Des OVNIS en Ukraine ? Les astronomes ukrainiens publient les résultats des observations UAP


Andreas Muller
26/08/2022
Lien vers l’article initial
Lien vers l’Arxiv

Kyiv (Ukraine) – En raison du regain d’intérêt politique et scientifique international pour les objets volants non identifiés et les phénomènes dans l’espace aérien, l’Observatoire astronomique principal de l’Académie nationale des sciences d’Ukraine (MAO-NAS) a également lancé son propre UFO/ L’étude UAP a été appelée et ses premiers résultats viennent d’être publiés.

Comme les astronomes du MAO-NAS Boris Zhilyaev, Vladymyr Petukhov et VM Reshetnyk le rapportent à l’avance via ArXiv.org , ils utilisent actuellement les caméras vidéo couleur de jour de deux stations d’observation de météores, l’une à Kiev et l’autre dans le village, à 120 kilomètres au sud. de la capitale ukrainienne Vinarivka. Les observations UAP sont parallèles aux observations astronomiques réelles, qui sont destinées à détecter les météores. « A cet effet, nous avons développé une technologie d’observation spéciale pour détecter et évaluer les propriétés UAP », rapporte le trio de chercheurs.

Sur la base des données ainsi obtenues, les astronomes déclarent avoir découvert deux types d’ OVNIS ou PAN et les appellent « cosmiques » et « fantômes ». Ils poursuivent : « Nous appelons ‘cosmiques’ les objets lumineux qui sont plus brillants que le ciel en arrière-plan. D’autre part, nous appelons des objets sombres « fantômes » qui se détachent de l’arrière-plan jusqu’à 50 % ».

Dans leur article, les astronomes ukrainiens décrivent une variété d’UAP/OVNIS et expliquent plus en détail : « Nous voyons (ces objets) partout et nous observons un nombre important d’objets dont la nature n’est pas claire. »

Ces objets comprennent donc des objets individuels, des groupes et des escadrons entiers. Sur la base de leurs observations et mesures, les chercheurs pensent pouvoir déterminer que les objets non identifiés, qui les distinguent des objets volants connus, « voyagent à des vitesses de 3 à 15 degrés par seconde ».

Comme les deux observatoires utilisés sont distants d’environ 120 kilomètres, mais que les caméras sont synchronisées, les chercheurs ont également réussi à détecter un objet variable à une altitude de vol de 1170 kilomètres. « Cet objet clignote en un centième de seconde à une moyenne de 20 Hz. »

Zhilyaev, Petukhov et Reshetnyk rapportent que certains des « fantômes » sont si sombres ou complètement noirs qu’ils n’absorbent eux-mêmes aucune lumière ni aucun autre rayonnement.

Les astronomes veulent avoir déterminé la distance de certains objets à l’aide de mesures colorimétriques. Cela a permis de déterminer la distance de certains des « fantômes » observés à 10 à 12 kilomètres (hauteur ?). « En conséquence, nous estimons la taille de ces objets à 3 à 12 mètres et leur vitesse à 15 kilomètres par seconde (54 000 km/h). »

L’article dont il est question ici est une prépublication qui n’est pas encore passée par le processus scientifique habituel d’examen par les pairs. Avec la publication du journal, les premiers critiques se sont déjà prononcés. D’une part, ils remettent en question la signification de la détermination de distance appliquée (analyse colorimétrique) et, sur la base des enregistrements des « fantômes » sombres, pointent des similitudes avec des images d’insectes ou d’oiseaux volant de près devant des caméras comparables. Il reste donc à voir si le document, la méthodologie et les conclusions des astronomes basées sur celui-ci résisteront à un examen critique et à un débat ouverts.

GreWi continuera de signaler…