ce que Eltjo H. Haselhoff, docteur en physique théorique et expérimentale, rapporte dans son livre » L’approfondissement de la complexité des crop circles « (Frog Ltd ) dans la section intitulée « L’énigme des mouches mortes » [ note du traducteur : le texte cité est en réalité une traduction de l’édition italienne du livre].
006_01
© Janet Ossebaard
Fig. 1: photographie de mouches mortes dans un crop circle
Le témoignage de Janet Ossebaard est en fait plutôt alarmant, car il semble que les énergies mystérieuses tuent les mouches et les explosent lors de la création de crop circles.Cependant, le livre de Haselhoff ne contient aucune photo du  » cercle  » contenant les mouches mortes (peut-être que les « observateurs presque anonymes » ajouteraient l’adjectif « parfait « ). Le livre ne précise même pas l’emplacement où ce  » cercle  » serait apparu; Ainsi, malgré ces prémisses inhabituelles, mon enquête a commencé.
Est-ce que la beauté et la perfection impliquent « l’authenticité »? Mes points de départ m’ont conduit à l’article original écrit par Janet Ossebaard [2] intitulé: « Le mystère des mouches mortes ».
Ici, nous pouvons lire le compte rendu original et examiner (avec étonnement) le « cercle parfait » où cette anomalie fantaisiste a été rapportée. La formation est située à Cherhill dans le Wiltshire (Angleterre); La figure suivante montre l’image que vous pouvez voir à l’adresse Internet suivante:
http://home.clara.net/lucypringle/photos/1998/uk98cm.html
006_02
© Lucy Pringle
Fig. 2: crop circle des mouches mortes
Je peux en déduire – évidemment – que tous les chercheurs de crop circles ne sont pas d’accord avec les déclarations que les « observateurs presque anonymes » ont envoyées à CICAP. En fait, le cercle des mouches mortes est tout simplement horrible et nous pouvons tout aussi bien affirmer que les « observateurs presque anonymes » n’ont jamais observé la « perfection » de cette formation qu’ils considèrent apparemment comme authentique, sinon ils n’auraient jamais commis un tel acte « . faux pas ».
De plus, la littérature sur les crop circles ne semble pas contenir de rapports détaillés sur les mouches mortes, comme le décrit Janet Ossebaard, mais j’ai quand même décidé de poursuivre l’enquête. Quelle piste devrais-je suivre?
Le seul indice: Entomophthora muscae Pour enRevenant au paragraphe du livre de Haselhoff, j’ai décidé d’explorer la seule piste à ma disposition, à savoir la référence mystérieuse au champignon Entomophthora muscae .
Que sont les champignons? En termes simples, nous pouvons dire que les champignons sont des organismes beaucoup plus complexes que les bactéries; elles ressemblent aux plantes mais, contrairement aux plantes, elles ne peuvent pas synthétiser de chlorophylle et doivent donc aller chercher de la nourriture auprès d’autres formes de vie. Les champignons se nourrissent habituellement d’organismes morts, mais parfois ils attaquent et détruisent des organismes encore vivants.
Les recherches sur les champignons ont permis de les classer en différentes espèces. La première espèce de champignon capable d’attaquer et de détruire les mouches domestiques vivantes et d’autres espèces de mouches a été identifiée pour la première fois en 1855. Son nom est Entomophthora muscae .
Tous les champignons définis comme entomophthora partagent une caractéristique commune: ils détruisent les insectes qu’ils attaquent. En fait, le mot entomophthora provient de la composition de deux mots grecs: éntomon (insecte) [de éntomon(zôion), littéralement « découpé intérieurement (animal) » ( entémnein « sculpter, graver »), c’est-à-dire « dont le corps est divisé en segments « ] et phtora (destruction) [à partir de phteiro,Note du traducteur :muscae est le latin pour « de la mouche », de musca , « mouche »].
Mais comment exactement le champignon Entomophthora muscaese comporte-t-il envers les mouches?Plus de preuves de mouches mystérieusement mortesGrâce à Internet, j’ai trouvé des témoignages d’autres personnes qui sont tombées sur des mouches mystérieusement mortes et qui ont rapporté leur perplexité au filet. Voilà le premier.
Le 14 août 1997, Darin Burleigh a envoyé un message intitulé « Des mouches collées sur des feuilles » au groupe de discussionsci.bio.entomology.misc.: « L’autre jour, j’ai rencontré un phénomène très curieux dans la réserve forestière de Kishwaukee, dans le comté de Winnebage, dans l’Irlande du Nord (près de Rockford). Des centaines de mouches (à la recherche des abeilles, je ne connais pas l’espèce) ont collé [aux] feuilles. Vraiment bloqués. Comme s’ils étaient tous assis autour et se sont soudainement collés là. Ils étaient tous morts. Certains d’entre eux étaient coincés dans des touffes « .
Kathie T. Hodge (17 août 1997) a notamment répondu: « Cela ressemble à une épizootie d’une maladie fongique, probablement causée par Entomophthora muscae ou l’un de ses proches. Il provoque souvent des événements de mortalité assez spectaculaires, comme le celle que vous décrivez E. muscaeles mouches infectées lorsque les spores se posent sur elles, puis germent et se développent à travers la cuticule. Le champignon prolifère alors à l’intérieur de la mouche, la dévorant essentiellement de l’intérieur. Les hôtes infectés montent souvent haut avant la mort et s’accrochent [ note de l’auteur: au moyen de la trompe ] ou sont cimentés par les excroissances du champignon. On pense que cela facilite la dispersion du champignon, ce qui produit des spores déchargées de force. Les structures productrices de spores émergent entre les segments abdominaux après la mort, jettent leurs spores, puis s’effondrent; il est donc parfois difficile de voir des traces du champignon chez les spécimens plus âgés, et les mouches mortes semblent étrangement normales, sauf morts et collés sur leur substrat. […] « .
Le deuxième témoignage que je cite est celui de Jim Ogilvie qui, le 18 novembre 1994, a posté un message intitulé « Les mouches domestiques  » (sic) au groupe de discussionsci.bio.entomology.lepidoptera : « […] J’ai remarqué que dans À l’automne, vous trouverez de nombreuses mouches de maison mortes autour de la maison. Elles semblent juste atterrir, mourir et rester là. Quand elles meurent sur une fenêtre, vous verrez toujours un jet de matériau sur le verre sous la volée. C’est comme quand la volée expiré sa force de vie l’a quitté et éclaboussé sur le verre. Que se passe-t-il ici? « .
Parmi les différentes réponses reçues par Jim, lisons attentivement celle qui a été envoyée le 21 novembre 1994 par Stuart Krasnoff: « Vous décrivez des mouches […] qui sont mortes d’une infection par un champignon, Entomophthora muscae. Une mouche est infectée quand une spore fongique d’une autre mouche infectée se pose dessus. Le champignon pénètre dans la cuticule de la mouche, prolifère à l’intérieur de celle-ci et, peu après la mort de la mouche, se développe hors du cadavre et produit des spores qui se projettent dans une « douche », ce qui provoque la couronne blanche que vous voyez entourant le cadavre verre à vitre. En règle générale, la mouche mourra dans une position surélevée collée au substrat par son proboscile avec les jambes étendues, les ailes levées et l’abdomen incliné vers le haut « .
La solution commence à prendre forme, mais il est préférable de l’étudier plus attentivement champignon mystérieux dont le nom est Entomophthora muscae .
Entomophthora muscae : phases et détailsDes entomologistes ont divisé l’attaque d’ Entomophthora muscae en six phases bien définies [3]:
1. Phase d’infection . L’infection se produit à travers les phanères de l’insecte, c’est-à-dire par voie percutanée.Une conidie (c’est-à-dire une cellule qui se détache du corps végétatif du champignon pour former un nouvel individu) adhère à la cuticule de l’insecte, germe et la perfore par action enzymatique.

2. Phase lipolytique et développement localisé au foyer d’infection dans le corps adipeux de l’hôte. 

Après la pénétration dans l’organisme hôte, le champignon se développe d’abord lentement et ne se propage pas à l’intérieur du corps de l’insecte. A ce moment, le parasite sécrète des lipases très actives qui digèrent très activement les graisses.

3. Colonisation du corps hôte par généralisation de l’infection.

Le champignon se propage rapidement dans l’organisme hôte grâce à la prolifération rapide de nombreux hyphes (filaments unicellulaires ou multicellulaires qui composent le corps des champignons supérieurs). En conséquence, le champignon pénètre dans toutes les sections principales du corps de l’hôte (abdomen, thorax et tête), quel que soit le site de l’infection. Au cours de cette phase, le champignon utilise les nutriments accumulés au cours de la phase précédente sans digérer activement les tissus de l’hôte.

4. Phase protéolytique.

Après la colonisation de tout le corps de l’hôte ou du moins de son abdomen, le champignon sécrète des enzymes protéolytiques très actives. il pénètre dans les muscles et les autres tissus de l’insecte et détruit très rapidement tout le contenu de son corps. À la fin de cette phase, le contenu du corps de l’hôte se transforme en un liquide blanc comme le lait, une suspension de gouttelettes de graisse et des corps hyphales du champignon. À ce stade, le corps de l’insecte infecté ressemble à un sac à paroi mince rempli de liquide et le corps est mou et flasque.

5. Phase de momification du corps de l’hôte.

Une fois la protéolyse terminée, les corps hyphales du champignon en suspension dans le liquide du corps de l’hôte absorbent rapidement le liquide environnant et se développent rapidement pour former un enchevêtrement spongieux. La consistance du corps passe de flasque à rigide. À la fin de cette phase, les parties infectées du corps de l’hôte ont très bien résisté à la pression exercée par la masse du mycélium du parasite; ces parties de l’insecte s’étendent et s’étendent dans leur intégralité.

6. Sporulation. 

Cette phase se termine lorsque les hyphes fongiques, après avoir percé le tégument de l’hôte et repoussé à l’extérieur, provoquent une dernière explosion de spores. Celles-ci forment un « saupoudrage », une couronne de « matière blanche » sur le substrat où la mouche est morte.

006_03
© Thomas J. Volk
Fig. 3: mouche « éclatée » à la fin de la phase de sporulation
Les mouches infectées par Entomophthora muscae meurent généralement en position surélevée, la trompe en extension et collées au substrat, les jambes en extension, l’abdomen incliné par rapport au substrat et les ailes au-dessus du niveau du thorax. Cette position particulière favorise deux comportements chez des mouches non encore infectées, car la mouche morte a l’air de manger ou de vouloir s’accoupler. Ainsi, les mouches non infectées s’approchent de la mouche morte et sont infectées parce qu’elles sont attirées par la nourriture ou sexuellement. Un autre détail intéressant est que les insectes qui ne sont pas encore morts peuvent être facilement capturés; s’ils sont libérés du substrat et stimulés, ils peuvent toujours effectuer certaines actions typiques de leur espèce, telles que « voler » dans le cas des mouches ou, par exemple, « sauter » dans le cas des criquets.
Les chercheurs Krasnoff, Watson et Gibson du département d’entomologie de l’Université Cornell d’Ithaca, dans l’État de New York, ont enregistré et analysé le comportement des mouches avant et après leur mort, en se concentrant sur quatre événements caractéristiques [4]:1. dernier mouvement locomoteur
2. dernière extension du proboscis vers le substrat
3. début du mouvement ascendant des ailes
4. fin du mouvement ascendant des ailesCette analyse a montré que la séquence est chronologiquement bien définie et fortement stéréotypée. Le temps moyen entre le dernier mouvement locomoteur et la fin du mouvement ascendant des ailes est de 85 minutes, le temps moyen entre le début du mouvement ascendant des ailes et la fin du mouvement ascendant des ailes est de 15 minutes.Un événement crucial vraiment inattenduOn sait que la chance aide l’audacieux; J’ajouterais que cela aide surtout ceux qui paient une attention éclairée à ce qu’ils voient. Quand je suis rentré chez moi après les vacances de Noël (janvier 2003), j’ai été étonné de découvrir une mouche morte collée à la surface interne de la porte de la porte-fenêtre de ma chambre.
La mouche avait une trompe coincée, des ailes déployées et « quelque chose » de blanchâtre qui coulait de l’abdomen: tous les symptômes typiques d’un décès causé par Entomophthora muscae .
Grâce à l’aide précieuse de Marco Morocutti, ingénieur électricien et membre à part entière de CICAP, j’ai enregistré la découverte avec quelques photos en gros plan où vous pouvez voir clairement le proboscope de la mouche étendu et collé à la porte par des particules du champignon, du corps et les ailes sont positionnées comme prévu et le champignon s’échappe de l’abdomen.
006_04
© CICAP
Fig. 4: détail de la trompe collée au substrat
J’ai détaché la mouche du substrat et l’ai mise dans un récipient stérile, puis je l’ai apportée au département de mycologie de l’Université de Pavie pour une analyse plus approfondie. Je rapporterai les résultats plus tard.
006_05
© CICAP
Fig. 5: détail du champignon qui s’échappe de l’abdomen de la mouche. Remarquez les ailes levées
Contacts avec Janet Ossebaard et Bert Janssen

À ce stade de l’enquête , je directement contacté Janet Ossebaard, témoin le plus important du phénomène, afin de lui demander explicitement sur les preuves de laboratoire, cité dans le livre de Haseloff, qui exclurait entomophthora muscae comme une cause naturelle de la mort des mouches.
Janet a très gentiment répondu qu’elle n’avait pas les rapports, mais qu’ils faisaient probablement partie des documents laissés à son collègue Bert Janssen, un autre chercheur de crop circles. Quoi qu’il en soit, Janet m’a envoyé les photographies qu’elle a prises en 1998. L’une d’entre elles était particulièrement intéressante.
J’ai donc contacté Bert Janssen. Il a gentiment répondu aussi. Il m’a dit que les rapports étaient vraiment avec lui, mais ils étaient emballés dans une boîte de son sien avant de déménager et n’étaient pas faciles à trouver.
J’ai ensuite demandé à Bert s’il pouvait se rappeler exactement ce qui était écrit dans le rapport du laboratoire britannique. Sa réponse fut:  » Les mouches étaient partiellement recouvertes d’ une sorte de substance blanche indiquant que la cause de la mort était un champignon. Mais la substance blanche indiquait également une intoxication par un pesticide. Il s’est avéré que ni l’une ni l’autre n’avait causé la mort des mouches: aucun résidu de pesticide n’a été retrouvé et si les mouches avaient été tuées par un champignon, il aurait dû exister une sorte d’indicateur manquant et par conséquent leur mort n’aurait pas pu être causée par un champignon ».
Il est intéressant de savoir que » les mouches étaient partiellement recouvertes d’une sorte de substance blanche « , car ce détail – critique à mon avis – n’avait jamais été rapporté auparavant. L’absence de l’indicateur du champignon, comme l’a rappelé Bert, est intéressant.

L’indicateur manquant et la photographie probante que je laisse de côté les résultats mycologique de la mouche que j’ai trouvé et envoyé pour analyse, car ils représentent un autre événement crucial dans cette enquête.
Mais qu’est-ce que l’ analyse L’objectif est d’identifier un développement in vitro du champignon qui s’échappe de l’abdomen de l’insecte.Un échantillon du champignon a été prélevé et placé sur un substrat de culture.
Le champignon a eu le temps de se développer, puis le résultat a été vérifié au microscope.Le résultat attendu était la culture d’Entomophthora muscae , « l’ indicateur attendu « , selon les mots de Bert. Les analyses de la mouche que j’ai trouvées ont pris bien plus de deux mois à se développer et n’ont montré que deux champignons spécifiques: Alternaria etCladosporium . Mais il n’y avait aucune trace d’ Entomophthora muscae . Comment cela peut-il être possible?
Ils m’ont expliqué qu’après avoir été tués par Entomophthora muscae , la mouche peut être envahie par d’autres champignons qui ne peuvent généralement pas attaquer des insectes vivants. Dans ces conditions, Entomophthora muscae ne peut passe présenter si facilement « in vitro » (de plus, ce champignon est très difficile à développer « in vitro »).
Par conséquent, dans mon cas également, l’indicateur attendu s’est avéré être manquant, mais cela ne justifiait aucune conclusion mystérieuse. Le champignon Entomophthora muscaene s’est tout simplement pas présenté in vitro, mais a sans aucun doute été la cause de la mort de cette mouche, car tous les symptômes de l’infection étaient présents. Quoi qu’il en soit, la tentative d’obtenir des développements d’ Entomophthora muscaen’a pas pris fin et va se poursuivre.
L’infection est également très évidente sur l’une des photographies que Janet m’a envoyées, où vous pouvez clairement remarquer que l’abdomen de la mouche s’est dilaté et strié à cause du champignon.

006_06
© Janet Ossebaard
Fig 6: détail de l’abdomen dilaté et strié à cause du champignon et des ailes dressées
Après une inspection plus minutieuse, vous vous rendez compte que les mouches des photographies de Janet ne sont pas des « mouches domestiques ». Une enquête plus approfondie m’a fait comprendre que ces mouches font partie de la grande famille desAnthomyiidae , dont les larves attaquent les semences ou les racines et peuvent nuire à l’agriculture. Il existe de nombreuses références sur Internet qui tentent de rassurer les jardiniers et les agriculteurs inquiets qui trouvent ce type de mouche collée au proboscis sur les tiges, car ils semblent endommager les plantes en se nourrissant de leur sève.

Poussez la braguette dans le four à micro-ondes

Après une lecture attentive du livre de Haselhoff, vous réalisez qu’il a tout intérêt à rendre compte de la découverte de Janet. La prétendue « explosion de mouches » est surtout importante en tant que preuve de la conclusion à laquelle il veut amener le lecteur, à savoir(« Balls Of Light ») agissent sur les champs lors de la formation de « véritables » crop circles. Il pense également que les BOL irradient les tiges, produisant ainsi un allongement « anormal » des noeuds de la tige et des « cavités d’expulsion ». Les « cavités d’expulsion » seraient constituées de trous dans les nœuds, comme si de petites explosions s’y étaient produites (d’où la similitude avec les mouches explosées) après un échauffement soudain et intense de la tige dû au rayonnement BOL.
Les études de Haselhoff suivent en réalité les données et les études du biophysicien William C. Levengood du début des années 1990. Au contraire, selon Levengood, tous ces phénomènes ne seraient causés que par des micro-ondes émises par des « tourbillons de plasma » tout aussi mystérieux et imaginaires. Haselhoff n’insiste cependant pas uniquement sur les micro-ondes, contrairement à Levengood; il laisse la porte ouverte à tout le spectre de fréquences des ondes électromagnétiques. Quoi qu’il en soit, tout cela encourage les gens à penser que « certaines ondes électromagnétiques » ou micro-ondes sont impliquées dans la formation des crop circles.
Afin de vérifier si les micro-ondes peuvent exploser, j’ai fait une expérience. J’ai capturé des mouches et les ai placées dans de petits récipients en verre fermés avec une mince feuille de plastique (du type utilisé pour la nourriture). J’ai utilisé mon four à micro-ondes « Whirlpool MT263 » pour régler la puissance à 650 watts et le temps maximum d’irradiation à 40 secondes; le plat était en rotation. Toutes les 10 secondes, je vérifiais l’état de la mouche.
Les conclusions sont absolument claires et reproductibles:
– la mort survient généralement dans les 20 premières secondes
– les mouches n’explosent pas
– la trompe ne s’étire pas et n’est pas bloquée
– les ailes ne se lèvent pas

006_07
© CICAP
Fig 7: mouche irradiée au four à micro-ondes. Notez que la trompe n’est pas étirée et que les ailes sont au repos
Ainsi, les mouches des fours à micro-ondes ne explosent pas comme du pop-corn, mais entre-temps, la légende a déjà évolué. les mouches sont devenues des « insectes » génériques (même le sociologue Roberto Pinotti le rapporte dans la préface du livre de Haselhoff) et, dans certains cas, l’explosion est même devenue une « implosion ».

Conclusions

Pendant que j’écris cet article, presque un an s’est écoulé depuis le début de l’enquête. Bien que la cause la plus plausible de la mort des mouches dans la formation de Cherhill de juillet 1998 soit déjà parfaitement claire pour moi au bout de quelques semaines à peine (depuis que j’ai lu le traité sur Entomophthora muscae [3]), j’ai dû suivre divers chemins afin de compléter le puzzle entier.
Le monde du paranormal, de l’ufologie et de ceux qui écrivent sur des sujets tels que les crop circles, est toujours rempli « d’hypothèses de travail », de mots tels que « si » et « pourrait » qui maintiennent la porte du mystère de façon constante. Bien que de nombreux articles et arguments soient fournis, il est difficile de trouver des études qui approfondissent suffisamment et surmontent les quelques ingrédients classiques qui peuvent toujours attirer les lecteurs qui ont déjà tendance à garder les mystères tels quels ou à les expliquer avec d’autres. mystères. Au contraire, le but de mon enquête était d’entrer aussi profondément que possible dans un sujet très spécifique, dans le seul but de l’éclairer le plus possible.J’espère pouvoir transmettre correctement l’esprit et les résultats de mon enquête.

Francesco Grassi
Ingénieur Secrétaire de CICAP Lombardie
Notes et bibliographie1. « crop circles » spéciaux de CICAP: http://www.cicap.org/crops/fr
2. http://www.fgk.org/98/Berichte/Flies/
3. Phylogenèse et structure taxonomique des entomophthoracées(Andrzej Batko)
4. « Effets comportementaux du champignon entomopathogène Entomophthora muscae sur son hôte Musca domestica: Contrôle postural des hôtes mourants et type de mortalité déterminé par la porte ». Journal of Insect Physiology 41: 895-903 (Krasnoff, SB, Watson, DW, Gibson, DM et Kwan, EC 1995).La version italienne originale de cet article a été publiée dans le livre contenant les actes du VIIe et VIIIe Congrès national du CICAP (Reggio Emilia 2001 – Turin 2003): http://www.cicap.org/prometeo/lb_3255.php