C’est Paris Match et David Ramasseul qui remettent une pièce dans la machine pour réactiver le dossier des « mutilations animales », avec un article au titre évocateur, « Mutilations de bétail en Oregon et en Argentine: le mystère persiste, l’angoisse monte ».

Lien vers l’article de Paris Match

Je ne m’en cache pas, au même titre que les crop circles, amalgamer le phénomène et les extraterrestres me semble infondé, voir, pire, contre-productif pour la recherche sur le domaine. Je ne peux que vous conseiller la lecture de l’essai de Yann Mège, « Les Chirurgiens Furtifs ». Et ici, on peut constater les mêmes mécanismes.

Alors, oui, du bétail peut être retrouvé mort et abimé. La plupart du temps décès lié à des morts naturelles (la liste est longue). Oui, parfois il peut s’agir d’agressions humaines, avec des motifs divers. Prélever de la viande, faire du chantage à un éleveur, nuire à un concurrent commercial, monter des coups d’assurance, voir participer à des cultes sataniques ou être un psychopathe notoire.

 L’article de David Ramasseul ne reléve pas la prime de 40000 dollars promis à toute personne donnant de bonnes informations sur une hécatombe dans le Dakota du Nord. Notons qu’ici, on ne parle pas de carcasses abimées.


Lien vers le communiqué officiel

Publié le 01/09/2021

Le département du shérif du comté de Stutsman et la Stockmen's Association annoncent une récompense dans un cas de mort de bétail à grande échelle
Pour diffusion immédiate:
1 septembre 2021
Pour plus d’informations, contactez:

Jason Falk, enquêteur du département du shérif du comté de Stutsman : (701) 251-6228 • jfalk@stutsmancounty.gov

Blaine Northrop, inspecteur en chef de la marque de la North Dakota Stockmen’s Association : (701) 390-2975 • bnorthrop@ndstockmen.org

Fred Frederikson, inspecteur adjoint de la marque de la North Dakota Stockmen’s Association : (701) 290-3993 • ffrederikson@ndstockmen.org

Département du shérif du comté de Stutsman, Association des éleveurs

annonce une récompense dans un cas de mort de bétail à grande échelle

Le département du shérif du comté de Stutsman et la North Dakota Stockmen’s Association (NDSA) ont demandé aujourd’hui l’aide du public pour résoudre une affaire impliquant plus de 58 vaches mortes dans un pâturage de 138. Les agences ont annoncé une récompense allant jusqu’à 40 000 $ pour les informations menant à la l’arrestation et la condamnation de la ou des personnes responsables.

L’annonce est intervenue lors d’une conférence de presse ce matin au Stutsman County Law Enforcement Center, où le major Jason Falk, enquêteur du département du shérif du comté de Stutsman, a détaillé le cas où 58 vaches gravides appartenant à Brian Amundson de Jamestown, ND, ont été découvertes mortes. le 29 juillet dans un pâturage loué pour le pâturage sur l’Arrowwood National Wildlife Refuge. Parmi les vaches survivantes, au moins 15 ont également avorté leurs veaux, qui étaient presque à terme, devant naître en septembre.

À la suite d’un travail de diagnostic et d’une enquête vétérinaire approfondis, il semble que les décès aient été causés par quelque chose qui ne se produisait pas naturellement, a déclaré Falk. Le Dr Gerald Stokka, vétérinaire de North Dakota State University Extension et spécialiste de l’intendance du bétail, a indiqué que les diagnostics vétérinaires et les observations cliniques excluaient auparavant la foudre ; anthrax; algues bleu-vert; maladie clostridiale; empoisonnement au plomb; manque d’eau; et la toxicité naturelle des nitrates.

Falk a indiqué que l’affaire peut ou non être liée à deux incendies distincts sur le ranch Amundson à la mi-avril 2021 qui ont consommé plus de 2 000 balles d’une valeur de près de 200 000 $.

L’inspecteur en chef de la marque de la NDSA, Blaine Northrop, a discuté de la récompense offerte dans ce cas. Sur le total, jusqu’à 14 000 $ font partie de la récompense permanente de la NDSA pour les informations menant à l’arrestation et à la condamnation des criminels du bétail. Les dollars restants sont ajoutés par la famille Amundson.

Toute personne ayant des informations qui pourraient être utiles est encouragée à appeler la ligne de conseil du département du shérif du comté de Stutsman au (701) 251-6232, l’inspecteur adjoint de la marque NDSA Fred Frederikson au (701) 290-3993 ou Northrop au (701) 390-2975.


Par contre, si David Ramasseul confirme que de nombreuses causes naturelles peuvent causer les dégâts constatés sur les carcasses, il va également chercher cet article de Elonce, qui donne la parole à l’ufologue Andrea Perez Simondini, dont le propos, creux et prosélyte, aux arguments péremptoires et non quantifiés ou validés par une source officielle (euh, des grands volumes d’eau qui disparaissent en été, pas besoin des extraterrestres…) n’apporte au final aucun argument pour valider sa thèse Mutilation = extraterrestre.

Le sujet des « mutes » est très loin d’être clos, bien qu’en France le dossier se soit fermé comme il s’est ouvert. Alors, psychose collective, mimétisme des termes faute de mieux ? Je me demande si on a pas là le prochain sujet de notre live « Maybe Planet » !


Lien vers l’article initial d’Elonce

« Les types de coupures » : la relation entre mutilations et observations de lumières

« 50% des plaintes de mutilations sont accompagnées d’observations de lumières et d’un manque de grands volumes d’eau », a déclaré un spécialiste des ovnis à Elonce TV. Les découvertes derrière les mutilations mystérieuses.
Au cours des dernières semaines, des occurrences inhabituelles d’animaux mutilés sont apparues dans la province. A Hasenkamp un producteur a trouvé une génisse d’environ 400 kilos avec d’étranges mutilations, il lui manquait le pis, les parties génitales, une partie de la mâchoire, la langue et les yeux. Alors qu’à Isletas, dans le département de Diamante, une famille de bovins a trouvé une de leurs chèvres mutilées, il ne lui manquait que la langue complète, deux yeux, une oreille et la mâchoire. Les dents étaient nues, jusqu’à l’os.
Ces événements étranges ont attiré l’attention d’Andrea Pérez Simondini et de son équipe qui se consacrent à la recherche sur divers phénomènes d’observation de la lumière. Elle a souligné à Elonce TV que les découvertes d’animaux mutilés ont une « relation directe » avec les observations d’OVNI.

Concernant la découverte de la chèvre mutilée, il a expliqué que « nous avons communiqué avec le producteur et malheureusement comme plusieurs jours se sont écoulés, nous n’avons pas pu prélever d’échantillons, mais nous avons appris des choses très importantes après ce qu’il nous a dit ».

« C’est très surprenant, les coupes sont très similaires à celles faites avec un scalpel à radiofréquence qui produit une déshydratation lors de la coupe et avec l’épilation à ras », a-t-il décrit et a ajouté que plusieurs fois ces événements se produisent, il y a « une substance bleue verdâtre avec un consistance gélatineuse, et il a été déterminé qu’il s’agit d’oxindole, du système nerveux central ».

Mutilations et observation de lumières
Concernant la relation entre les différentes mutilations, il a expliqué que « l’animal avant d’apparaître avec ces blessures souffre d’une sorte de tremblement ou d’instabilité motrice, et c’est un précédent qui s’est produit dans de nombreux cas ».« 50 % des plaintes s’accompagnent d’observations de lumières et d’altérations physiques de l’animal, d’un manque de grands volumes d’eau dans la région, comme dans les réservoirs australiens, de pannes de courant et lorsque nous mesurons le temps et la forme, une sorte d’altération dans le sol avec conductivité électrique », a-t-il déclaré.

Dans la foulée, le spécialiste a souligné que « nous sommes très intéressés par ce type de cas, car nous reconnaissons un type de coupe et cela s’appelle ‘scié’ ; qui est une sorte de scie et grâce aux photos nous avons pu l’identifier dans la mâchoire de la chèvre ». »Des mutilations ont été trouvées chez de nombreuses espèces, telles que les chevaux, les vaches, les porcs, les chèvres, les moutons et la chose intéressante est que toutes les coupes ont une relation directe avec la recherche génétique, dans le domaine des sens tels que la bouche, les yeux et il y a de nombreuses années. Nous luttons depuis des années pour que les autorités se concentrent là-dessus », a expliqué Pérez Simondini.

D’autre part, il a mentionné qu’ils ont des contacts avec diverses maisons d’enseignement supérieur du pays, et « l’Université de La Pampa, en particulier la Faculté de médecine vétérinaire, a découvert une nouvelle technique chirurgicale moins invasive pour les cas d’obstructions respiratoires, basée sur des recherches. de ces cas ».

Antécédents

Pérez Simondini, a mentionné que les États-Unis ont fait beaucoup de recherches sur ces questions et lorsque « des dossiers ont été déclassifiés, les premiers étaient les cas d’enquêtes menées par le FBI sur les mutilations de bétail et l’association avec l’observation des lumières dans les champs.  »

En accord avec cela, il a souligné qu’il existe une agence d’enquête dans ce pays qui a fait des progrès entre « l’action d’émission d’énergie, comme les micro-ondes dans différentes gammes ».