“L’existence apparente de rapports de dangers qui ne se sont pas réellement rendus au Naval Safety Center rappelle à certains égards l’enquête sur le soi-disant objet non identifié Tic Tac qu’une paire de Super Hornets F / A-18F repéré volant près de la Nimitz Carrier Strike Group en 2004. Après cette rencontre, le haut responsable du renseignement du Nimitz Carrier Strike Group a envoyé un rapport complet au bureau du renseignement de la 3e flotte de la marine américaine, dont le siège est à San Diego, en Californie, par e-mail sécurisé. Pour des raisons qui restent inexpliquées, l’officier supérieur du renseignement a refusé d’envoyer le rapport plus haut dans la chaîne de commandement et a supprimé le courrier électronique. “

The War Zone


Nouvel article de Tyler Rogoway pour The War Zone, qui a réussi à recevoir de nouveaux rapports déclassifiés d’UAP. On constate ici que les descriptions ne sont pas hyper spectaculaires en matière d’évolution des objets, faisant de nouveau penser à des Drovnis, selon la formule consacrée de Claude Lavat.

Alors, mésentente et désorganisation entre corps de l’armée américaine, matériel d’une puissance privée ou publique étrangère, ou autre chose ? Si le débat reste ouvert, il serait sain de recadrer le débat et de l’orienter vers la nécessité de définir une importance d’identification, parce qu’il y a de fortes chances que les corps d’armées d’autres pays aient également ce type d’observations dans ses tiroirs.

Oui, c’est bien ce silence qui créé du métal dont on fait les soucoupes.

Merci à Irving Quester de nous avoir signalé cet article.

Lien vers l’article :

https://www.thedrive.com/the-war-zone/33371/here-are-the-detailed-ufo-incident-reports-from-navy-pilots-flying-off-the-east-coast?fbclid=IwAR2bEw3rFDC81ET3QjOEnqOwexRsokkkIDhCN6suS_Sd_F8gRRvp-g6X3n4


Proposition de traduction :

l y a près d’un an, le témoignage d’un pilote de chasse de la Marine au sujet d’une éruption apparemment bizarre de rencontres avec des engins non identifiés volant dans un espace aérien restreint au large de la côte est a frappé le nouveau cycle avec éclat . Dans les mois qui ont suivi, peu de détails supplémentaires sur ces rencontres ont été révélés. Pendant ce temps, The War Zone a lentement assemblé les blocs de construction d’ une affairecela peut les expliquer. Ce qui nous manquait encore, c’était tout document officiel de la Marine qui leur faisait allusion. Maintenant, cela a changé, et vous serez peut-être surpris de savoir ce que ces documents nouvellement obtenus disent réellement et quand les incidents qu’ils ont décrits se sont produits – ou ne se sont pas produits – d’ailleurs.

La Zone de guerre a obtenu les huit rapports de danger, qui sont tous marqués “Non classifié” et “Pour usage officiel uniquement”, via une demande de la loi FOIA au Naval Safety Center. Sept d’entre eux impliquent des Super Hornets F / A-18E / F et se sont produits à différents moments entre 2013 et 2014 dans une zone d’espace aérien au large des côtes de la Virginie et de la Caroline du Nord connue sous le nom de zone d’avertissement W-72. Les huitièmes incidents ont eu lieu en 2019 et impliquaient un EA-18G Growler volant dans une autre partie de l’océan Atlantique au large de la côte du Maryland appelée zone d’alerte W-386.

L’officier de la FOIA qui a traité notre demande a déclaré qu’il s’agissait des huit seuls rapports du système WESS (Web-Enabled Safety System (WESS) Aviation Accident and Hazard Reporting System) pour faire face aux rencontres de l’aviation navale avec des objets non identifiés, des ballons et tout autre objet similaire. nulle part. WAMHRS est une base de données informatique centralisée qui est censée contenir tous les rapports de risques et d’incidents de vol que les unités de l’aviation de la Marine déposent auprès du Naval Safety Center.

VFRMAP.COM

Une carte de l’espace aérien de la côte médio-atlantique des États-Unis montrant la zone d’avertissement du W-72, où se sont produits les incidents dans sept des huit rapports. Le dernier incident s’est produit dans la zone d’avertissement W-386, qui est également visible ici.

# 1, 27 juin 2013: F / A-18F Super Hornet, Strike Fighter Squadron 11

Le 27 juin 2013, un F / A-18F Super Hornet du Strike Fighter Squadron 11 (VFA-11), volant de la Naval Air Station Oceana en Virginie, a rencontré un “avion [qui] était de couleur blanche et d’environ la taille et la forme d’un drone ou d’un missile “dans la zone d’avertissement W-72. L’équipage de l’avion l’a “visuellement” acquis en le voyant “passer sur le côté droit de son appareil avec environ 200 pieds de séparation latérale” tout en volant à une altitude de 17 000 pieds. Il grimpait et avait une piste d’échappement visible.

Ni le Super Hornet ni le NAS Oceana n’ont enregistré une trace radar de l’objet. Le commandant de la Strike Fighter Wing Atlantic, abrégé dans le rapport CSFWL, “a contacté les unités opérationnelles mais personne n’a signalé d’opérations de cette nature”. L’installation de contrôle et de surveillance de la flotte de Virginia Capes (FASCFAC VACAPES) “a examiné les bandes radar et aucun avion n’a été identifié [sic] ou noté dans la zone”.

La Marine n’a émis aucun avis aux aviateurs (NOTAM) ou restrictions de vol temporaires (TFR) sur la base de ce rapport de danger, mais a émis des avis internes aux unités d’aviation tactique, aux contrôleurs de la circulation aérienne et aux exploitants de véhicules aériens sans pilote pour être au courant du potentiel les dangers posés par des opérations de drones non autorisées ou non coordonnées.

USN VIA FOIA

USN VIA FOIA

USN VIA FOIA

USN VIA FOIA

# 2, 18 novembre 2013: F / A-18E Super Hornet, Strike Fighter Squadron 143

Un F / A-18E Super Hornet du Strike Fighter Squadron 143 (VFA-143), volant hors de la Naval Air Station Oceana en Virginie, a repéré un objet dans la zone d’avertissement W-72 par radar sur son nez à environ 12000 pieds et un une vitesse d’environ 0,1 Mach le 18 novembre 2013. “L’avion avait une envergure d’environ 5 pieds et était de couleur blanche sans autres caractéristiques distinctes”, selon le pilote qui a pu acquérir visuellement l’objet et l’a suivi pendant une heure.

Ce rapport indique que la Marine a conclu que cet objet était un système aérien sans pilote (UAS), mais que le commandant, Strike Fighter Wing Atlantic et Fleet Area Control and Surveillance Facility, Virginia Capes (FASCFAC VACAPES), ce dernier est également identifié ici par son indicatif Giant Killer, n’a pas pu déterminer l’opérateur. Comme ce fut le cas le 27 juin, la Marine a émis une série d’avertissements internes, mais rien n’indique qu’elle ait émis des avis aux aviateurs (NOTAM) ou des restrictions de vol temporaires (TFR).

USN

L’insigne de l’unité de l’installation de contrôle et de surveillance de la flotte, Virginia Capes (FASCFAC VACAPES), qui comprend également l’indicatif d’appel Giant Killer.

Plus curieusement, ce rapport note que “le trafic de surface était faible avec un seul chalutier de pêche commerciale stationnaire et un seul navire naval américain non identifié voyageant vers le sud” pendant l’incident, mais que “l’identité du navire naval à proximité était indéterminée”. On ne sait pas du tout comment la Marine a pu déterminer qu’un de ses navires opérait à la surface dans la même zone générale, mais pas en mesure de déterminer de quel navire il s’agissait spécifiquement.

À la fin du rapport, les inquiétudes concernant les aéronefs inconnus évoluant dans les zones d’avertissement deviennent clairement plus palpables.

USN VIA FOIA

USN VIA FOIA

USN VIA FOIA

USN VIA FOIA

USN VIA FOIA

# 3, 18 novembre 2013: F / A-18E Super Hornet, Strike Fighter Squadron 14 3

Le rapport est effectivement identique à l’autre du 18 novembre 2013, mais est la confirmation du pilote d’un deuxième F / A-18E Super Hornet du Strike Fighter Squadron 143 (VFA-143) qu’ils ont vu le même objet à peu près la même position.

USN VIA FOIA

USN VIA FOIA

USN VIA FOIA

USN VIA FOIA

# 4, 26 mars 2014: F / A-18E Super Hornet, Strike Fighter Squadron 106

Le 26 mars 2014, un F / A-18E Super Hornet du Strike Fighter Squadron 106 (VFA-106), décollant de la Naval Air Station Oceana, a détecté une piste radar possible à environ 19000 pieds et à une vitesse de 0,1 Mach. dans la zone d’avertissement W-72. L’ailier du pilote n’avait pas l’objet sur le radar et il y a eu un débat pour savoir s’il pouvait s’agir d’une fausse trajectoire compte tenu des vents forts, avec des rafales à plus de 100 nœuds à 18 000 pieds.

“L’avion inconnu semblait être de petite taille, environ la taille d’une valise et de couleur argentée”, selon le rapport. Le pilote n’a pu passer qu’à moins de 1 000 pieds de lui et n’a pas pu l’identifier. Après ce passage, ils l’ont perdu de vue et n’ont jamais retrouvé de contact visuel.

Ce rapport note que l’installation de contrôle et de surveillance de la flotte de Virginia Capes (FASCFAC VACAPES) n’a de nouveau pas repéré cet objet sur ses écrans radar. Cependant, le commandant du VFA-106 a également noté que FASCFAC VACAPES “ne peut pas détecter une cible de cette taille s’il ne crie pas IFF [Identification Friend or Foe] ou communique par radio”, ce qui “présente une préoccupation de sécurité importante, étant donné que cette un avion inconnu a été détecté dans une zone d’utilisation exclusive. ”

“Je pense que ce ne sera peut-être qu’une question de temps avant qu’un de nos avions F / A-18 n’entre en collision avec un UAS [système aérien sans pilote] non identifié”, a ajouté le responsable du VFA-106 dans ses commentaires. Le rapport indique également que “FACSFAC VACAPES a reçu plusieurs observations d’UAS au cours des derniers mois”, mais ne précise pas combien de ces observations ont abouti à l’envoi de rapports de danger. Rien n’indique que ce rapport particulier ait donné lieu à des avis aux aviateurs (NOTAM) ou à des restrictions de vol temporaires (TFR), bien qu’il ait déclenché des alertes internes supplémentaires de la Marine.

USN VIA FOIA

USN VIA FOIA

USN VIA FOIA

USN

# 5, 23 avril 2014: F / A-18F Super Hornet, Strike Fighter Squadron 11

Un autre F / A-18F Super Hornet du Strike Fighter Squadron 11 (VFA-11) a rencontré plusieurs “appareils aériens non identifiés” (UAD) le 23 avril 2014, alors qu’il décollait de la Naval Air Station Oceana et opérait dans le Zone d’avertissement W-72. L’équipage a initialement détecté deux UAD sur radar, l’un à 12 000 pieds et l’autre à 15 000 pieds, apparemment stationnaires ou quasi stationnaires à 0,0 Mach. Ils ont ensuite confirmé ces deux objets en utilisant le système infrarouge avancé de ciblage avancé (ATFLIR) du jet.

Lors de l’enquête sur la première paire d’UAD, deux autres semblaient traverser le champ de vision d’ATFLIR à grande vitesse. Les deux objets en mouvement ne sont pas apparus sur le radar de l’avion.

Le flot typique d’avertissements internes a suivi après que la Marine ait déterminé qu’elle ne pouvait pas identifier les objets ou leurs opérateurs. Le commandant du VFA-11 a notamment inclus une note de ton semblable à celle que le chef du VFA-106 a soumise avec le rapport de danger le 26 mars 2014. “Bien que ce rapport soit principalement soumis à des fins de suivi, il est ce n’est qu’une question de temps avant que cela n’entraîne une [collision] en vol dans le W-72 “, ont-ils déclaré.

De plus, le commandant de la VFA-11 a noté que c’était la deuxième fois en 10 mois que l’un des escadrons de l’avion avait eu une telle rencontre. Il s’agit d’une référence au rapport du 27 juin 2013 et indique clairement que cet escadron en particulier n’avait rencontré aucun autre objet non identifié entre ces deux incidents.

USN VIA FOIA

USN VIA FOIA

USN VIA FOIA

USN VIA FOIA

USN VIA FOIA

# 6, 24 avril 2014: Deux Super Hornets F / A-18F, Strike Fighter Squadron 11

Le 24 avril 2014, dans la journée du F / A-18F Super Hornet du Strike Fighter Squadron 11 (VFA-11) ayant rencontré quatre “appareils aériens non identifiés” (UAD), deux autres F / A-18F a établi un contact radar avec un autre UAD dans la zone d’avertissement du W-72 tout en effectuant des manœuvres de base de chasse (BFM aka dogfighting) depuis la Naval Air Station Oceana. Les deux avions ont pu maintenir une trace radar avec l’objet, qui était stationnaire ou presque stationnaire à 0,0 Mach à 11 000 pieds. L’avion a également pu se verrouiller sur l’objet avec ses CATM-9X, une version d’entraînement en captivité du missile AIM-9X Sidewinder . Cependant, dans ce cas, aucun des deux n’a établi de contact visuel.

La Marine a émis davantage d’avertissements internes et le commandant de la VFA-11 a noté qu’il s’agissait du troisième incident de ce type en 10 mois pour l’escadron. Cet officier a également noté que cette rencontre avait eu lieu moins de 24 heures après celle du 23 avril.

USN

USN VIA FOIA

USN VIA FOIA

USN VIA FOIA

USN VIA FOIA

# 7, 27 avril 2014: F / A-18F Super Hornet, Strike Fighter Squadron 11

Le 27 avril 2014, pour la troisième fois en cinq jours, l’équipage d’un F / A-18F du Strike Fighter Squadron 11 (VFA-11), décollant du NAS Ocean et opérant dans la zone d’avertissement du W-72, signalé avoir rencontré un appareil aérien inconnu. Ce rapport est le plus spartiate dans ses détails sur les trois, mais décrit une “collision en vol proche avec un objet semblable à un ballon”.

Il s’agit d’un rapport notablement plus sérieux que les deux autres d’avril 2014. Il est également le premier à donner une description substantielle de l’objet, qui correspondrait aux deux rapports précédents d’UAD stationnaires ou quasi stationnaires à haute altitude. -altitude dans la zone d’avertissement du W-72. Encore une fois, les responsables de la marine ont envoyé une multitude d’avertissements internes.

USN VIA FOIA

USN VIA FOIA

USN VIA FOIA

USN VIA FOIA

# 8, 13 février 2019: EA-18G Growler, Air Test and Evaluation Squadron 23

Le 13 février 2019, près de cinq ans après la dernière rencontre enregistrée avec un objet non identifié dans les bases de données du Naval Safety Center, l’équipage d’un avion de guerre électronique EA-18G Growler du Air Test and Evaluation Squadron 23 (VX-23), en volant sur la Naval Air Station Patuxent River dans le Maryland et en menant des activités dans la zone d’avertissement du W-386, ils ont repéré visuellement ce qu’ils ont spécifiquement décrit comme “un ballon météo rouge” à 27 000 pieds.

Ni le centre de contrôle et de surveillance de la flotte de Virginia Capes (FASCFAC VACAPES), à nouveau désigné par son indicatif Giant Killer, ni l’équipe Echo Control chargée de superviser les opérations dans les zones de test atlantiques au large des côtes, n’étaient au courant d’une activité de ballon planifiée. La Federal Aviation Administration ne disposait pas non plus d’avis à l’intention des aviateurs (NOTAM). Le rapport indique que la Marine n’a pas identifié les individus ou les organisations qui auraient pu libérer le ballon et a émis divers avertissements internes en réponse à l’incident.

USN VIA FOIA

USN VIA FOIA

USN VIA FOIA

Plus de rapports?

Comme indiqué, ce sont les huit seuls rapports d’incident de vol ou d’incident de vol couvrant les rencontres de l’aviation navale avec des objets non identifiés, des ballons et tout autre objet similaire n’importe où qui apparaissent dans le système de sécurité Web (WESS) Aviation Accident and Hazard Reporting System (WAMHRS) , selon le Naval Safety Center. Cela est immédiatement curieux compte tenu des nombreux rapports antérieurs, notamment de The War Zone , citant des pilotes de la Marine, officieux, qui ont déclaré que ce type d’observations au-dessus de l’Atlantique se produisait fréquemment entre 2014 et 2015.

De plus, The War Zone a obtenu une copie d’un rapport d’un autre incident impliquant un F / A-18E Super Hornet du Strike Fighter Squadron 106 (VFA-106) survenu le 13 mars 2018. Le pilote dans ce cas a déclaré avoir suivi quatre objets inconnus distincts sur leur radar dans la zone d’avertissement du W-122, qui se trouve au large des côtes de la Caroline du Nord.

ANONYME

Le rapport d’incident supplémentaire que The War Zone a reçu.

Les objets volaient tous à environ 0,1 Mach à des altitudes comprises entre 16 000 et 22 000 pieds, selon le rapport. Le pilote en a identifié visuellement un à 20 000 pieds qui “semblait être un drone de type quadcopter, de 3 à 4 pieds de large”. Ils ont ajouté que les objets ne semblaient rien faire de particulier et étaient immobiles ou quasi immobiles. Ils étaient également répartis sur une zone d’environ 40 à 50 milles de large, le plus proche étant à 15 milles du bateau que le pilote a remarqué voir ci-dessous.

VFRMAP.COM

Une carte de l’espace aérien montrant la zone de guerre W-122 de la côte de Caroline du Nord où l’incident dans le rapport The War Zone a apparemment eu lieu. W-72, où la majeure partie des incidents dans d’autres rapports que nous avons obtenus, a eu lieu, est visible au nord.

Cette description spécifique de quelque chose qui se rapproche d’un quadricoptère est intéressante, tout comme le fait que le rapport identifie le jet comme étant équipé d’un radar à balayage électronique actif (AESA) AN / APG-79 . La Zone de guerre a été la première à expliquer comment ce nouveau radar pour les Super Hornets F / A-18E / F pourrait leur permettre de repérer plus facilement des objets avec de petites sections transversales de radar qui seraient passés inaperçus par les précédents radars de contrôle du feu à balayage mécanique. .

Le rapport n’a pas de numéro de série, ce qui soulève des questions sur l’endroit où il aurait finalement pu être soumis et sur les mesures officielles qu’il aurait pu déclencher de la part de la Marine. D’après notre compréhension, le VFA-106 a reçu ce rapport et d’autres rapports concernant des rencontres avec des objets non identifiés, puis leur a transmis la chaîne de commandement au commandant, Strike Fighter Wing Atlantic. L’hypothèse aurait été que ceux-ci seraient ensuite allés au Naval Safety Center via WAMHRS, mais, selon notre FOIA, cela ne semble pas avoir été le cas. Étant donné les préoccupations générales en matière de sécurité que manifestaient clairement les commandants des escadrons impliqués dans de nombreux incidents, il semble étrange que ces rapports n’aient pas été intégrés à cette base de données.

Il est possible que, pour quelque raison que ce soit, ces rapports aient par la suite commencé à passer par des canaux séparés, voire classifiés, vers des commandements autres que le Naval Safety Center. Cependant, encore une fois, compte tenu des préoccupations plus larges en matière de sécurité des vols, on pourrait imaginer qu’il serait impératif d’aviser tous les éléments de l’aviation du service des risques potentiels via un rapport de danger non classifié. Le rapport du 27 avril 2014 semble montrer qu’il est possible de déclencher ce type d’alertes même avec un rapport contenant très peu de détails spécifiques.

L’existence apparente de rapports de dangers qui ne se sont pas réellement rendus au Naval Safety Center rappelle à certains égards l’enquête sur le soi-disant objet non identifié Tic Tac qu’une paire de Super Hornets F / A-18F repéré volant près de la Nimitz Carrier Strike Group en 2004. Après cette rencontre, le haut responsable du renseignement du Nimitz Carrier Strike Group a envoyé un rapport complet au bureau du renseignement de la 3e flotte de la marine américaine, dont le siège est à San Diego, en Californie, par e-mail sécurisé. Pour des raisons qui restent inexpliquées, l’officier supérieur du renseignement a refusé d’envoyer le rapport plus haut dans la chaîne de commandement et a supprimé le courrier électronique.

Ce qui est également étonnamment absent de ce groupe de documents, ce sont les rapports qui se sont produits entre la fin de 2014 et la mi-2015. Un nombre limité de témoins de haut niveau de l’équipage de conduite ont attesté que c’est à ce moment-là qu’une série de rencontres étranges se sont produites, enparticulier autour des bilans de l’USS Theodore Roosevelt  avant le déploiement. Les reportages entourant ces récits ont toujours fait l’actualité internationale et sont constamment présentés comme la preuve que les OVNIS, au moins dans le sens traditionnel, existent. Aucun rapport de sécurité sur ces rencontres n’a été publié selon les personnes officiellement chargées de les gérer.

En outre, l’un des pilotes qui a discuté publiquement de ces événements a déclaré que des rapports de sécurité entourant les incidents de 2015 avaient conduit à la publication d’un avis au membre de la direction (NOTAM) avertissant de ces risques dans l’espace aérien contrôlé au large des côtes de la Virginie, bien que nous n’avons pas pu trouver la preuve qu’un tel NOTAM existait réellement.

GOOGLE EARTH

La rampe tentaculaire à la base de chasse de la Marine sur la côte est, NAS Oceana.

Il est également curieux de constater que près de la moitié des incidents signalés provenaient d’un escadron, le VFA-11, le reste étant basé sur les expériences d’un escadron chacune. Étant donné qu’il existe de nombreux escadrons basés à NAS Oceana, et beaucoup d’autres basés dans d’autres bases à proximité, cela pourrait indiquer une situation dans laquelle seules certaines unités signalaient officiellement ces rencontres ou que les critères pour le faire variaient d’une unité à l’autre. .

Par exemple, peut-être qu’un escadron rédigerait et élèverait un rapport de sécurité si quelque chose était repéré dans une zone réglementée, tandis qu’un autre ne le ferait qu’en cas de quasi-accident. Cela pourrait également être fonction de la technologie radar que chaque unité possédait au cours de la période. Comme nous en avons discuté précédemment, il est établi que les super frelons qui avaient les radars AESA AN / APG-79 pouvaient détecter ces petits objets, contrairement aux frelons et super frelons qui avaient des matrices à balayage mécanique AN / APG-73 plus anciennes.

Ceci, combiné à la possibilité que certains de ces rapports soient acheminés par un autre canal, pourrait expliquer pourquoi si peu de rapports existent et aucun d’entre eux ne vient du moment où ces incidents étaient censés être à leur apogée en termes de fréquence. Pourtant, ce serait déroutant car il ignorerait la sécurité des aviateurs qui s’appuient sur ces informations. Il est à noter qu’une rencontre avec un engin dont la Marine a officiellement rendu public une vidéo ne figurait pas non plus dans ces rapports.

D’un autre côté, peut-être beaucoup moins de cas de cette nature se sont réellement produits que ce que l’on nous a laissé croire. Il convient également de noter que, selon les rapports que nous avons maintenant, il est clair qu’aucun de ces objets ne possédait des performances extrêmes comme certains l’ont avancé – bien au contraire en fait. Cela correspond également à ce que nous avons entendu, à la fois sur le disque et en dehors du dossier, depuis que ces événements ont été rendus publics.

Donc non, comme nous nous y attendions, il n’y a aucune preuve ici de vaisseaux volants ou de soucoupes extrêmement exotiques avec des performances cinématiques incroyables. En supposant qu’ils n’appartiennent pas au gouvernement américain, le fait qu’ils soient déployés dans un espace aérien si sensible apparemment sans entrave est une préoccupation de sécurité nationale beaucoup plus grande qu’il n’y paraît à première vue. Ce n’est pas le travail de la Marine de contrôler l’espace aérien américain, c’est celui de l’Air Force. Jusqu’à présent, le ministère de la Défense est resté silencieux sur l’implication de l’Air Force dans ces événements. Nous avons posé un certain nombre de questions spécifiques au sujet de ces faits au Département de la Défense, mais nous avons été totalement obstrués d’une manière remarquablement grossière.

Vous pouvez en apprendre plus sur cette saga bizarre dans ce dernier morceau de la nôtre , mais il suffit de dire que, dans nos tentatives d’engagement avec le DoD sur l’implication de l’Air Force dans tout cela, nous avons indirectement découvert que, selon Langley Air Force La 1re escadre de chasse de la base, qui est située très près de NAS Oceana et leurs F-22 Raptors utilisent le même espace aérien général que les Super Hornets pour s’entraîner quotidiennement, leurs équipages n’avaient pas connu de phénomènes similaires, ou du moins n’étaient pas disposés à divulguer qu’ils avaient.

Quant à ce que les équipages qui ont déposé les rapports affichés ci-dessus ont réellement vu et pourquoi ces choses étaient là où elles se trouvaient, nous pensons qu’il existe une explication, ou du moins des explications, de nature très terrestre. Nous avons détaillé certains de ces éléments à la fois directement et indirectement dans le passé , mais il suffit de dire que l’ intelligence électronique qu’un adversaire pourrait rassembler dans les champs d’entraînement fréquentés par à peu près tous les avions de chasse tactiques américains et autres avions à capteurs haut de gamme, ainsi que les combattants de surface, seraient extrêmementprécieux, d’autant plus qu’ils fonctionneraient sans entrave, en utilisant en grande partie leurs capteurs complets, la guerre électronique et les suites de communications. Cela entraînerait également un niveau de confusion tout en présentant également peu de risques. Cela ressemble à une page extraite d’un livre de jeu de plus en plus familier.

Nous approfondirons les possibilités entourant ces événements étranges au large de la côte est des États-Unis dans un article à venir, mais pour l’instant, nous avons au moins toute la documentation du rapport de sécurité que le Naval Safety Center dit avoir sur ces événements bizarres.