« Le comité sénatorial spécial du renseignement a adopté aujourd’hui la loi sur l’autorisation du renseignement pour l’exercice 2022 (IAA) sur un vote bipartite de 16 à 0 », a déclaré le 28 juillet 2021 le communiqué de presse du sénateur Mark Warner . « Le projet de loi autorise le financement, fournit des pouvoirs juridiques et renforce la surveillance du Congrès pour la communauté du renseignement américaine (IC). » Cependant, la dernière ligne de son communiqué, qui est l’un des principaux objectifs du projet de loi, sera probablement la plus excitante pour le grand public :

« Soutenir les efforts de l’IC pour évaluer les phénomènes aériens non identifiés (UAP), en suivant les travaux du groupe de travail UAP. »

Lors de la lecture du projet de loi qui vient d’être adopté par la commission spéciale du Sénat sur le renseignement, qui a un long chemin à parcourir avant d’être adopté par la Chambre, le Sénat, puis promulgué par le président Joe Biden; La section 345 contient de nombreux détails sur les UAP, le groupe de travail UAP et les données qu’ils recevront.


SECONDE. 345. SOUTIEN ET SUPERVISION DES PHÉNOMÈNES AÉRIENS NON IDENTIFIÉS
              FORCE D'INTERVENTION.

    (a) Définitions.--Dans cette section :
            (1) Commissions appropriées du congrès.--Le terme 
        Les « comités appropriés du Congrès » comprennent :
                    (A) Les commissions du renseignement du Congrès.
                    (B) La Commission des services armés du Sénat.
                    (C) Le Comité des services armés de la Chambre des 
                Représentants.
            (2) Groupe de travail sur les phénomènes aériens non identifiés.--Le terme 
        « Groupe de travail sur les phénomènes aériens non identifiés » désigne la tâche 
        force établie par le ministère de la Défense le 4 août 
        2020, qui sera dirigé par le ministère de la Marine, sous l'égide du Bureau 
        du sous-secrétaire à la Défense pour le renseignement et 
        Sécurité.
    (b) Disponibilité des données sur les phénomènes aériens non identifiés. 
Le directeur du renseignement national et le secrétaire à la Défense doivent 
chacun, en coordination les uns avec les autres, nécessitent chaque élément de la 
communauté du renseignement et le ministère de la Défense avec des données relatives 
aux phénomènes aériens non identifiés pour rendre ces données disponibles 
immédiatement au Groupe de travail sur les phénomènes aériens non identifiés et au 
Centre national de renseignement aérien et spatial.
    (c) Rapports trimestriels au Congrès.--
            (1) En général.--Au plus tard 90 jours après la date de 
        l'adoption de la présente loi et au moins 
        trimestriellement par la suite, la tâche Phénomènes aériens non identifiés 
        Force, ou toute autre entité telle que le sous-secrétaire à la Défense 
        peut désigner comme responsable des questions relatives à 
        phénomènes aériens non identifiés, doit se soumettre aux 
        commissions du Congrès des rapports trimestriels sur les conclusions de la 
        Groupe de travail sur les phénomènes aériens non identifiés, ou tout autre 
        entité désignée selon le cas.
            (2) Contenu.--Chaque rapport soumis en vertu du paragraphe (1) 
        comprendra, au minimum, les éléments suivants :
                    (A) Tous les phénomènes aériens non identifiés signalés-
                événements connexes survenus au cours des 90 dernières années 
                journées.
                    (B) Tous les phénomènes aériens non identifiés signalés-
                événements connexes qui se sont produits au cours d'une période de temps autre 
                que les 90 jours précédents mais n'ont pas été inclus dans un 
                rapport antérieur.
            (3) Formulaire.--Chaque rapport soumis en vertu du paragraphe (1) doit 
        être soumis sous forme classée.


L’un des aspects les plus intéressants du langage ci-dessus est sans doute l’inclusion du National Air and Space Intelligence Center (NASIC). Apparaissant juste à côté du groupe de travail UAP , ils sont tous deux configurés pour recevoir des données UAP de la communauté du renseignement et du ministère de la Défense (DoD).

Par coïncidence, The Black Vault pêchait autour du NASIC via la Freedom of Information Act (FOIA) il y a quelques mois à peine et le NASIC a déclaré dans une demande demandant des informations relatives aux UAP et aux ovnis, qu’ils n’avaient « aucu
n enregistrement ».
Lettre de refus NASIC indiquant qu’ils
n’avaient aucun enregistrement UAP / OVNI.

De plus, ils ont essayé de transmettre l’explication vieille de plusieurs décennies selon laquelle bien que l’USAF ait enquêté sur les ovnis avec le projet Blue Book , ils l’ont annulé et ne l’ont pas fait depuis.

« Le 17 décembre 1967, l’US Air Force a cessé d’enquêter sur les observations d’ovnis avec l’arrêt du projet Blue Book. Mon bureau ne conserverait pas de dossiers concernant l’enquête sur les ovnis », a déclaré le NASIC. Mais, même cette déclaration est historiquement inexacte.
La fin du projet Blue Book est intervenue le 17 décembre 1969, et non en 1967.
Le Black Vault a fait appel du refus de NASIC, étant donné les nouvelles preuves présentées dans le langage de l’Intelligence Authorization Act pour l’exercice 2022. Bien que cela n’ait pas été adopté par la loi, il n’existerait donc aucun dossier tel qu’il l’exige si cela devait être à un date ultérieure; L’inclusion de NASIC dans le langage indique qu’il y aurait un certain niveau d’implication actuelle dans l’effort, ou à tout le moins, un contact avec NASIC par le directeur du renseignement national (DNI) ou le DoD, pour les informer qu’ils seraient sur la réception fin des données.
Malgré les inexactitudes, le projet de loi fournira du fourrage FOIA pour The Black Vault (et probablement beaucoup d’autres) pour les années à venir.