Source Twitter : D.Dean Johnson 

Le texte qui vient d’être publié de la loi sur l’autorisation de la défense nationale (NDAA) pour l’exercice 2022, HR 4350, déjà approuvé par le comité des services armés de la Chambre des représentants des États-Unis, contient une section de 571 mots pour imposer de nouvelles obligations au DoD concernant les phénomènes aériens non identifiés (UAP ).

Le HR 4350 a été approuvé par l’ensemble du comité des services armés de la Chambre le 2 septembre 2021, par un vote de 57 contre 2, mais le texte n’a été rendu public que maintenant.

Les exigences liées à l’UAP du comité de la Chambre diffèrent de celles contenues dans un projet de loi sur l’autorisation du renseignement (S. 2610), approuvé par la commission spéciale du Sénat sur le renseignement en juillet. Les deux projets de loi ne sont pas en conflit direct, mais ils adoptent des approches quelque peu différentes – le langage de la Chambre a des exigences de fond plus détaillées sur certains points, mais nécessite des rapports moins fréquents au Congrès.

Ces deux ensembles d’exigences liées à la PAU doivent être considérés comme des propositions, faisant partie d’un travail en cours impliquant au moins quatre comités clés, ainsi que d’autres acteurs. Les notes d’autorisation de défense et d’autorisation de renseignement sont souvent (mais pas toujours) fusionnées par le processus législatif.

Il est plus probable qu’improbable qu’un ensemble unique d’exigences liées à l’UAP, applicables à la fois aux composantes militaires et de la communauté du renseignement, sera élaboré au cours des mois à venir. Le Comité sénatorial des forces armées a approuvé sa propre version d’un NDAA le 21 juillet ; le texte n’a pas encore été rendu public, mais je doute que vous voyiez le langage détaillé de l’UAP de la Chambre reproduit dans le projet de loi public tel qu’approuvé par la commission sénatoriale des forces armées. Le House Intelligence Committee n’a pas encore produit sa version d’un IAA.


Union Calendar No. 83

117E CONGRES – 1ERE SESSION

HR 4350

[Rapport n° 117-118]

Autoriser les crédits pour l’exercice 2022 pour les activités militaires du ministère de la Défense et pour la construction militaire, prescrire les effectifs militaires pour cet exercice et à d’autres fins.

DANS LA CHAMBRE DES REPRÉSENTANTS

2 JUILLET 2021

M. SMITH de Washington (pour lui-même et M. ROGERS d’Alabama) (tous deux sur demande) a présenté le projet de loi suivant ; qui a été renvoyé à la commission des services armés

10 SEPTEMBRE 2021

Rapporté avec des amendements, remis au Comité plénier sur l’état de l’Union, et ordonné d’être imprimé

[Biffer tout après la clause d’adoption et insérer la partie imprimée en italique]

[Pour le texte du projet de loi présenté, voir la copie du projet de loi tel que présenté le 2 juillet 2021]

UNE NOTE

Autoriser les crédits pour l’exercice 2022 pour les activités militaires du ministère de la Défense et pour la construction militaire, prescrire les effectifs militaires pour cet exercice et à d’autres fins.


SECTION 1652. ÉTABLISSEMENT D’UN BUREAU POUR RÉPONDRE AUX PHÉNOMÈNES AÉRIENS NON IDENTIFIÉS.


(a) ÉTABLISSEMENT.—Au plus tard 180 jours après la date de la promulgation de la présente loi, le secrétaire à la Défense, en coordination avec le directeur du renseignement national, établira un bureau au sein du bureau du secrétaire à la défense pour mener à bien à l’échelle du Département, la mission actuellement accomplie par le Groupe de travail sur les phénomènes aériens non identifiés à la date de la promulgation de la présente loi.


(b) FONCTIONS.—Les fonctions du bureau établi en vertu du paragraphe (a) comprendront ce qui suit : 

  • (1) Développer des procédures pour synchroniser et standardiser la collecte, le rapport et l’analyse des incidents concernant des phénomènes aériens non identifiés à travers le ministère de la Défense.
  • (2) Développer des processus et des procédures pour s’assurer que de tels incidents de chaque département militaire sont signalés et intégrés dans un référentiel centralisé.
  • (3) Établir des procédures pour exiger le signalement opportun et cohérent de tels incidents.
  • (4) Évaluer les liens entre les phénomènes aériens non identifiés et les gouvernements étrangers antagonistes, d’autres gouvernements étrangers ou des acteurs non étatiques.
  • (5) Évaluer la menace que de tels incidents représentent pour les États-Unis.
  • (6) Coordonner avec d’autres ministères et organismes du gouvernement fédéral, le cas échéant.
  • (7) Coordonner avec les alliés et partenaires des États-Unis, le cas échéant, pour mieux évaluer la nature et l’étendue des phénomènes aériens non identifiés.

(c) RAPPORT ANNUEL.

  • (1) EXIGENCE.—Au plus tard le 31 décembre 2022, et chaque année par la suite jusqu’au 31 décembre 2026, le secrétaire à la Défense soumettra aux commissions appropriées du Congrès un rapport sur les phénomènes aériens non identifiés.
  • (2) ÉLÉMENTS.—Chaque rapport en vertu du paragraphe (1) doit inclure, en ce qui concerne l’année couverte par le rapport, les informations suivantes : 
    • (A) Une analyse des données et des renseignements reçus par le biais de rapports de phénomènes aériens non identifiés.
    • (B) Une analyse des données relatives à des phénomènes aériens non identifiés collectées par— 
      • (i) le renseignement géospatial ;
      • (ii) le renseignement d’origine électromagnétique ;
      • (iii) l’intelligence humaine ; et
      • (iv) la mesure et le renseignement d’origine électromagnétique.(C) Le nombre d’incidents signalés de phénomènes aériens non identifiés au-dessus de l’espace aérien restreint des États-Unis.
    • (C) Le nombre d’incidents signalés de phénomènes aériens non identifiés au-dessus de l’espace aérien restreint des États-Unis.
    • (D) Une analyse de ces incidents identifiés en vertu du sous-paragraphe (C).
    • (E) Identification des menaces potentielles aérospatiales ou autres posées par des phénomènes aériens non identifiés à la sécurité nationale des États-Unis.
    • (F) Une évaluation de toute activité concernant 6 phénomènes aériens non identifiés qui peuvent être attribués à un ou plusieurs gouvernements étrangers adverses.
    • (G) Identification de tout incident ou modèle concernant des phénomènes aériens non identifiés qui indiquent qu’un gouvernement étranger adversaire potentiel peut avoir réalisé une capacité aérospatiale révolutionnaire. 
    • (H) Une mise à jour sur la coordination par les États-Unis avec leurs alliés et partenaires sur les efforts visant à suivre, comprendre et traiter les phénomènes aériens non identifiés.
    • (I) Une mise à jour sur tous les efforts en cours sur la capacité de capturer ou d’exploiter les phénomènes aériens non identifiés découverts. 
    • (J) Une évaluation de tout effet lié à la santé des individus qui ont rencontré des phénomènes aériens non identifiés. 

(d) GROUPE DE TRAVAIL.—Au plus tard à la date à laquelle le Secrétaire établit le bureau en vertu du paragraphe (a), le Secrétaire mettra fin au Groupe de travail sur les phénomènes aériens non identifiés.


(e) DÉFINITIONS.—Dans cette section :

  • (1) L’expression « commissions appropriées du Congrès » désigne ce qui suit :
    • (A) La commission des services armés, la commission des affaires étrangères et la commission spéciale permanente du renseignement de la Chambre des représentants.
    • (B) La Commission des services armés, la Commission des relations étrangères et la Commission spéciale du renseignement du Sénat.
  • (2) Le terme  »phénomènes aériens non identifiés » 14 désigne des objets aéroportés observés par un pilote ou un membre d’équipage 15 qui ne sont pas immédiatement identifiables.

Lien vers le document complet