Selon la Nuclear Regulatory Commission (NRC) des États-Unis :

La Nuclear Regulatory Commission (NRC) des États-Unis a été créée en tant qu’agence indépendante par le Congrès en 1974 pour garantir l’utilisation sûre des matières radioactives à des fins civiles bénéfiques tout en protégeant les personnes et l’environnement. La NRC réglemente les centrales nucléaires commerciales et d’autres utilisations des matières nucléaires, comme en médecine nucléaire, par l’octroi de licences, l’inspection et l’application de ses exigences.

Au fil des ans, de nombreux rapports d’ovnis ont fait surface concernant des engins non identifiés vus au-dessus d’installations nucléaires sensibles. Il est logique que le NRC soit une cible de choix en vertu de la Freedom of Information Act (FOIA) pour les documents relatifs au phénomène.

Les documents ont été reçus assez rapidement. Ils ont été demandés par The Black Vault le 27 février 2017 et m’ont été rendus publics le 23 mars 2017.

Plus surprenant, il y a de nouvelles informations jamais vues auparavant dans ces dossiers. Il est révélé qu’un ancien garde de sécurité de la centrale nucléaire de Cooper a été témoin d’un OVNI entre les années 1986 et 1989. Le rapport a décrit la rencontre avec l’OVNI comme suit :

Alors qu’il était posté à la prise d’eau une nuit, il a observé un « objet volant non identifié » descendre la rivière Missouri à environ 150 pieds dans les airs et planer devant la prise d’eau. Il l’a observé pendant quelques instants puis a contacté un autre agent de sécurité qui l’a également observé (il ne se souvenait pas exactement du nom de l’individu mais son prénom était [SUPPRIMÉ] et son nom de famille était soit [SUPPRIMÉ]. Après avoir observé ensemble le UFO, il a tourné et a remonté la rivière et n’est pas revenu ce décalage.Lui et l’autre officier ont partagé leur observation avec leurs pairs qui ne les ont pas crus.

Le lendemain soir, il a de nouveau été posté à la prise d’eau et a de nouveau observé le retour de l’OVNI. Cette fois, il n’a appelé personne jusqu’à ce que l’OVNI ait traversé la zone protégée et plané au-dessus de la zone protégée juste au nord du bâtiment du réacteur. Il a dit qu’il était de forme à peu près triangulaire avec un cercle de lumières rotatives en bas. Il n’a pu entendre aucun bruit de propulsion de l’OVNI. Il pense que c’était à peu près 1/3 de la taille du bâtiment du réacteur. Une fois l’OVNI a plané dans la zone protégée. Il a appelé la salle de pause de sécurité et la plupart des officiers de quart ont observé l’OVNI.

Fait intéressant, après que le rapport a été recueilli par la NRC, les documents ont été compilés et envoyés à la centrale nucléaire de Cooper en 2010. Bien qu’aucune réponse formelle n’ait été demandée, la centrale nucléaire de Cooper a été invitée à informer uniquement les employés qui avaient besoin de savoir. base.

Les dossiers comprennent également des rapports soumis par le public au CNRC sur l’activité ovni, et même la technologie extraterrestre. Le CNRC a donné la réponse standard à toutes les lettres envoyées, que la mission du CNRC n’a pas inclus les sujets sur lesquels ils écrivaient.

Les documents publiés à partir de 2017 peuvent être consultés ci-dessous, dans leur intégralité. Ils ne sont pas édités et apparaissent exactement comme ils ont été reçus par The Black Vault du NRC.

En 2021, un autre ensemble de documents a été publié à partir d’une affaire plus récente déposée par The Black Vault. Ces enregistrements ont révélé une observation de «drone» en 2015 à la centrale nucléaire de Pilgrim. Bien que décrit comme un « drone », la police locale a été appelée et au cours de son enquête, a déterminé que l’objet était « des milliers » de pieds dans les airs. Bien que les drones ne soient autorisés à voler qu’à 400 pieds, la plupart des drones disponibles dans le commerce n’étant pas capables de voler plus haut, le CNRC a décidé de ne pas déposer de rapport sur la base de données d’informations sur la sécurité (SID). Ces fichiers sont également ci-dessous.

Archives de documents

 Dossiers OVNI de la Commission de réglementation nucléaire (NRC) – Version 2021 – [9 pages, 1,1 Mo]