Pourquoi l’ufologie doit mourir


Lue Elizondo

5 Septembre 2022

Lien vers l’article intial

Oui, c’est vrai, je l’ai déjà dit, et je le redirai. Comme certaines personnes l’ont souligné, je veux que l’UFOlogie (telle que nous l’avons connue) meure.

« Je veux le faire exploser en un million de morceaux… » , comme le disent souvent mes détracteurs. Cependant, si vous n’avez écouté que les mots que j’ai dit et non ce qui a suivi, alors ce court article est écrit pour vous.

Ce qui était tout aussi important, sinon plus, était ce que j’ai dit à la suite de cette déclaration, la partie qui est généralement laissée de côté par les individus et les personnalités qui souhaitent sélectionner mes mots pour les armer pour l’avancement de leurs propres récits spécifiques. 

En termes simples, la raison pour laquelle j’ai déclaré que je voulais tuer UFOlogy était que tout ce qui le remplace soit quelque chose de plus holistique et harmonisé. Une communauté bien plus académiquement sérieuse et intellectuellement représentative du sujet. 

Plutôt qu’une approche Far West, je souhaite insuffler rigueur, discipline et professionnalisme dans tout ce qui suit. Ce que je veux dans la destruction totale de l’ufologie telle que nous la connaissons, c’est la croissance de quelque chose de nouveau qui est beaucoup plus axé sur le plan académique et scientifique. Je crois que l’ufologie doit mourir, la stigmatisation et tout, pour que nous puissions faire progresser notre compréhension de ce sujet énigmatique. J’ai souvent dit, à la fois en public et en privé, que je voulais que l’UFOlogie disparaisse, mais dans ces conversations, j’ai également expliqué que tout ce qui suit doit évoluer vers quelque chose de beaucoup plus complet. A la mort de l’UFOlogie, je veux un NOUVEAU type d’UFOlogie, une meilleure OVNI, une renaissance revigorée, comme un puissant phénix qui renaît de ses cendres.  

Alors pourquoi est-ce que je veux tuer UFOlogy ? 

Eh bien, la science, bien sûr! 

Regardons notre propre soleil comme un exemple de mort et de renaissance. Le soleil dont nous profitons aujourd’hui pour réchauffer nos corps de plage et faire pousser du basilic sur le rebord de la fenêtre est ce qu’on appelle une « étoile de troisième génération ». Cela signifie que plusieurs générations d’étoiles ont dû exister AVANT notre soleil, et que le soleil autour duquel nous tournons aujourd’hui est fait de morceaux d’autres étoiles précédentes. En fait, la matière de tout notre système solaire, y compris notre petite planète rocheuse, était constituée des débris de plusieurs événements cosmiques cataclysmiques, il y a des milliards d’années, impliquant la mort et la naissance d’étoiles dans un processus de supernova. Les étoiles ancestrales qui existaient avant notre Soleil étaient soit trop chaudes, soit trop grosses, soit trop volatiles pour soutenir la vie telle que nous la connaissons aujourd’hui. Ce n’est que par la mort et la renaissance de plusieurs étoiles avant notre soleil, sommes-nous maintenant en mesure de profiter du comportement relativement constant et prévisible de notre voisin solaire. Comme nous le voyons dans la nature, maintes et maintes fois, la renaissance est le résultat de la mort, et comme le feu à une récolte malsaine ou au champ d’un fermier, la destruction d’une chose donne souvent lieu à quelque chose de bien meilleur et de plus sain. Les meilleures cultures poussent lorsque la prolifération a disparu et que le sol est riche en nutriments.

Cela m’amène à mon deuxième point sur la raison pour laquelle l’ufologie doit mourir. Responsabilité. 

Le comportement de certains ufologues autoproclamés sur les réseaux sociaux a parfois été bien moins que productif. Je voudrais rappeler au lecteur que de nombreux hauts fonctionnaires et leur personnel au sein de notre appareil de la communauté du renseignement et de la défense surveillent les médias sociaux. Même les politiciens sont à l’écoute. Et comme de vilains enfants dans un bac à sable, les actions de quelques enfants irritables peuvent chasser d’autres enfants qui, autrement, aimeraient vraiment jouer dans le bac à sable aussi. Le bac à sable UFOlogy contient malheureusement quelques vilains enfants qui ont décidé qu’aucun autre enfant n’est autorisé à jouer dans leur bac à sable, sinon ils risquent de se faire jeter du sable au visage. Ce comportement est ce qui motive et alimente la stigmatisation perpétuelle associée au sujet OVNI et à l’UFOlogie. De mon point de vue, pourquoi nous lançons-nous du sable alors que nous devrions nous concentrer sur la construction de châteaux de sable ensemble ? Surtout maintenant, alors que des pays comme Saint-Marin sont sur le point d’aider éventuellement à défendre l’effort UAP au niveau international grâce à des efforts comme Project Titan. Le premier endroit où les personnes qui ne connaissent pas les UAP iront chercher des informations sur le sujet sera les médias sociaux. Est-ce vraiment la première impression que nous voulons leur donner ?  

Malheureusement, la communauté OVNI est devenue récemment un bourbier irrationnel de règles de la foule et de chercheurs de popularité. Fini le respect et le décorum, au profit des coups de coude et des coups de pied de mosh pit. Les voix de ceux qui, autrement, appliqueraient une orientation scientifique sont étouffées par ces personnalités des médias sociaux qui font du sensationnalisme en tant que « militants de la divulgation » afin de générer des revenus grâce aux téléspectateurs et aux abonnés. Ceux qui recherchent le «crédit» au lieu de la coopération détournent le sujet pour leur propre enrichissement aux dépens des véritables défenseurs de la vérité. 

Je partagerai avec vous une citation d’un de mes amis : « Parfois, c’est juste de l’arrogance intellectuelle d’autoproclamés ufologues… Eux aussi sont les défenseurs de la réalité consensuelle de leur propre perspective psychologique défensive ».

Ce que je crois nécessaire, c’est une ufologie qui inclut des individus à l’esprit rationnel de tous les horizons avec des perspectives uniques. Une ufologie qui favorise une étude réfléchie par les communautés scientifiques et universitaires et par d’autres chercheurs disciplinés. Je veux une nouvelle ufologie sans le drame, les cultes des personnalités et les agendas basés sur les appâts à cliquer qui conduisent à la médisance mesquine. Je veux arracher les conspirations et les enclaves sectaires desséchées et durcies vieilles de plusieurs décennies comme arracher une vieille croûte. Je veux guérir la blessure infectée et suintante avec un régiment constant de logique axée sur les données, d’humilité, de rigueur académique et de transparence. 

Je veux une nouvelle ufologie, digne d’aborder et d’étudier techniquement ce sujet incroyable ; avec des individus qui peuvent échanger des idées sans crainte d’attaque personnelle, sans avoir à choisir un camp et sans drame au collège. Je veux une ufologie où les universitaires, les scientifiques, les élus, les chefs de gouvernement et les théologiens peuvent interagir avec le public, à l’abri des détournements de clics créés par les chasseurs d’attention ou les profiteurs des médias sociaux se faisant passer pour des militants de la divulgation. Je ne dis pas qu’il n’y a aucun élément dans la construction ufologique existante qui embrasse ces valeurs, mais c’est plus l’exception et non la règle de nos jours.  

Les préjugés cognitifs et les émotions humaines telles que l’ego et la fierté créent des barrières en ufologie. Ce sont ces tendances qui devraient être éradiquées au profit d’un environnement fertile pour l’étude proprement dite des ovnis, et pas seulement un forum pour bavarder sur des individus. Je veux un environnement à la fois sain et créatif. Un environnement qui se concentre sur le sujet et non sur les personnalités. Je veux que les gens de toutes les races, couleurs, sexes, religions, orientations et origines participent et réalisent que ce sujet implique toute la race humaine.  

Si j’étais un roi pour la journée, à quoi ressemblerait ce nouvel environnement ? Dans ce nouvel environnement, des sujets tels que la xénoscience, l’exopolitique, l’astrobiologie et l’exothéologie ne seraient pas ostracisés en tant que science marginale. Comme les phénomènes ne sont pas encore entièrement compris et sont vraiment inconnus, nous devons nous garder ouverts à une variété de possibilités en nous permettant d’encadrer pragmatiquement les « et si » dans une certaine forme de nomenclature académique ou scientifique.  

Dans ce nouvel environnement, il y a confiance et respect entre les universitaires, les scientifiques et les organisations gouvernementales agissant en tant que gardiens des données concrètes qui doivent être étudiées et évaluées. Ce respect s’étend au citoyen moyen et aux défenseurs qui peuvent engager de manière réfléchie ces organisations par le biais d’une enclave de médias sociaux collaborative et transparente. 

Malheureusement, le cirque des médias sociaux de télé-réalité d’aujourd’hui a mis à l’épreuve la confiance du gouvernement dans l’ufologie en tant que domaine d’étude valable. Semaine après semaine, ces mêmes « défenseurs de la divulgation » créent leurs propres nouvelles conspirations, aliénant davantage toute personne de notre gouvernement désireuse de défendre la cause. Alors que pour certains, ces podcasts, chaînes YouTube, flux Twitter et pages Instagram peuvent être divertissants, pour ceux qui prennent des décisions sérieuses sur l’avenir de la façon dont nous aborderons ce problème, certains de ces sites (pas tous) ont créé plus de confusion et de division. . Par conséquent, nous devons maintenant faire plus attention que jamais à la manière dont nous engageons le public, nous devons être meilleurs pour retirer notre propre ego de ces conversations, et nous devons être moins intéressés par l’autopromotion et plus concentrés sur l’information.  

Alors, est-ce que je veux toujours tuer UFOlogy ? Vous pariez ! Mais c’est seulement parce que j’ai l’espoir et la foi que nous pouvons tous créer quelque chose de bien meilleur. 

Le sujet des ovnis pourrait très bien être le plus grand mystère auquel notre espèce ait jamais été confrontée. Jetons chacun un bon et long regard dans le miroir. L’autoréflexion est parfois effrayante, mais elle est nécessaire à la croissance. Espérons que la personne qui se tient devant vous dans le miroir vous écoutera. La bonne nouvelle est que nous avons tous la possibilité de le faire de la bonne manière et qu’il n’est jamais trop tard pour réévaluer notre approche et changer de cap. Pourquoi ne pas donner au sujet le respect qu’il mérite et permettre au phénix de secouer les vieilles cendres et de déployer ses ailes ? Pourquoi ne pas permettre à ce bel oiseau de s’élever avec la dignité qu’il mérite et de s’envoler vers son nouveau perchoir auquel il appartient de droit ?  

… La seule chose qui empêche cela, c’est toi et moi.