“L’armée est revenue à Greenewald en lui disant que 29 documents avaient été trouvés concernant sa demande, et chaque page était exemptée de sa demande. L’armée a déclaré qu’elle n’allait publier aucun document. La carte mère a contacté Halleaux, le porte-parole du CCDC de l’armée, qui a déclaré que tous les documents liés à l’organisation de DeLonge seraient classés comme «secrets commerciaux et informations commerciales ou financières [qui sont] privilégiées ou confidentielles».”

Vice


Ah… Un sujet que je vais aborder dans un futur article d’OVNIS, Science & Histoire. Vice explique le mécanisme mis en place par les autorités militaires pour contourner en toute légalité la FOIA. Et ça marche !

Pour être tout à fait complets, nous traduisons l’article de Vice, après l’article du Black Vault dont il s’inspire.


Lien vers l’article de Black Vault :

Proposition de traduction :

Le Octobre 17 e , 2019, société d’ utilité publique To The Stars Académie des Arts et Sciences (TTSA) a publié un communiqué de presse qu’ils ont créé un accord avec le commandement de développement des capacités de combat de l’ armée américaine (CCDC) à « matériel avance et les innovations technologiques. ” Cette collaboration est appelée Accord de Recherche et Développement Coopératif ou CRADA (prononcé CRAY-DUH). Les détails étaient rares dans le communiqué de presse d’origine, mais The Black Vault a rapidement pu contacter l’armée; obtenir une copie de l’accord CRADA; puis le publier le lendemain. Maintenant, l’armée américaine semble être un peu moins disposée à divulguer des détails, car elle a nié la publication de nombreux documents demandés en vertu de la loi sur la liberté de l’information (FOIA) qui auraient pu éclairer davantage la recherche.

La sortie de l’armée américaine du CRADA en 2019 dans The Black Vault a donné un aperçu de ce dont il s’agissait. «La Stars Academy of Arts and Science est une entreprise dotée d’innovations matérielles et technologiques qui offrent des avancées en matière de capacités pour les véhicules terrestres de l’armée», précise l’accord. «[TTSA] partagera ses découvertes avec le Centre des systèmes de véhicules terrestres du CCDC Ground Survivability and Protection (GVSP), qui utilisera les laboratoires et les ressources du gouvernement pour caractériser les technologies et trouver des applications sur les véhicules terrestres.»

Il s’agit d’un «métamatériau» acquis par la To The Stars Academy of Arts & Science. Il a été acheté auprès de Linda Moulton Howe.

 

 

 

 

 

 

Le «matériel» mentionné dans l’accord est lié à l’acquisition de nombreux morceaux de métamatériaux par TTSA. Le 27 septembre 2018, TTSA a publié un communiqué de presse indiquant qu’ils avaient, «… collecté sept morceaux de matériel, provenant de plusieurs sources, pour étudier pour le projet de recherche ADAM . Chaque échantillon représente différents éléments des phénomènes aériens non identifiés potentiels et leur fonctionnement. » (Il convient de noter que le nombre de pièces acquises par TTSA a augmenté depuis la publication originale de leur communiqué de presse de 2018.)

Les métamatériaux sont définis comme un matériau structuré et ne ressemblant à rien de ce qui se produit naturellement. De nombreuses utilisations des métamatériaux sont explorées aujourd’hui, notamment leur utilisation pour les dispositifs médicaux, les applications aérospatiales, l’énergie solaire, la communication et même le masquage de l’invisibilité .

Les investisseurs sont partagés sur la collaboration avec l’armée. Danny Silva, un investisseur qui blogue sur les problèmes liés au TTSA, y compris les métamatériaux , publie son travail sur son site appelé Silva Record et soutient pleinement l’accord. «Beaucoup d’entre nous sont des défenseurs de la divulgation et peu nous importe que la divulgation vienne du gouvernement, de la TTSA, du collège invisible, de The Black Vault ou d’ailleurs. Nous voulons juste que la vérité soit dévoilée, quelle qu’elle soit. Peu importe à quel point c’est grand ou laid, »a déclaré Silva au Black Vault. «Il est étonnant que l’armée soit intéressée à voir ce que le TTSA peut proposer. C’est un mouvement positif pour le sujet OVNI dans son ensemble. “

Arthur Iglesias , un investisseur du Royaume-Uni, a déclaré à The Black Vault: «[J’en suis très content. Les CRADA ont été conçus pour accélérer la commercialisation de la technologie », a-t-il déclaré. «Il fournit un réseau de soutien qui habilitera TTSA et ses efforts.»

L’avocat et investisseur TTSA Nathan Hendrickson a également gardé un œil attentif sur TTSA et les développements avec leurs morceaux de métamatériaux acquis. Il n’était pas surpris qu’ils voulaient analyser les pièces qu’ils avaient collectées de manière professionnelle; cependant, il était consterné par l’implication de l’armée. “Le TTSA envoyant des métamatériaux à l’armée n’est pas ce qu’ils ont laissé entendre qu’ils allaient faire il y a quelques années”, a déclaré Hendrickson. “L’inférence était tout cela, leur recherche, leur technologie, allait être pour le bien public et le bénéfice.”

TTSA semble comprendre les préoccupations du grand public et de ses actionnaires, mais ils maintiennent leur décision selon laquelle l’armée leur fournira exactement ce dont ils ont besoin pour aller au fond du mystère.

Le Black Vault s’est entretenu directement avec l’équipe de porte-parole de TTSA au sujet de ces préoccupations et, en réponse, ils ont fait référence à leur section « Foire aux questions » de leur site Web pour atténuer les inquiétudes du grand public. “La réponse positive de l’armée américaine à la nature très médiatisée de cet accord et à l’approbation mutuelle de la To Academy Academy de divulguer publiquement les détails de la CRADA montre la volonté et le désir d’être transparent avec le public”, indique la page. «En tant que leader technologique, le gouvernement américain peut fournir des ressources exceptionnelles pour accélérer les tests et les analyses qui, autrement, auraient un coût prohibitif pour une start-up de la taille de To The Stars Academy.»

Le FOIA et le secret d’entreprise

Immédiatement après la publication du CRADA par The Black Vault en 2019, plusieurs demandes FOIA ont été déposées pour approfondir ce dont il s’agissait. Cela comprenait la recherche de communications entre le TTSA et l’armée au sujet de l’accord. Un deuxième a demandé des courriers électroniques envoyés à ou par le Dr Joseph Cannon, l’un des principaux enquêteurs du gouvernement, qui a parlé du TTSA. Ces demandes fourniraient probablement un aperçu des objectifs complets derrière l’accord, y compris potentiellement de nouvelles révélations ou même des indices sur les tests de matériaux.

Cependant, chaque document découvert par l’armée comme répondant à ces demandes; ont été refusées dans leur intégralité.

«Il y a vingt-neuf (29) courriels totalisant cent (100) pages», a déclaré à The Black Vault l’officier du CCDC FOIA et gestionnaire des documents, Joy L. Linton. Linton a cité les dérogations FOIA (b) (4) et (b) (5) pour retenir les documents, qui sont respectivement expliqués comme «secrets commerciaux et informations commerciales ou financières» et «communications privilégiées avec ou entre les agences, y compris celles protégées par délibération». privilège de processus. “

La réponse originale du 21 février 2020, FOIA niant les enregistrements. (Page 1 – la lettre complète est ci-dessous)

 

 

 

 

 

 

 

 

L’investisseur de TTSA, Hendrickson, est déçu par la réponse de l’armée à la demande FOIA de The Black Vault, mais pas surpris. «Je n’aime pas ça, mais c’est la nature de la bête militaire. Bien que je sois heureux que ces mystérieux métamatériaux soient examinés par des professionnels, il est frustrant de constater que [TTSA a] un contrat de cinq ans avec l’armée, donc nous n’allons pas obtenir d’informations sur ces documents pendant au au moins cinq ans, sinon plus, voire jamais. »

Silva a également estimé que rien ne sortait de l’ordinaire, mais pense que TTSA sera au courant des résultats à la fin. «Les démentis de la FOIA déclarant que la balle est dans le camp de TTSA, je suppose qu’ils sont quelque peu standard. Cela ne me surprend pas », a-t-il expliqué. «De plus, le CRADA vient de commencer. Seul le temps dira comment TTSA choisit de procéder SI les tests reviennent positifs, anormaux ou quoi qu’ils puissent être. Je ne pense pas que ce soit juste de spéculer, mais finalement je m’attendrais à ce que le public entende quelque chose de TTSA si les résultats sont intéressants. »

Iglesias est positif, mais pense en fait que le secret peut être garanti si TTSA protège les résultats. «J’ai l’impression qu’ils partageraient des informations scientifiques pertinentes avec le public et la communauté scientifique», a-t-il expliqué. “[Mais je] ne pense pas qu’ils partageront des informations qui pourraient donner à leurs concurrents potentiels plus de pouvoir à l’avenir.”

Lorsque TTSA a été interrogé par The Black Vault sur le partage des résultats avec le public; aucun détail n’a été communiqué. “Nous ne pouvons pas commenter quand et où les résultats seront publiés à l’avenir, mais TTSA s’engage à fournir des rapports responsables qui respectent les normes les plus élevées de fiabilité et d’intégrité”, ont-ils déclaré dans un communiqué.

Le Laboratoire de recherche de l’Armée de terre du Commandement pour le développement des capacités de combat de l’armée américaine – le laboratoire de recherche de l’armée – retrace sa lignée jusqu’à l’arsenal de Watertown, créé en 1820 comme la première installation de recherche scientifique de l’armée. Le CCDC Army Research Laboratory se concentre sur la découverte scientifique, l’innovation et la transition des développements technologiques. Le programme S&T s’appuie sur cet héritage fier en stimulant les découvertes et les innovations qui seront essentielles à la réalisation de nouvelles capacités pour l’armée de 2030 et au-delà. (Crédit photo: photo de l’armée américaine par David McNally)
Remarque: Cette photo ne représente pas les tests sur le métamatériau de TTSA.

Quoi que l’on trouve lors des tests des métamatériaux, cela peut prendre des années avant d’être révélé au public. Selon l’ Army Regulation 70-57 , qui régit toutes les mesures prises en ce qui concerne les CRADA, «… les résultats des tests effectués avec les services mis à disposition par un laboratoire, un centre, une gamme ou une autre installation de test de l’armée pour tester les matériaux, l’équipement , les modèles, les logiciels et autres éléments sont confidentiels et ne peuvent être divulgués en dehors du gouvernement fédéral sans le consentement des personnes pour lesquelles les tests sont effectués. “

Doug Halleaux, officier des affaires publiques du CCDC GVSC de l’Armée, a souligné le fait que l’Armée de terre ne divulguerait pas de renseignements de sitôt. Dans une déclaration à The Black Vault, Halleaux a déclaré: «En règle générale, nous essayons de ne pas divulguer de détails sur le travail collaboratif jusqu’à ce que le travail lui-même soit parvenu à une conclusion. Cela nous empêche de donner une fausse impression sur le travail effectué ou sur les résultats qui peuvent en résulter. »

Cela signifie que l’armée ne divulguera aucune information supplémentaire par le biais du FOIA ou de son bureau des affaires publiques sur le CRADA. La publication de détails supplémentaires, de résultats de tests ou même de la possibilité à long terme qu’au moins un morceau de métamatériau soit un morceau d’un vaisseau spatial extraterrestre dépendra tous de la volonté de TTSA de le divulguer au grand public.

Pour ajouter au niveau croissant de secret qui entoure l’accord, les enquêteurs et les témoins directs qui possèdent les morceaux de métamatériaux actuellement en possession de TTSA se sont retrouvés sous serment de silence. Il a été découvert que lorsque The Black Vault a contacté au moins une personne liée aux métamatériaux en 2019 pour commenter, ils n’étaient pas en mesure de parler au dossier de tout ce qui concernait leur accord. Tout ce qui est lié aux résultats des tests sur leurs pièces; les mises à jour sur l’endroit où il en était; ou les faits concernant l’entente complète ont tous été verrouillés car on leur a demandé de signer un accord de non-divulgation (NDA). On pense que la plupart, sinon la totalité, des personnes impliquées dans la fourniture de pièces du métamatériau l’ont signé.

Selon le TTSA, interdire aux propriétaires / témoins du métamatériel de parler est une «pratique courante» pour protéger la propriété intellectuelle (PI) respective. TTSA a déclaré à The Black Vault dans un communiqué que «les NDA sont une pratique courante pour les organisations de protéger la propriété intellectuelle, y compris la prévention des annonces ou des proclamations prématurées par des tiers qui doivent encore être analysées en profondeur, vérifiées de manière indépendante et communiquées de manière responsable.»

Le CRADA aujourd’hui

Cela fait maintenant près de 5 mois que le CRADA a été annoncé pour la première fois par TTSA. Avec un arrangement prévu de cinq ans entre l’armée et le TTSA, il n’est pas clair quel est le calendrier réel des tests.

Les activités marquantes et les dates cibles, comme indiqué dans le CRADA.

 

 

 

 

 

 

Sur le nombre de pièces acquises par TTSA, seront-elles toutes testées? Quand seront-ils testés? Quand les résultats seront-ils disponibles? De nombreuses questions persistent.

À ce stade, le public est très peu informé. Chaînes FOIA; Affaires publiques de l’armée; et TTSA lui-même n’a rien produit sur les tests ou les résultats (le cas échéant). Selon le CRADA, ce n’est qu’en septembre 2020, lorsque le premier examen d’étape a lieu, mais on ne sait toujours pas quand les tests réels auront lieu avant cette date.

Lorsque l’armée noire a été interrogée par The Black Vault sur l’état des tests de métamatériaux, ou si les tests ont commencé, la réponse était simple: “Je ne sais pas …”, a déclaré Halleaux à The Black Vault.

Quand on a demandé la même chose à TTSA; ils n’avaient rien à ajouter non plus. “TTSA n’a pas de nouvelles informations à partager pour le moment sur les tests des matériaux, en dehors de ce qui était inclus dans la FAQ CRADA “, ont-ils déclaré. “C’est la dernière.”

Mais si?

Mais que se passe-t-il si les résultats des tests s’avèrent irréfutablement prouver qu’au moins une des pièces testées est extraterrestre? Certains enquêteurs et chercheurs au sein de la “communauté OVNI” ont longtemps cru que l’armée était complice et ils jouent un rôle important dans la dissimulation globale des OVNIS. Ainsi, il semble étrange qu’une société visant à mettre fin à ce secret, choisisse l’armée comme l’une des premières en dehors de sa propre organisation, pour être au courant des résultats des tests.

En d’autres termes, si tout cela s’avère vraiment «étranger»; comment l’armée va-t-elle réagir?

Selon l’armée, ils ne sont même pas intéressés par l’aspect «étranger» potentiel. L’armée a envoyé des déclarations à The Black Vault en 2019 et a réitéré le même sentiment pour cet article en 2020, que cela ne leur importait tout simplement pas de l’origine; ils veulent juste voir si cela leur sera bénéfique.

Le porte-parole de l’armée, Hallieux, a déclaré: «En ce qui concerne les matériaux – l’intérêt de l’armée est dans le potentiel de nouveaux matériaux et l’exploration des limites de la science des matériaux, toute spéculation quant à leur origine est (pardonnez le jeu de mots) sans importance. Notre équipe est toujours ravie de regarder quelque chose de nouveau, qu’il s’agisse de matériaux ou de technologies, de capacités ou de processus. »

Si vous lisez ceci et avez une inquiétude naissante que si “et si?” le scénario se joue, puis l’armée américaine prendra les métamatériaux et les classera dans l’intérêt de la sécurité nationale; vous n’êtes probablement pas seul. Lorsque TTSA a été invité à répondre à cette préoccupation; ils ont refusé. Ils ont plutôt renvoyé à leur page FAQ sur le site Web, ce qui renforce l’intention de transparence, mais ne traite pas de tout risque potentiel de classification ou de confiscation en cas de problème de sécurité nationale du côté de l’oncle Sam.

Indépendamment de ce risque, il peut même ne pas avoir d’importance. Aux yeux de la réglementation FOIA et de l’armée, nous n’entendrons probablement rien de l’armée de sitôt. Pour l’instant, tout semble dépendre uniquement de la volonté de TTSA de partager ses informations avec le public.

La question maintenant – est-ce qu’ils le feront?

###

Déni de la Loi sur l’accès à l’information

Déclarations complètes fournies à The Black Vault

À la Stars Academy of Arts & Science

1) Quand le public sera-t-il informé des résultats des tests? De quelle manière? (Émission de télévision, communiqué de presse, etc.)

«Nous ne pouvons pas commenter quand et où les résultats seront publiés à l’avenir, mais TTSA s’engage à fournir des rapports responsables qui respectent les normes les plus élevées de fiabilité et d’intégrité.»

2) J’ai entendu parler des accords de non-divulgation que ceux-ci devaient signer qui ont prêté et / ou vendu des morceaux de métamatériaux à TTSA. Y a-t-il une raison pour laquelle TTSA a exigé des NDA?

«Les NDA sont une pratique courante pour les organisations de protéger la propriété intellectuelle, y compris la prévention des annonces ou proclamations prématurées par des tiers qui doivent encore être analysées en profondeur, vérifiées de manière indépendante et communiquées de manière responsable.»

3) Je crois que le consensus au TTSA est que l’armée fait partie a) de l’ignorance de la menace UAP (je suis entièrement d’accord) et b) fait partie essentiellement d’une dissimulation concernant le sujet. Cela dit, puis-je demander pourquoi TTSA estime que l’armée américaine est le meilleur endroit pour prendre les métamatériaux pour les tests et «montrer vos cartes», pour ainsi dire d’abord aux militaires?

“Ce sujet est couvert par la FAQ CRADA de TTSA ici: http://dpo.tothestarsacademy.com/blog/crada-faq”

4) Y a-t-il lieu de craindre que si le matériel testé au CCDC revient avec des indications qu’il est extraterrestre – l’armée américaine peut classer la découverte dans l’intérêt de la sécurité nationale?

“Ce sujet est couvert par la FAQ CRADA de TTSA ici: http://dpo.tothestarsacademy.com/blog/crada-faq”

5) Le TTSA a-t-il commencé à tester les matériaux? Si oui, des détails ou des résultats de test peuvent-ils être partagés?

«TTSA n’a pas de nouvelles informations à partager pour le moment sur les tests des matériaux, en dehors de ce qui était inclus dans la FAQ CRADA. C’est le dernier. “

Nathan Hendrickson, investisseur TTSA

Nathan Hendrickson, investisseur et avocat de TTSA

(Des citations ont été soumises après une conversation téléphonique. Aucune question écrite n’a été soumise à M. Hendrickson.)

«Je savais depuis avant l’assemblée des actionnaires de l’an dernier que l’un des objectifs de TTSA était d’avoir son propre laboratoire. Ils l’ont dit lors de la réunion elle-même, donc l’annonce de la CRADA n’a pas été une surprise. »

«Bien que je souhaite que tous les métamatériaux puissent être analysés par« l’un d’entre nous »pour ainsi dire avec les résultats immédiatement publiés au public, le fait est qu’aucun de nous ne possède notre propre laboratoire capable de faire des recherches métallurgiques sophistiquées, avec la recherche le personnel et les infrastructures nécessaires. Nous ne possédons pas non plus nos propres radars spatiaux et aériens, sonars, etc. La nature même de ce dont nous parlons nécessite presque un certain type de parrainage public, à moins qu’une grande université privée ne veuille intensifier. »

«Le TTSA envoyant des métamatériaux à l’armée n’est pas ce qu’ils ont laissé entendre qu’ils allaient faire il y a quelques années. L’inférence était tout cela, leurs recherches, leur technologie allaient être pour le bien et le bien public. Il semble qu’au fil du temps, TTSA ait transformé sa mission principale en sous-traitant de défense, du moins en ce qui concerne les métamatériaux. »

«Bien que je sois heureux que ces mystérieux métamatériaux soient examinés par des professionnels, il est frustrant de constater qu’ils semblent avoir un contrat de cinq ans avec l’armée, nous n’obtiendrons aucune information sur ces matériaux pendant au moins cinq ans. ans, sinon plus, voire jamais. »

«Il n’est pas surprenant que les réponses FOIA de l’armée soient flasques. Je n’aime pas ça, mais c’est la nature de la bête militaire. Je souhaite que TTSA dispose d’une meilleure équipe de relations publiques et / ou investisseurs pour mieux communiquer l’état actuel des différents projets au sein de TTSA, y compris les métamatériaux. »

Danny Silva, investisseur TTSA

Danny Silva, investisseur TTSA et fondateur de SilvaRecord.com

1) En tant qu’investisseur, êtes-vous satisfait de l’accord avec l’armée et le TTSA?

«J’ai peu investi dans TTSA. Plus comme un don que comme un investissement. Certains peuvent dire que cela affecte mes rapports, mais penser que j’ai passé tout ce temps, y compris la sueur de sang et les larmes, juste pour obtenir un retour sur un petit investissement est ridicule. J’investirais dans Vallee / Nolan (qui testent également des matériaux) si je le pouvais. Beaucoup d’entre nous sont des défenseurs de la divulgation et peu nous importe que la divulgation vienne du gouvernement, de la TTSA, du collège invisible, de The Black Vault ou d’ailleurs. Nous voulons juste que la vérité soit dévoilée, quelle qu’elle soit. Peu importe à quel point c’est grand ou laid.

Avant la CRADA, certains critiques affirmaient que TTSA n’était qu’une entreprise de divertissement. Il est étonnant que l’armée souhaite voir ce que le TTSA peut proposer. C’est un mouvement positif pour le sujet OVNI dans son ensemble. “

2) Pensez-vous que l’armée / l’armée est le meilleur endroit pour prendre des morceaux potentiels d’un OVNI qui pourrait s’avérer être l’une des plus grandes découvertes de l’humanité?

«TTSA essaie peut-être d’utiliser les ressources dont elle dispose. Étant donné que l’armée a essentiellement offert de partager ou de donner des ressources, je pense que c’est formidable. Nous devons nous rappeler combien d’argent et d’efforts il faut pour faire ce qu’ils essaient. Puisque nous tous… journalistes, blogueurs, fans, investisseurs et membres de la communauté OVNI (etc.) ne menons pas des efforts similaires, essayant de tester plusieurs échantillons de manière exhaustive, ou dépensant les sommes forfaitaires pour le faire, je ne suis pas sûr que nous aurait une idée précise du meilleur endroit pour prendre des morceaux potentiels ou présumés d’un OVNI. La plupart des gens et des groupes n’ont ni accès, ni argent, ni temps, ni soutien. Même certains scientifiques semblent lutter avec cela.

Je pense qu’une bonne question à poser est la suivante: «TTSA serait-elle entrée dans la CRADA si elle avait eu des milliards de dollars à investir par elle-même?» Je ne connais pas la réponse à cela, mais j’essaierai de le découvrir à l’avenir. Je ne sais pas, et beaucoup d’entre nous non plus, connaissent les avantages et les inconvénients du CRADA d’un point de vue intime. Nous sommes des étrangers. »

3) Craignez-vous que * SI * il y ait un lien extraterrestre derrière l’une des pièces, craignez-vous que l’armée puisse la classer dans l’intérêt de la sécurité nationale et la confisquer?

«C’est une préoccupation générale pour les gens, cependant, quand vous creusez plus profondément, je crois qu’il y a un libellé dans le CRADA et dans les déclarations publiques de la TTSA qui protègent contre cela. J’espère que ce n’est pas le cas. TTSA semble contrôler les conclusions de leur côté. Permettez-moi de faire un peu de complot et de spéculer. Si l’objectif était d’avaler cela, pourquoi entrer dans un CRADA public en premier lieu? Ces recherches n’auraient-elles pas été effectuées tranquillement dans les coulisses dès le départ? Je connais différentes critiques et (complot?) Théories sur les raisons de la CRADA. Ils vont des questions injustes aux questions valides. Écouter tout me permet de savoir quelles pistes explorer. Peut-être que plus de préoccupations seront traitées à temps. »

4) J’ai récemment reçu des refus de demander des informations à l’armée en vertu de la Freedom of Information Act. Ils ont nié toutes les communications avec TTSA, à propos de TTSA, et les informations sur le CRADA en tant qu’informations confidentielles et secrets d’entreprise. J’ai également des citations de l’armée confirmées par une réglementation officielle, selon lesquelles les résultats des tests ne seront pas publiés sans l’autorisation de la personne avec laquelle l’accord est conclu. Dans ce cas, TTSA doit faire l’appel pour libérer les informations, il apparaît. Pensez-vous que TTSA partagera immédiatement les informations avec le public? De quelle manière?

«Les démentis de la FOIA déclarant que la balle est dans le camp de TTSA, je suppose qu’ils sont quelque peu standard. Cela ne me surprend pas. De plus, le CRADA vient de commencer. Seul le temps dira comment TTSA choisit de procéder SI les tests reviennent positifs, anormaux ou quoi qu’ils puissent être. Je ne pense pas que ce soit juste de spéculer, mais finalement je m’attendrais à ce que le public entende quelque chose de TTSA si les résultats sont intéressants. »

5) Dans le processus de couverture du TTSA, j’ai appris qu’ils ont fait signer à tous les “ propriétaires ” des métamatériaux des accords de non-divulgation, de sorte qu’aucun d’entre eux ne peut parler des résultats ou consigner les pièces qu’ils ont acquises. . Êtes-vous d’accord avec ce niveau de secret?

«Je n’ai pas entendu dire que c’est le cas, cependant, je ne l’ai pas examiné, donc c’est peut-être exact. Je peux essayer de regarder cela à l’avenir de mon côté. Si les gens sont invités à signer des NDA, certains semblent les briser. J’ai signalé des personnes prétendant avoir donné des échantillons de matériel TTSA et ces personnes en parlent publiquement, officiellement. Plus tard, j’ai pu confirmer leurs affirmations. S’ils signent des NDA, tout le monde ne les suit pas. Si des ADN sont signés, puisque je ne suis pas en mesure de mener une entreprise similaire, je ne m’attendrais pas à avoir une opinion précise à ce sujet et à être en mesure de dire si je suis d’accord ou non. Je suppose que le TTSA, et peut-être l’armée, pourraient ne pas vouloir que les partis fassent des annonces en leur nom. Ils pourraient essayer de se prémunir contre cela. Bien que, comme je l’ai dit,

6) Comment pensez-vous que toute cette saga se déroulera? Selon vous, que révéleront les résultats des tests sur les métamatériaux, si nous voulons savoir ce qu’ils sont?

“Les individus derrière les pseudonymes du livre du Dr Pasulka” American Cosmic “semblaient être quelque peu confiants que les artefacts qu’ils avaient étaient spéciaux. À tort ou à raison, ce niveau de confiance est passionnant. Moins Tom DeLonge, nous n’avons pas vu de déclarations aussi flagrantes venant du reste de TTSA. TTSA est resté assez conservateur.

Dans l’ensemble, je ne sais pas comment ça va se jouer. Je peux seulement parler de ce que certains de la communauté OVNI espèrent. Tout d’abord, nous devons nous rappeler que le TTSA n’est pas le seul matériel de test de groupe. Je pense que c’est super. Si TTSA ne réussit pas, alors peut-être Vallee / Nolan ou un autre groupe le fera, ou vice versa. Ce que la communauté OVNI veut, c’est que ce soit une sorte de preuve que «nous» pouvons apporter au public pour le convaincre du phénomène, ou du moins que quelque chose d’étrange se passe. Un espoir secondaire est qu’il peut être reconstitué ou autrement utilisé pour de bon. Si l’armée y a accès et peut-être aussi l’utilise pour renforcer ou donner un avantage à nos militaires, je ne pense pas que cela devrait être considéré comme une mauvaise chose. Surtout si cela sauve la vie de nos troupes. Si les États-Unis ne le font pas, d’autres pays ne penseront sûrement pas à deux fois avant de le faire.

Je crains que les résultats des tests ne reviennent à ce que certains considèrent comme positifs et que le public ne les accepte toujours pas. Un peu similaire à ce que nous avons vu avec les rencontres de Nimitz. Dans l’ensemble, les rencontres avec Nimitz ont eu un effet étonnant sur le monde et ont tout changé, mais ce n’était pas le pistolet fumant, le scénario de «game over» qu’ils auraient dû être, en ce qui concerne la perception du public. Trop de gens n’ont jamais entendu parler des rencontres avec Nimitz. (Mais la bataille pour sensibiliser le public aux rencontres de Nimitz est loin d’être terminée.)

Nous savons de l’histoire de la communauté OVNI, de la politique et du comportement humain actuel en général, quand les résultats reviendront que tout le monde débattra de ce qu’ils signifient.

Il existe un autre scénario très possible; aucun des matériaux ne revient comme spécial. Ou ils reviennent bizarres / intéressants mais non concluants. Au moins avec plusieurs groupes testant des matériaux, il semble que nous obtenions le meilleur de tous les mondes, en ce qui concerne les approches. C’est une période passionnante. Si les résultats ne sont pas concluants, ce sera décevant, mais pas un accord décisif. Cependant, si les résultats reviennent positifs… nous vivons dans un nouveau monde. »

Arthur Iglesias, investisseur TTSA

Arthur Iglesias, investisseur TTSA

1) En tant qu’investisseur, êtes-vous satisfait de l’accord avec l’armée et le TTSA?

«Oui, très heureux avec ça. CRADAS a été conçu pour accélérer la commercialisation de la technologie, il fournit un réseau de soutien qui habilitera TTSA et ses efforts. »

2) Pensez-vous que l’armée / l’armée est le meilleur endroit pour prendre des morceaux potentiels d’un OVNI qui pourrait s’avérer être l’une des plus grandes découvertes de l’humanité?

“Oui. L’armée répond au président et le président répond au peuple (du moins en principe, à droite). Donc, si vous voulez garder cette démocratie, vous devez passer par le gouvernement. S’il y a potentiellement un problème de sécurité nationale sur le sujet, alors l’armée est le bon endroit où aller. »

3) Craignez-vous que * SI * il y ait un lien extraterrestre derrière l’une des pièces, craignez-vous que l’armée puisse la classer dans l’intérêt de la sécurité nationale et la confisquer?

“Pas vraiment. L’armée ne s’y attaquerait pas avec un CRADA si elle avait l’intention de le cacher. S’ils soupçonnent que cela pourrait être ET, alors ils semblent être d’accord avec cela. Sûrement pas tous les petits détails sordides à ce sujet, mais le CRADA me dit qu’ils sont d’accord pour avoir cette conversation. “

4) J’ai récemment reçu des refus de demander des informations à l’armée en vertu de la Freedom of Information Act. Ils ont nié toutes les communications avec TTSA, à propos de TTSA, et les informations sur le CRADA en tant qu’informations confidentielles et secrets d’entreprise. J’ai également des citations de l’armée confirmées par une réglementation officielle, selon lesquelles les résultats des tests ne seront pas publiés sans l’autorisation de la personne avec laquelle l’accord est conclu. Dans ce cas, TTSA doit faire l’appel pour libérer les informations, il apparaît. Pensez-vous que TTSA partagera immédiatement les informations avec le public? De quelle manière?

«J’ai l’impression qu’ils partageraient des informations scientifiques pertinentes avec le public et la communauté scientifique, car c’est l’un des points des accords CRADA. Je ne m’attendrais pas à ce qu’ils s’adressent aux E, T. question tho, car ils ne peuvent pas répondre pour le gouvernement. Et ne pensez pas qu’ils partageront également des informations qui pourraient permettre à leurs concurrents potentiels de se développer à l’avenir. »

5) Dans le processus de couverture du TTSA, j’ai appris qu’ils ont fait signer à tous les “ propriétaires ” des métamatériaux des accords de non-divulgation, de sorte qu’aucun d’entre eux ne peut parler des résultats ou consigner les pièces qu’ils ont acquises. . Êtes-vous d’accord avec ce niveau de secret?

“Je suis d’accord. Une fois que TTSA approuve un document, il doit se protéger en tant qu’entreprise. Si les propriétés de ces matériaux ont une valeur exclusive, il est logique qu’elles relèvent des NDA. »

6) Comment pensez-vous que toute cette saga se déroulera? Selon vous, que révéleront les résultats des tests sur les métamatériaux, si nous voulons savoir ce qu’ils sont?

«Je pense que cela aboutira à la démonstration de l’antigravité par le TTSA. C’est ce qu’ils espèrent pouvoir faire avec ce CRADA. Ils ont une théorie de la physique décente qui l’explique et permet qu’elle existe (gracieuseté de Hal Puthoff) pour accompagner leurs résultats. À partir de ce moment, la balle est tombée dans le camp de Trump. »

Doug Halleaux, officier des affaires publiques du CCDC GVSC de l’armée

Doug Halleaux, officier des affaires publiques au US Army Ground Vehicle Systems Center

 

 

 

 

 

1) Le démenti de l’armée empêche essentiellement le public de voir quoi que ce soit concernant l’accord via FOIA. Pouvez-vous commenter ces types de refus (b) (4) et (b) (5)? (Je ne présente pas cela comme un quelconque camouflage. Je montre plutôt qu’il est plutôt normal de protéger les secrets d’entreprise. Je cherche juste une ligne ou deux auprès de l’armée pour le justifier).

«Je dois vraiment m’en remettre à ma collègue et à l’officier FOIA qui a donné suite à votre demande, Joy Linton, à ce sujet. En règle générale, dans les affaires publiques, nous essayons de divulguer tout ce qui est applicable que nous pouvons (et avons en notre possession) qui serait autrement libérable en vertu de la FOIA. Pour nous, la transparence n’est pas un petit problème et elle fait gagner du temps à tout le monde. Encore une fois, rien de tout cela n’est destiné à traiter directement des informations qui n’étaient pas diffusables via la FOIA, mais à fournir un contexte aux exemptions de libération de la FOIA. »

2) Des tests ont-ils déjà été effectués dans le cadre de cette CRADA? Y a-t-il une mise à jour que l’Armée puisse partager sur l’accord? Lorsque les résultats seront disponibles, l’armée a-t-elle l’intention de publier des informations sur la manière dont les résultats des tests seront / peuvent être appliqués à la technologie de l’armée? Si c’est le cas, comment?

«Je m’adresserai à tour de rôle. Y a-t-il encore eu des tests dans le cadre de cette CRADA? Je ne sais pas encore. En règle générale, nous essayons de ne pas divulguer de détails sur le travail collaboratif jusqu’à ce que le travail lui-même ait atteint une conclusion. Cela nous empêche de donner une fausse impression sur le travail effectué ou sur les résultats qui peuvent en découler.

Y a-t-il une mise à jour que l’Armée puisse partager sur l’accord? Le CRADA lui-même reste inchangé depuis sa signature.

Lorsque les résultats seront disponibles, l’armée a-t-elle l’intention de publier des informations sur la manière dont les résultats des tests seront / peuvent être appliqués à la technologie de l’armée? Je n’ai pas de réponse à cela, et je ne saurai probablement pas ce que nous serons en mesure de publier, le cas échéant, jusqu’à la fin de la collaboration. Si nous avons des informations à publier, ce sera par le biais de nos mécanismes standard – nous développons un communiqué de presse, le publions sur DVIDS (www.dvidshub.net), Army.mil (www.army.mil) et envoi direct à nos listes de médias (sur lesquelles vous vous trouvez). Du point de vue des affaires publiques, cela ne nous fait pas grand bien de divulguer des informations, en espérant que personne ne les voit! »

3) Le matériel testé dans les laboratoires de l’armée continue d’être présenté comme des morceaux d’OVNIS ou de phénomènes aériens non identifiés (UAP). Cela a évidemment créé beaucoup de controverses et de questions. Auparavant, vous aviez déclaré: «En ce qui concerne les matériaux – l’intérêt de l’armée est dans le potentiel de nouveaux matériaux et l’exploration des limites de la science des matériaux, toute spéculation quant à leur origine est (pardonnez le jeu de mots) sans importance. Notre équipe est toujours ravie de regarder quelque chose de nouveau, qu’il s’agisse de matériaux ou de technologies, de capacités ou de processus. » Y a-t-il une mise à jour / amendement / ajout que je peux ajouter quant à la position de l’armée sur ces réclamations. Encore une fois, la spéculation ne vient pas du public ou des médias, mais plutôt de l’organisation avec laquelle l’armée a le CRADA, c’est pourquoi je cherche la position de l’armée sur les allégations d’origine.https://dpo.tothestarsacademy.com/blog/material-of-interest-magnesium-zinc-bismuth )

«Aucun changement ici – notre position reste la même. De façon générale, nos scientifiques et ingénieurs ont une curiosité passionnée qui sert extrêmement bien l’armée et leurs disciplines. »


Lien vers l’article de Vice :

https://www.vice.com/en_ca/article/7kzm7e/us-army-refuses-to-release-records-about-tom-delonges-ufo-organization

Proposition de traduction :

L’armée américaine a refusé de divulguer tout enregistrement concernant son accord avec le groupe de chasse aux ovnis de Tom DeLonge, To the Stars Academy (TTSA).

En octobre 2019, l’organisation OVNI de l’ancien frontman Blink-182 s’est associée au Combat Capabilities Development Command de l’armée américaine , un organisme de recherche et développement. Selon le contrat, le gouvernement souhaite étudier certaines sciences assez exotiques telles que le camouflage actif, la réduction de masse inertielle et la communication quantique. En particulier, le gouvernement s’intéresse au projet ADAM du groupe , que Doug Halleaux, porte-parole du US Army Combat Capabilities Development Command Ground Vehicle Systems Center, a décrit comme «un coup de filet mondial pour la collecte et l’évaluation de nouveaux matériaux». En 2018, TTSA a lancé un appel aux particuliers et aux organisations pour qu’ils soumettent des documents provenant de sources exotiques présumées dans le cadre du projet.

John Greenewald de The Black Vault, un site Web dédié à la collecte de documents gouvernementaux déclassifiés, a expliqué dans un récent article de blog que les recherches et les rapports liés à l’accord sont exemptés des demandes de la Freedom of Information Act conformément au règlement de l’armée 70-57.

Sachant cela, Greenewald a plutôt déposé une demande FOIA concernant une copie de tous les enregistrements et e-mails liés au Dr Joseph Cannon du US Army Futures Command (qui travaille sur l’accord) contenant des mots clés tels que “TTSA” et “To The Stars”.

L’armée est revenue à Greenewald en lui disant que 29 documents avaient été trouvés concernant sa demande, et chaque page était exemptée de sa demande. L’armée a déclaré qu’elle n’allait publier aucun document. La carte mère a contacté Halleaux, le porte-parole du CCDC de l’armée, qui a déclaré que tous les documents liés à l’organisation de DeLonge seraient classés comme «secrets commerciaux et informations commerciales ou financières [qui sont] privilégiées ou confidentielles».

En d’autres termes, le public ne peut pas savoir sur quoi l’Armée de terre et le TTSA travaillent en raison des secrets d’entreprise et commerciaux, à savoir la propriété intellectuelle et les finances. Cela inclut les communications par e-mail associées. Halleaux a dit à Motherboard qu’il n’avait personnellement aucune idée de ce que l’armée et le TTSA faisaient, et s’il le faisait, il ne pourrait pas en parler.

TTSA a maintenant environ quatre ans et demi sur son contrat de cinq ans avec l’armée pour rechercher et développer la future technologie militaire. Halleaux a déclaré à Motherboard en 2019 que le gouvernement pensait que les “technologies ou capacités clés que [l’armée] étudie avec le TTSA sont certainement à la pointe du domaine du possible” et ont un faible coût pour le gouvernement. Quoi qu’il en soit, monter une exploration complexe des divers projets décrits dans le CRADA tels que le «camouflage adaptatif», la «propulsion par énergie rayonnée» et la «communication quantique»nécessitera certainement une collaboration sérieuse, l’installation de laboratoires, la collecte d’équipements, la recherche et le temps . Il est hautement improbable qu’un véritable développement technologique ait eu lieu au cours des six derniers mois.

1584103563932-Screen-Shot-2020-03-13-at-84457-AM
IMAGE: THE BLACK VAULT

Dans une déclaration écrite à Motherboard, Steve Justice, chef de l’exploitation de TTSA et ancien directeur du développement de systèmes avancés chez Skunkworks de Lockheed Martin, a déclaré:

«Il est facile de supposer que le gouvernement [l’accord] de TTSA« verrouille »automatiquement les résultats de la recherche. Cependant, il convient de noter que les discussions avec le gouvernement qui ont mené au libellé du contrat ont été menées à bien en sachant que l’un des principaux objectifs de TTSA est la transparence publique et les applications commerciales. Notez le langage du contrat qui identifie spécifiquement le partage bidirectionnel d’informations. L’avantage de [l’accord] est d’avoir accès à des laboratoires gouvernementaux autrement inaccessibles et à une expertise technique pour exposer tous les attributs des matériaux inhabituels et partager les résultats. Si des attributs inhabituels sont trouvés, TTSA peut utiliser ces informations pour créer des applications d’intérêt public. Nous ne pouvons pas parler des mesures que l’armée pourrait prendre après avoir étudié les résultats. »

Dans une demande de suivi des commentaires concernant les allégations de TTSA concernant la collecte de débris et de matériaux exotiques d’un autre monde et d’OVNIS , la responsable du contenu, Kari DeLonge, a déclaré qu’elle ne pouvait pas dire si l’entreprise avait la main sur des matériaux vraiment étrangers, mais a ajouté que, «Nous sommes déterminés et dévoués à une analyse et à des rapports responsables sans spéculation.»

Alors que toute la relation étrange entre les OVNIS et le bras de recherche et développement de l’armée a laissé de nombreuses personnes se gratter la tête, la vraie question est de savoir pourquoi les extraterrestres avancés dans l’espace continueraient à s’écraser et à laisser leurs déchets dans les déserts du Nevada et du Nouveau-Mexique? Peut-être qu’ils laissent à l’humanité des miettes de pain technologiques ou ce ne sont que des imbéciles jetant leurs ordures sur notre planète; quoi qu’il en soit, le gouvernement ne dit pas grand-chose.