ANALYSE PHOTOGRAPHIQUE

Relecteur Andrew Robinson /
Maître de conférences en photographie, Sheffield Hallam University, Sheffield.
Date de révision 0 2 /0 8 /22 (mise à jour v 2 )

Référence
Analyse des droits d’auteur et images © 2022 Andrew Robinson

SOMMAIRE
Après une analyse détaillée de l’image elle-même et des propriétés physiques de l’impression, je suis d’ avis que :

La photographie est une épreuve couleur à partir d ‘un film XP 1 chromogénique noir et blanc C41 imprimé sur du papier négatif couleur standard Kodak du début des années 1980 ou du début des années 1990 .

Le choix du film XP 1 doit être noté car il suggère quelqu’un ayant une connaissance et un intérêt pour la photographie .
Il est probable que l’image ait été prise sur un SLR avec un objectif principal de 50 mm , 80 mm ou 110 mm ou un objectif zoom de milieu de gamme OU sur un appareil photo compact « viser et déclencher » avec un objectif zoom 35 70 mm ou similaire .
L’image ne montre aucune preuve de manipulation de négatif ou d’impression et tous les signes visibles suggèrent qu’il s’agit d’une photographie authentique de la scène devant l’appareil photo.
Des mesures relatives d’objets de taille connue au sein de la photographie permettent de calculer une estimation de la taille approximative de l’objet non identifié comprise entre 30 m et 40 m avec une hauteur comprise entre 8 m et 1 2 m.

Le ciel couvert visible sur la photographie correspond à celui enregistré par le UK Me t Office pour l’ endroit donné le jour où la photographie est censée avoir été prise.

Il n’est pas possible d’identifier l’objet au centre du cadre, mais les preuves présentes suggèrent que cet objet ÉTAIT devant l’appareil photo dans la position indiquée lorsque la photographie a été prise .

Il s’ensuit qu’il s’agit soit d’un véritable objet volant non identifié dans le ciel OU que toute construction ou manipulation utilisée pour créer cet effet se soit produite DEVANT la caméra et NON lors de la capture de la scène sur film ni lors du traitement ultérieur et impression de l’image.

Les résultats de cette analyse sont cohérents avec et appuient l’ héritage revendiqué de l’imprimé.

INTRODUCTION

Cette analyse est basée sur un examen détaillé et une analyse des matériaux originaux comprenant :

Impression photographique originale
Enveloppe de carte utilisée dans laquelle l’impression a été stockée
Photocopies de l’impression contenue dans l’ enveloppe
De plus, un certain nombre de copies numériques et d’agrandissements de l’impression originale ont été produits par l’examinateur pour permettre une analyse plus détaillée . Ceux -ci incluent :
Copies photographiques de l’intégralité de l’impression et de l’ enveloppe (recto et verso)
Photographies macro détaillées des zones clés de l’impression
Une numérisation numérique à plat haute résolution de l’image et de l’enveloppe
Les images numériques ont été produites sur un Nikon D610 à l’aide d’un Micro Nikkor de 110 mm , ce qui a donné des fichiers bruts NEF à une résolution plein cadre. Les images ont été traitées dans Adobe Lightroom et exportées au format Tiff 16 bits avec une taille de fichier d’ environ 138,5 Mo.
Les numérisations numériques ont été produites sur un scanner à plat A3 Epson à l’aide du logiciel de capture VueScan , ce qui a donné des fichiers Tiff Raw 16 bits . Les images ont été traitées dans Adobe Lightroom et exportées au format Tiff 16 bits avec une taille de fichier de 2,8 à 2,9 Go
ANALYSE
Description de l’image
L’image est prise en regardant légèrement vers le haut avec la majorité du cadre rempli de ciel et seulement une petite partie du paysage visible le long du bord inférieur du cadre. Les variations de tonalité du ciel permettent de distinguer les nuages ​​et la scène semble éclairée par la lumière diffuse d’un ciel couvert plutôt que par la lumière directe du soleil. Le long de la moitié gauche du bord supérieur de l’image, deux groupes de branches encadrent partiellement l’image. Le groupe de gauche lui-même se compose de trois ou quatre groupes de branches avec une densité croissante de feuilles plus près du bord supérieur de l’image par rapport au bas extrémités des branches.

Le deuxième groupe distinctif ou les branches sont situées à droite du premier juste à gauche du point central le long du bord supérieur de l’image. Ces branches sont plus foncées et plus couvertes de feuilles que celles à sa gauche. Ces branches entrent également dans l’image avec une pente plus raide et semblent être de nature différente des feuilles à leur gauche.
À l’extrême gauche du bord inférieur de l’image , il y a une zone plus sombre qui semble être les branches et les feuilles d’un arbre, d’un buisson ou d’une sorte de plante. Les feuilles sont longues, fines et pointues et semblent assez différentes de celles vues ci-dessus le long du bord supérieur gauche de l’image.
Le long du bord inférieur de l’image, on peut voir une clôture soutenue par trois poteaux : deux poteaux plus épais ( éventuellement en bois) et sur le côté gauche un support de clôture plus mince qui semble avoir un trou circulaire dans le haut à travers lequel le fil le plus haut de la clôture passe. Cela semble être un poteau ou un séparateur en métal.
Deux fils passent de poteau en poteau pour former la clôture. Le plus haut des deux fils de clôture visibles apparaît plus lisse que le plus bas.

Deux marques sombres apparaissent le long de ce fil supérieur juste à gauche des deux poteaux les plus épais (voir ci-dessus) . Il n’est pas possible de déterminer clairement quelles sont ces marques avec certitude, mais il est probable qu’il s’agisse d’herbe ou de fourrure animale, de laine ou d’un matériau similaire qui s’est attaché au fil de la clôture . Le plus bas des deux fils de clôture a un marquage régulier sur sa longueur (voir ci-dessous) où le fil apparaît légèrement plus épais à intervalles réguliers. Cela semblerait indiquer que le fil est probablement barbelé ou peut -être que ce fil forme le bord supérieur d’une clôture grillagée avec des marques indiquant où sont attachés des fils verticaux légèrement plus fins qui ne se sont pas inscrits sur le film .
Le fil de fer barbelé généralement utilisé dans l’agriculture et la foresterie a un espace standard de 10 cm entre les barbes ( Réf 1 & 2 ) et sur une photographie prise par l’auteur d’une clôture en fil de fer barbelé avec des barbes espacées de 10 cm sur la lande dans le Peak District, le fil apparaît semblable à celui de la photo (voir ci-dessous) .

Section du fil d’exposition de la photographie originale (supposé être barbelé) avec environ 16  » barbes  » visibles

Les auteurs ont récemment photographié une photo prise avec un objectif de 70 mm focalisée sur le premier plan proche (à 5 pieds de distance) montrant 16 barbes d’une clôture en fil de fer barbelé à une distance de 15 pieds apparaissant légèrement floues. Au fur et à mesure que les barbes deviennent floues, leurs pointes disparaissent et elles apparaissent comme un léger épaississement du fil à intervalles réguliers, similaire à celui que l’on voit sur la photographie originale. Derrière la clôture le long du bord inférieur de l’impression, une série de collines apparaît à l’arrière-plan de l’image. Environ les deux tiers du chemin le long du bas de la photographie et derrière le troisième poteau de clôture, il y a un pic angulaire distinctif à l’horizon qui est le point le plus élevé visible en arrière-plan (voir ci-dessous)

Juste à droite de la main gauche mince avant le poteau de clôture et devant la chaîne de collines à l’horizon, il y a une colline ou une crête légèrement plus basse avec ce qui semble être trois groupes d’arbres, un grand groupe le plus proche du poteau de clôture suivi d’un petit groupe de 34 arbres et enfin ce qui semble être un seul arbre ou éventuellement une paire d’arbres (voir ci-dessous). Un peu plus loin le long de la crête, environ à michemin entre le premier et le deuxième poteau de clôture, il semble y avoir un autre arbre isolé sur cette colline.

Un peu plus près de la caméra, juste visible à droite du troisième poteau de clôture et à droite de la colline distinctive à l’horizon se trouve une zone sombre irrégulière au bord inférieur de l’impression. Cela semblerait être la cime des arbres dans une forêt ou une zone boisée à mi-distance.
Étant donné que, à part l’horizon lointain décrit ci-dessus, le terrain derrière la clôture reste hors de vue, il semblerait que le sol derrière la clôture tombe. Même compte tenu du fait que l’image est cadrée en regardant légèrement vers le ciel, si le sol s’élevait derrière la clôture, il serait visible dans l’image.


Au centre de l’image apparaît un objet non identifiable en forme de losange carré. Cet objet présente une légère variation de tonalité et de longueur avec une ligne de séparation le long de sa longueur avec la surface supérieure plus claire que sa surface inférieure. L’éclairage de cet objet est cohérent avec l’éclairage diffus de l’ensemble de la scène.

À chaque extrémité de l’objet, environ un cinquième de la distance sur sa longueur , une zone de tonalité plus claire est présente, la zone de gauche étant à la fois plus grande et plus claire que la zone visible à l’extrémité droite. Juste à droite du centre de l’objet une zone de tonalité circulaire plus sombre est présente.

L’extrémité droite de l’objet, là où les surfaces supérieure et inférieure se rejoignent, s’étend jusqu’à une forme circulaire en forme de « nez ». En revanche , à l’extrémité gauche de l’objet, les surfaces supérieure et inférieure se rejoignent en un point. Un léger assombrissement est présent juste à droite du sommet supérieur de l’objet. Aucune fumée ou émanation ne doit être vue autour de l’objet. L’avion volant au-dessous et derrière l’objet non identifié se déplace de droite à gauche et, de sa position par rapport au paysage derrière, il semble voler à une hauteur relativement basse. Un léger flou suggère que l’avion se déplace à grande vitesse.
Bien qu’il ne soit pas possible d’identifier clairement l’avion en raison de sa distance par rapport à la caméra a ; le léger flou dans l’image ; et le grain du film , la silhouette de l’avion est conforme à celle d’un Harrier Jet .
Conditions climatiques _
L’image révèle un ciel couvert avec une lumière diffuse et aucun ciel bleu visible ni lumière directe du soleil. La date donnée pour la création de la photographie est le samedi 4 août 1990 à 2100 GMT environ. Le temps enregistré par le Met Office du Royaume -Uni pour cette journée comprend le résumé suivant de la météo en Écosse : « L’Écosse et l’Irlande du Nord ont eu une journée plutôt nuageuse, mais certaines parties de l’est de l’Écosse étaient assez ensoleillées. Il y a eu de la pluie dans le nord et l’ouest de l’Écosse avec quelques averses en Irlande du Nord et dans le sud de l’Écosse dans la soirée. Les températures étaient un peu au-dessus de la moyenne. ( 3 )

Le centre de l’Écosse avait entre 2 et 4 heures d’ensoleillement de l’aube au crépuscule avec une température comprise entre 18 et 22 degrés centigrades ( 3 ). Le coucher du soleil du 4 août 1990 était à 21:20:53 ( 4 ) ce qui placerait l’origine de la photographie environ 20 minutes avant le coucher du soleil.

Conclusion Les données météorologiques et solaires pour le jour en question sont donc cohérentes avec l’héritage revendiqué de la photographie et les preuves visuelles qu’elle contient.
Objectif et appareil photo.

En supposant que l’image a été imprimée en plein écran mis à part la petite quantité d’image recadrée de chaque côté pour permettre à l’image de s’afficher sur l’impression 10×8″ le champ de vision suggère que l’objectif utilisé est probablement un objectif standard ou court téléobjectif , avec une longueur focale approximative comprise entre 50 mm et 110 mm. Le point le plus net de l’image est l’objet non identifié dans le ciel avec des détails de premier plan et d’arrière-plan apparaissant flous en comparaison . En raison de la netteté de l’objet central , le flou rl’anneau d’ autres zones de l’ image semblerait être le résultat de la mise au point et de la profondeur de champ utilisée plutôt qu’en raison du mouvement de la caméra lors de la capture de l’image. La profondeur de champ est la profondeur de la scène qui est mise au point de chaque côté (devant ou derrière) du point de mise au point et est fonction de l’ouverture ( F Stop ) utilisée ainsi que de la distance focale de l’objectif. Des ouvertures plus larges et des objectifs à distance focale plus longue entraînent une profondeur de champ plus faible.

La profondeur de champ visible dans l’ image est assez faible suggérant soit une ouverture plus large (par exemple F2.8 F5.6 ) ou un objectif plus long (par exemple 80 mm ou plus) ou éventuellement les deux. Les informations ci-dessus suggéreraient l’utilisation d’un appareil photo reflex traditionnel équipé soit d’un objectif à focale fixe (un objectif principal) avec une distance focale comprise entre 50 mm et 1 1 0 mm OU d’un zoom avec une distance focale variable de peut-être 35 110 mm ou 70 210 mm. Ce serait un équipement assez courant pour un photographe amateur intéressé à la fin des années 80 et au début des années 90.
La deuxième possibilité est que l’image ait été prise sur un appareil photo compact plus simple et moins cher. Les appareils photo compacts de la fin des années 1980 et du début des années 1990 étaient assez avancés avec une exposition automatique et une mise au point automatique précise disponibles à un prix raisonnable . À cette époque, les appareils photo argentiques étaient les appareils photo les plus populaires pour la photographie amateur de famille, de voyage et de vacances. De nombreux appareils photo compacts avaient des zooms à courte portée tels que 35-70 mm ou 35-110 mm et il est tout à fait possible qu’un tel appareil photo ait été utilisé pour produire cette photographie .
Type de papier
Le cachet identifie le papier comme un papier Kodak . Avant 1961, le papier Kodak était produit avec un tampon ou un filigrane imprimé sur sa surface arrière comprenant EKC entouré d’un cercle à double ligne . Cela a été remplacé en 1961 par une seule ligne de texte indiquant:UN PAPIER KODAK® . De 1972 jusqu’au début des années 1990, cela a changé pour le filigrane montré sur cette impression qui comprenait trois lignes de texte :CE PAPIER FABRIQUÉ PAR KODAK

À partir de 1989, Kodak a commencé à marquer chacune de ses gammes de produits avec une impression au verso ou un filigrane unique , ce qui suggère que le papier a été produit entre 1972 et le début des années 1990.
Le poids, la texture, la surface, la finition et l’épaisseur du papier l’identifient comme un papier enduit de résine . Le papier RC comprend une fine couche de papier scellée entre deux couches de polyéthylène (plastique) avec l’émulsion photographique et un revêtement supérieur sur la surface supérieure. Les papiers RC sont plus fins et plus légers que le papier à base de fibres (FB) à environ 190 g contre 250 g ou plus pour le papier FB. L’introduction de RC a accéléré les temps de traitement car le revêtement en plastique empêche l’ absorption des produits chimiques de traitement, ce qui a considérablement réduit le temps de lavage et de séchage requis . Le papier RC a été produit avec les surfaces suivantes : F (brillant), N (mat), Y (soie), E (lustré) avec le brillant de loin le plus populaire. La qualité d’image des tirages RC était inférieure à celle du papier à base de fibres en raison de la faible épaisseur de l’émulsion présente et de la faible teneur en argent, ce qui a également entraîné une réponse plus limitée au virage en photographie noir et blanc . Le papier RC a été largement utilisé dans l’impression de photographies négatives couleur où la vitesse dele traitement et le séchage étaient importants.

Les supports Kodak Resin Coated (RC) ont été introduits dans leur gamme de papier couleur en 1968. Les papiers RC étaient les plus populaires dans les situations où la vitesse d’impression était importante et étaient généralement utilisés dans l’impression grand public, la presse et la photographie publicitaire, la police, les soins de santé et d’autres domaines de pratique appliqués ou commerciaux.
Le papier à base de fibres a continué à être utilisé pour les tirages d’exposition et d’archives dans la photographie d’art et d’autres domaines où la qualité et la permanence de l’image étaient une priorité , bien que le papier RC soit généralement utilisé pour les contacts et les tirages d’épreuves. Une petite zone d’abrasion dans la partie inférieure droite de la photographie (voir détail de l’image) révèle une couche orange/rouge sous la couche d’image qui correspond au papier COULEUR.
Une petite ‘tache’ turquoise/verte dans la partie supérieure gauche de l’impression (voir détail de l’image) semble être une petite zone non traitée du papier – le papier négatif couleur non traité a une couleur turquoise/verte résultant éventuellement d’un petit morceau de saleté ou d’adhésif attaché à la surface d’impression pendant le traitement. Cela suggérerait à nouveau que le type de papier est couleur plutôt qu’une impression noir et blanc tonique.
Conclusion L’image est imprimée sur du papier photographique couleur enduit de résine fabriqué par Kodak, produit entre 1972 et le début des années 1990. Le type de papier est conforme à l’héritage revendiqué de l’estampe.
Taille d’impression 10×8″
Le format de papier 10×8” (20,5 x 25,5 cm) a été introduit parallèlement à l’introduction du film grand format 10×8” dans les premières années du C2Oth et a progressivement remplacé les anciens formats de film et de papier. Le papier 10×8″ a permis l’impression par contact direct d’images réalisées sur un film 10×8″ (ou quatre impressions par contact de négatifs 5×4″) et est devenu le format de papier le plus populaire dans la photographie professionnelle pendant une grande partie de la seconde moitié du C20th utilisé pour la presse et tirages publicitaires , tirages d’épreuves, situations policières et sanitaires. Depuis l’avènement de la photographie numérique, les formats de papier ont largement évolué à la série « A » de formats de papier bien que le papier photographique (analogique) soit toujours produit dans des formats impériaux. Le film 35 mm a un rapport de 3: 2 tandis que le papier 10×8 « a un rapport de 5 : 4 donc pour imprimer une image 35 mm sur une feuille de papier photo 10×8″ sans bords, une proportion des côtés de l’image devrait être recadrée. Il faut supposer que cette image a été recadrée de cette manière lors de l’impression. Les formats de papier courants pour les « en – prints » grand public typiques 6×4″ (rapport 3:2) et 7×5″ (rapport 3. 5×2,5 ) conviennent mieux aux films 35 mm nécessitant peu ou pas de recadrage.
Conclusion La taille de l’impression est conforme à l’héritage revendiqué de l’impression.
Type de film
Les zones de l’image qui présenteraient de la couleur dans une impression couleur (le ciel, les arbres au premier plan proche et à distance, l’herbe au premier plan) sont toutes rendues dans des tons de sépia ou de noir et blanc « tonifiés » et ne présentent aucun « vrais » tons de couleur. L’image n’est cependant pas un pur monochrome/noir et blanc avec un léger ton sépia. Le ton sépia peut être obtenu en tonifiant une impression en noir et blanc, mais étant donné qu’il a été établi ci-dessus que l’image est imprimée sur du papier couleur, cela suggérerait que l’image a été imprimée à partir d’un négatif en noir et blanc.
Deux types de films noirs et blancs peuvent avoir produit cette impression :
un film photographique noir et blanc standard traité à l’aide de produits chimiques de traitement noir et blanc standard (par exemple Ilford FP4 ou HP5 ; Kodak Pan X, Tri X ou T max ; Fuji Neopan 400)
un film couleur chromogénique conçu pour être traité à l’aide de la chimie de traitement négative couleur standard C41 pour produire une image monochromatique lorsqu’il est imprimé sur du papier couleur (par exemple Ilford XP 1 ou XP2 ).
Alors qu’un négatif noir et blanc standard pourrait être utilisé pour produire une image en noir et blanc sur du papier négatif couleur , cela nécessiterait un réglage difficile des couleurs pendant l’impression en raison du fait que le film noir et blanc manque les masques de couleur jaune et magenta qui sont utilisés. dans le contrôle de la reproduction des couleurs des images négatives en couleur et aboutit à la couleur orangée typique des négatifs en couleur. Ilford XP 2 ( lancé au printemps 1991) et l’ancien XP 1 ( introduit en 1980) est un film chromogénique à grande vitesse et à grain fin disponible en 35 mm et 120 tailles qui a été adapté à partir d’un stock négatif couleur standard pour produire des impressions en noir et blanc lorsqu’il est traité à l’aide du traitement couleur standard (C41) et imprimé sur du papier négatif couleur. Il a une latitude d’exposition particulièrement large et offre de bons résultats en cas d’éclairage imprévisible ou lorsque la luminosité du sujet peut être étendue . Ilford a fait la promotion du film sur la base de sa large latitude d’exposition qui permettait d’utiliser des vitesses de film allant de 50 à 800 ISO sur le même rouleau de film, ce qui donnait toujours des images correctement exposées, mais XP 2 est devenu populaire parmi les photographes amateurs qui souhaitaient produire images en noir et blanc, mais voulait la commodité de la grande rue (C41)traitement et impression à une époque où le traitement des films noir et blanc traditionnels en gélatine argentique devenait coûteux ou n’était plus fourni par de nombreux laboratoires et chimistes de grande rue . Il convient de noter cependant que peu de gens traiteraient les films XP à la maison en raison de l’exigence qu’ils soient traités à l’aide de la chimie des couleurs C41, ce que seuls quelques amateurs seraient équipés pour faire.
Cela semblerait suggérer que le photographe était à la fois intéressé et bien informé sur la photographie , car à cette époque, l’utilisation de films XP n’était pas courante dans la photographie populaire et familiale , et charger un appareil photo avec un tel film serait un choix proactif , d’autant plus que c’était plus cher que le film négatif couleur standard . À la fin du XXe siècle, la pratique du noir et blanc était étroitement liée à la pratique documentaire traditionnelle et était également un choix populaire pour la photographie de paysage.

Conclusion Je suis d’avis que le film utilisé était Ilford XP 1 traité à l’aide de la chimie C4 1. Ceci est cohérent avec l’héritage revendiqué de l’estampe. Le choix de cette pellicule assez spécialisée par le photographe est également à considérer car il suggère un intérêt et une connaissance de la photographie .

Grain de film

Le grain du film dans l’image est perceptible mais pas extrême. Le grain du film est en grande partie déterminé par le film , mais il est également le résultat de la chimie de traitement . Un film à vitesse plus élevée a un grain grossier et plus visible, tandis que les révélateurs d’augmentation de vitesse ou d’ affûtage des bords peuvent également produire un grain plus grossier. La taille des grains est également déterminée par la quantité d’agrandissement. Une image complète imprimée au format 10×8″ présentera un grain plus fin qu’une partie de la même image agrandie à 200 % et imprimée sur du papier 10×8″. En supposant que l’impression est plein cadre (avec un léger recadrage sur les bords en raison de proportions de la taille du papier ), la taille de grain présente dans le semble être un grain assez fin et plus compatible avec un film avec un ISO de 100 ou 125 ou peut-être un film rapide (par exemple HP5) traité dans un révélateur à grain fin.

Le grain est également cohérent avec celui des films XP d’ Ilford qui étaient bien connus pour leurs propriétés de grain fin. Le grain n’est pas suffisamment net en raison de la qualité (netteté) de l’impression pour permettre une analyse plus détaillée de la forme du grain qui pourrait aider à confirmer le type de film . Le grain dans la zone de l’objet non identifié au centre de l’image ne montre aucune cassure, distorsion ou irrégularité et est continu à travers l’objet. Il n’y a aucune preuve de la distribution du grain autour de l’objet que l’image a être collé ou construit. Le grain est continu, en taille, en texture et en densité sur toute l’image, ce qui suggère que l’image elle-même (à la fois négative et imprimée) n’a pas été manipulée.
Le grain présent sur la photographie et autour de l’objet non identifié est cohérent avec le fait qu’il s’agit d’un véritable enregistrement d’une scène devant la caméra. Une approche possible pour déguiser le collage et la construction d’une image, que ce soit sur le négatif ou sur le tirage, serait de rephotographier une image manipulée sur un film à grain plus grossier afin qu’une distribution de grain convaincante et authentique déguise les joints et les artefacts de la manipulation. Alors que jes impossible d’exclure complètement cela, cela serait peu probable en raison de la finesse et de la cohérence du grain de cette image. (NB des exemples comparatifs de grain de films N/B 35 mm peuvent être fournis dans les versions ultérieures de ce rapport)

Conclusion Le grain du film est cohérent avec le film identifié (XP 1) et suggère qu’aucune manipulation de l’image basée sur le négatif ou l’impression n’a eu lieu et que l’image est une représentation authentique d’une scène devant la caméra .

Aberration chromatique

Les zones périphériques de l’impression, en particulier les branches des arbres en haut à gauche et la clôture et les buissons en bas à gauche et à droite semblent présenter une aberration chromatique latérale. L’aberration chromatique, également connue sous le nom de franges de couleur, est une distorsion de couleur résultant de l’appareil photo ou de l’objectif agrandisseur qui crée un contour de couleur le long des surfaces métalliques ou des bords à contraste élevé entraînant un flou de bleu jaune, rouge vert ou magenta violet franges autour du bord des objets de la photographie. L’aberration chromatique latérale ne se produit qu’au bord des images, tandis que l’ aberration chromatique longitudinale se produit sur l’ensemble du cadre.

Dans le détail ci-dessus , des franges vertes et rouges peuvent être vues autour du poteau de clôture avec une frange rouge /jaune à gauche et une frange verte /bleue plus faible à droite du poteau. Ceci n’est pas visible sur le poteau de clôture au centre du bord inférieur ni sur l’objet non identifié au centre de l’image. Étant donné que l’image a été prise sur un film noir et blanc qui n’a pas pu enregistrer l’éventuelle aberration chromatique présente dans l’objectif de l’appareil photo, il doit s’agir d’une aberration chromatique produite par l’objectif d’agrandissement lors de l’impression de l’image.
Calcul de la taille approximative de l’ objet non identifié
Les tailles relatives des objets sur la photographie, mesurées à partir d’ un tirage, dépendent de leur taille réelle ET de leur distance par rapport à l’appareil photo. Cette relation est une relation linéaire inverse, c’est-à-dire que la taille est de 1 / distance si vous doublez la distance , la taille est réduite de moitié. La longueur d’un Harrier Jet est connue et la longueur d’une section du fil de fer barbelé au premier plan peut être calculée sur la base de l’espacement standard des barbelés sur le type typique de fil de fer barbelé utilisé universellement dans les applications agricoles et forestières le les barbes sont espacées de 10 cm (voir réf 1 & 2) .
Ainsi, si nous sommes capables de déterminer à quel point entre la clôture au premier plan et le jet à l’arrière-plan l’OVNI vole, nous sommes capables de calculer une valeur approximative pour la taille de l’objet non identifié.

Busard Saint -Martin Longueur réelle = 1440 cm / Longueur de l’image = 0,8 0 cm

OVNI  –  Longueur réelle = Inconnu /  Longueur de l’image =  3,33 cm
Clôture  : longueur réelle = 170 cm / longueur de l’image = 6,11 cm

Les calculs de la taille approximative de l’ objet non identifié ont été effectués sur la base de trois emplacements différents de l’objet entre la clôture au premier plan et le jet harrier en arrière-plan :

Option 1 En supposant que l’OVNI est à 50% de la distance entre la clôture et le jet Longueur de l’OVNI = 30 . 43 m / Hauteur OVNI = 8. 8 6 m
Option 2 En supposant que l’OVNI est à 33% de la distance entre la clôture et le jet Longueur de l’OVNI = 20 . 60 m / Hauteur OVNI = 6,00 m
Option 3 En supposant que l’OVNI est à 66% de la distance entre la clôture et le jet Longueur de l’OVNI = 40 . 27 m / Hauteur OVNI = 11. 73 m