Bonsoir à tous,

Un we énorme en matière d’ufologie aux Etats-Unis. Tout a commencé avec un article de Bryce Zabel, annonçant un « 60 Minutes ».


 


CBS a commencé son UFO Sunday avec son CBS Sunday Morning, avec Avi Loeb, Seth Shostak et Leslie Kean.


Puis le « 60 Minutes ».


L’émission étant copyrightée dans tous les sens, impossible de vous fournir une version sous-titrée ou doublée, donc nous mettons ici la traduction.

Introduction

Nous avons parlé de nombreuses histoires étranges sur 60 Minutes, mais peut-être aucune de ce genre, c’est l’histoire de la reconnaissance forcée du gouvernement américain des phénomènes aériens non identifiés UAP, plus communément appelés OVNI après des décennies de déni public. Le Pentagone admet maintenant qu’il y a quelque chose dans ce dossier et le Sénat américain veut savoir ce que c’est. Le Comité du renseignement a ordonné au directeur du renseignement national et au secrétaire à la Défense de remettre un rapport sur les mystérieuses observations d’ici le mois prochain.

Bill Whitaker : Donc ce que vous me dites, c’est que les objets volants non identifiés OVNI sont réels ?

Lue Elizondo : Bill, je pense que nous sommes déjà au-delà de cela. Le gouvernement a déjà déclaré publiquement qu’ils étaient réels. Je ne vous dis pas que le gouvernement des États-Unis vous le dit.

Voix off

Luis Elizondo a passé 20 ans à diriger des opérations de renseignement militaire dans le monde entier en Afghanistan, au Moyen-Orient et à Guantanamo. Il ne s’était jamais penché sur les OVNIS avant 2008. C’est alors qu’on lui a demandé de rejoindre quelque chose au Pentagone appelé le Programme avancé d’identification des menaces aérospatiales ou à la mission AATIP.

Lue Elizondo : C’était assez simple. Il s’agissait de collecter et d’analyser des informations concernant des véhicules aériens anormaux. Ce que vous les appelez des OVNIS, nous les appelons UAPs.

Bill Whitaker : Vous savez comment cela sonne ? Cela semble dingue. Farfelu.

Lue Elizondo : Ecoutez, Bill, je ne vous dis pas que ça n’a pas l’air farfelu. Ce que je vous dis, c’est que c’est réel. La question est, qu’est-ce que c’est? Quelles sont ses intentions? Quelles sont ses capacités?

Voix off

A l’intérieur du Pentagone, AATIP faisait partie d’un programme de vingt-deux millions de dollars parrainé par le leader de l’époque de la majorité au Sénat Harry Reid pour enquêter sur les OVNIS. Lorsque Elizondo a pris la relève en 2010, il s’est concentré sur les implications pour la sécurité nationale des phénomènes aériens non identifiés documentés par les militaires américains.

Lue Elizondo : Imaginez une technologie qui peut faire de six à sept cents forces G, qui peut voler à treize mille miles à l’heure, qui peut échapper au radar, et qui peut voler à travers l’air et l’eau et peut-être l’espace. Et oh, au fait, n’a aucun signe évident de propulsion, pas d’ailes, pas de surfaces de contrôle, et qui pourtant peut encore défier les effets naturels de la gravité terrestre. C’est précisément ce que nous voyons,

Voix off

Elizondo nous indique que l’AATIP était un ensemble de scientifiques, d’ingénieurs électro-optiques, d’experts en avionique et en Renseignement, travaillant souvent à temps partiel.

Lue Elizondo : lls passaient au peigne fin les données et les enregistrements et analysaient des vidéos comme celle-ci.

Voix Off

Un équipage de la Navy a eu du mal à se verrouiller sur un objet en mouvement rapide au large de la côte atlantique des États-Unis en 2015. Les images récemment publiées peuvent ne pas convaincre les sceptiques, mais le Pentagone admet qu’il ne sait pas ce que c’est, comme ceci, ou cela,

Bill Whitaker : Alors que dites-vous aux sceptiques ? Ce sont des reflets de lumière, des ballons météo, une fusée en cours de lancement, Vénus.

Lue Elizondo : Dans certains cas, il y a une explication simple à ce que les gens sont témoins, mais pas toujours. Nous n’allions pas simplement à la conclusion : « oh, c’est un UAP ». Nous procédions avec méthode et raisonnement. Est-ce une sorte de nouveau type de technologie de missile de croisière que la Chine a développé ? Est-ce une sorte de ballon à haute altitude qui effectue des repérages ? En fin de compte, lorsque vous avez épuisé toutes les hypothèses et que vous vous retrouvez toujours avec le fait que cela se trouve dans notre espace aérien et que c’est réel, c’est à ce moment-là que cela devient convaincant et que cela devient problématique.

Voix off

L’ancien lieutenant et pilote et la Navy, Ryan Graves, demande, quoi qu’il en soit, si c’est un risque pour la sécurité nationale ? Il nous a dit que son escadron avait commencé à voir des ondulations planer au-dessus de l’espace aérien restreint au sud-est de Virginia Beach en 2014 quand ils ont actualisé le radar de leurs jets, ce qui a permis de se concentrer sur l’objet avec des caméras de ciblage infrarouge.

Bill Whitaker : Vous le voyez donc à la fois avec le radar et avec l’infrarouge. et cela vous indique qu’il y a quelque chose

Ryan Graves : d’assez difficile à falsifier,

Voix off

Ces photographies ont été prises en 2019 dans la même zone. Le Pentagone confirme qu’il s’agit d’images d’objets qu’il ne peut pas identifier. Le lieutenant Graves a dit que les pilotes américains qui s’entraînaient au large de la côte atlantique voyaient des choses comme ça tout le temps,

Ryan Graves : tous les jours, tous les jours pendant au moins deux ans,

Bill Whitaker : tous les jours pendant deux ans ?

Ryan Graves : Et je ne trouve pas d’explication,

Voix off

Y compris celui-ci au large de Jacksonville, en Floride, en 2015, capturé sur une caméra de visée par des membres de l’escadron de Graves

Bill Whitaker : On entend de la surprise dans leurs voix,

Ryan Graves : Il y a probablement la personnalité du pilote, mais ils ont dit que c’était simplement incroyable.

Bill Whitaker : Que vous dites-vous quand vous voyez quelque chose comme ça ?

Ryan Graves : C’est difficile à expliquer. Vous avez la rotation, vous avez des altitudes élevées. Vous avez la propulsion, non? Je ne sais pas. Je ne sais pas ce que c’est franchement.

Voix off

Grave nous a dit que les pilotes pensaient qu’il y avait 3 possibilités : de la technologie américaine, du matériel d’espionnage d’un adversaire ou de quelque chose d’un autre monde.

Ryan Graves : Je dirais que la probabilité la plus élevée est qu’il s’agisse d’un programme d’observation des menaces

Bill Whitaker :Serait-ce de la technologie russe ou chinoise?

Ryan Graves : Oui, c’est possible.

Bill Whitaker : Ca vous inquiète ?

Ryan Graves : Je suis inquiet, franchement. S’il s’agissait d’avions tactiques d’autres pays qui traînaient là-bas, ce serait un gros problème. Mais parce que cela semble légèrement différent, nous ne sommes pas prêts à regarder le problème en face. Nous sommes heureux d’ignorer le fait que ceux-ci nous observent tous les jours.

Voix off

Le gouvernement a ignoré le problème, au moins publiquement, depuis la clôture de son projet Blue Book en 1969. Mais cela a commencé à changer après un incident au large de la Californie du Sud en 2004, qui a été documenté par radar, par caméra et quatre pilotes de la Navy. Nous avons parlé à deux d’entre eux, David Fravor, diplômé de la Top Gun Naval Flight School et commandant de l’escadron de l’USS Nimitz. Et dans son escadrille, le lieutenant Alex Dietrich, qui n’a jamais parlé publiquement de la rencontre.

Alex Dietrich : Je n’ai jamais voulu passer à la télévision

Bill Whitaker : Alors pourquoi avez vous accepté l’invitation ?

Alex Dietrich : Parce que j’étais dans un avion du gouvernement, parce que c’est le moment. Et donc je pense que je dois partager ce que je peux. Et ce n’est pas classifié.

Voix off

C’était en novembre 2004 et le porte-avions USS Nimitz s’entraînait à environ 100 milles au sud-ouest de San Diego pendant une semaine. Le nouveau radar avancé sur un navire à proximité, l’USS Princeton, avait détecté plusieurs véhicules aériens anormaux au-dessus de l’horizon, descendant de 18 000 pieds en moins d’une seconde. Le 14 novembre, Fravor et Dietrick, chacun avec un officier du système d’armes à l’arrière, ont été envoyés pour enquêter. Ils ont trouvé une zone d’eau bouillonnante de la taille d’un 737 dans une mer par ailleurs calme.

David Fravor : Alors que nous regardons ceci, mon co-équipier à arrière dit, « hé, skipper, est-ce que c’est ? Je jette un oeil et je dis, « Vous voyez ce truc là-bas? » Nous avons vu ce petit objet blanc ressemblant à un Tic-Tac, qui se déplaçait en dessous de notre zone de survol.

Voix off

Alors que Dietrich faisait des cercles au dessus, Fravor est allé voir de plus près.

Bill Whitaker :Donc, vous descendez ?

David Fravor : Le tic tac se déplaçait du nord au sud. Il tourne brusquement et se dirige vers moi. Alors je descends. Il se rapproche.

Bill Whitaker : Donc, cela imite vos mouvements.

David Fravor : Oui, il savait que nous étions là.

Voix off

Fravor nous a dit que c’était à peu près la taille de son F18, sans marques, sans ailes, sans trainée d’échappement.

David Fravor : Donc je descends et il continue de s’élever, il passe juste devant moi. Puis Il disparaît.

Bill Whitaker : Il disparaît ? David Fravor : Il disparaît. Comme s’il était parti.

Voix off

Il avait soudainement accéléré.

Bill Whitaker : Que pensez-vous à ce moment ?

Alex Dietrich : J’essaie de donner un sens à tout ça. Je catégorise, cela peut être un hélicoptère ou peut-être un drone. Et quand il a disparu, c’était juste.

Bill Whitaker : Les officiers à l’arrière l’ont vu également ?

Alex Dietrich : Oui.

David Fravor : Oh oui. Nous étions quatre dans les avions à regarder littéralement ce truc pendant environ cinq minutes.

Voix off

Quelques secondes plus tard, le Princeton a réacquis la cible. À soixante miles de là, un autre équipage a réussi à se verrouiller brièvement dessus avec une caméra de visée avant qu’il ne disparaisse de nouveau.

Alex Dietrich : Nous nous sommes dit : « Si j’avais vu ça seul, je ne sais pas que je serais revenu et dit quoi que ce soit » parce que ça parait fou quand je le raconte.

Bill Whitaker : Vous comprenez cette réaction ?

David Fravor : Oui, et certaines personnes me le disent, après vous pouvez pensez que je suis fou mais je ne suis pas un dingue d’OVNI,

Bill Whitaker : Mais d’après ce que je vous me dites , il y a quelque chose,

David Fravor : il y a certainement quelque chose qui l’a construit, qui a la technologie, qui a les capacités. C’est quelque chose de supérieur à notre avion.

Voix off

Les pilotes ont alors déposé un rapport concernant le mystérieux objet volant rencontré par le Nimitz qui avait disparu. Rien n’a été dit ou fait officiellement pendant cinq ans jusqu’à ce que Lou Elizondo découvre l’histoire et fasse une enquête.

Lue Elizondo : Nous dépensons des millions de dollars pour former ces pilotes, et ils voient quelque chose qu’ils ne peuvent pas expliquer. En outre, ces informations sont sauvegardées sur des données électro-optiques telles que des images de caméras de pistolet et des données radar. Maintenant, pour moi, c’est convaincant.

Voix off

Au Pentagone, ses découvertes ont été accueillies avec scepticisme. Le financement de l’AATIP a été stoppé en 2012, mais Elizondo dit que lui et une poignée d’autres ont continué la mission, jusqu’à ce que, finalement frustré, il quitte le Pentagone en 2017, mais pas avant d’avoir fait déclassifier ces trois vidéos. Et puis les choses ont pris un étrange retour.

Chris Mellon : J’ai essayé d’aider mon collègue Lue Elizondo à soulever la question au sein du ministère pour la transmettre au secrétaire à la Défense.

Voix off

Christopher Mellon a été sous-secrétaire adjoint à la Défense pour le Renseignement sous la présidence Clinton et George W.Bush et a eu accès à des programmes gouvernementaux top secrets.

Chris Mellon : Donc ce n’est pas nous. C’est une chose que nous savons.

Bill Whitaker : Nous le savons,

Chris Mellon : Je peux le dire cela avec beaucoup d’assurance, en partie à cause des postes que j’ai occupés au ministère, je connais le processus.

Voix off

Mellon dit qu’il s’inquiétait que rien ne soit fait à propos des UAPs, alors il a décidé d’agir, En 2017, à titre privé, il a discrétement acquis les trois vidéos de la marine qu’Elizondo avait déclassifiées et les a divulguées au New York Times.

Chris Mellon : C’est anormal, voir malheureux que quelqu’un comme moi doive faire ça pour mettre une question de sécurité nationale comme celle-ci à l’ordre du jour.

Voix off

Il s’est associé à Elizondo, désormais civil, et ils ont commencé à raconter leur histoire à qui voulait l’entendre, les journaux, History Channel, aux membres du Congrès.

Chris Mellon : Nous savions qu’il fallait s’adresser au public pour intéresser le Congrès, puis revenir au Département de la Défense et les amener à y jeter un coup d’œil.

Voix off

Et maintenant c’est le cas. En août dernier, le Pentagone a ressuscité l’AATIP. Il s’appelle maintenant le groupe de travail UAP. Les membres du service sont maintenant encouragés à signaler les rencontres étranges et le Sénat veut des réponses,

Marco Rubio : Tout ce qui entre dans un espace aérien ou il n’est pas censé être représente une menace.

Voix off

Après avoir reçu des briefings classifiés sur l’UAP, le sénateur Marco Rubio a appelé à une analyse détaillée en décembre dernier alors qu’il était toujours à la tête de la commission du renseignement. Il a demandé au directeur du renseignement national et du Pentagone de présenter au Congrès un rapport non classifié d’ici le mois prochain.

Marco Rubio : C’est une problématique étrange. Le Pentagone et d’autres branches de l’armée ont une longue histoire de rejet du sujet.

Bill Whitaker :Qu’est-ce qui vous fait penser que cela va être différent?

Marco Rubio : Nous le saurons quand nous aurons ce rapport. Et il y a une stigmatisation au Capitole. Je veux dire, certains de mes collègues sont très intéressés par ce sujet et d’autres pouffent quand vous en parlez. Mais je ne pense pas que nous puissions permettre à la stigmatisation de nous empêcher d’avoir une réponse à cette question fondamentale.

Bill Whitaker : Que voulez-vous que nous fassions à ce sujet ?

Marco Rubio : Je veux que nous le prenions au sérieux et que nous ayons un processus pour le prendre au sérieux. Je veux que nous ayons un processus pour analyser les données à chaque fois qu’elles arrivent, qu’il y ait un endroit où elles sont cataloguées et constamment analysées jusqu’à ce que nous obtenions des réponses. Peut-être que la réponse est très simple. Peut-être pas.

Fin de la transcription