__________________________________________________________________

Si l’argument est qu’il faut du courage pour dire la vérité au pouvoir, qu’il en soit ainsi. Nous sommes en 2021 et le moment est venu de faire preuve de courage.

Bryce Zabel

Lien vers l’article initial

________________________________________________________

Mais oui, il a raison Bryce, c’est quoi ce bordel ? Le SCU fait une lettre publique pour demander la transparence et on caviarde le nom des signataires, pour leur éviter des ennuis ? Quels ennuis ? C’est du foutage de gueule.

Un peu, d’ailleurs, comme ces « ufologues » qui marchent sous pseudo, « parce que tu comprends, au niveau militaire, ça peut être chaud, je peux avoir des ennuis, patati patata… ». Il faut un peu arrêter de réagir comme des baltringues, là… Et si les « MIBs » voulaient vous faire la peau, pseudo ou pas, ce serait vite réglé, vous ne croyez pas ?  D’ailleurs, je propose un truc, tout le monde passe sous son vrai nom. Plus de pseudos, plus de cagoules. #balancetonpseudo#

Moi, je suis Pascal Fechner, et j’assume pleinement mon intérêt pour la recherche sur la possibilité de l’existence d’autres formes de vie intelligente. Et toi ?

Lien vers la lettre ouverte

________________________________________________________

La transparence demandé sur les OVNIS devrait être à double sens

Bryce Zabel

Lorsque vous regardez la capture d’écran ci-dessus sont les noms expurgés (noircis) de 55 membres de la Coalition scientifique pour les études UAP qui ont signé une lettre au président et au vice-président du Comité spécial du Sénat sur le renseignement, à savoir les sénateurs Mark Warner et Marco Rubio . Le SSCI est le comité qui a donné le Bureau du directeur du renseignement national jusqu’au 25 juin pour produire un rapport public sur l’UAP .

La lettre dit à ces sénateurs que les membres du SCU «apprécient votre engagement en faveur de la transparence et de l’ouverture du gouvernement, ce que nous jugeons vital pour la science, la démocratie, la libre entreprise et le progrès».

Il y a une incroyable ironie à apprécier ici:

Le SCU a expurgé les noms de 100% de tous les signataires d’une lettre écrite au gouvernement américain pour demander plus d’ouverture et de transparence.

La lettre demande au Comité sénatorial du renseignement «de divulguer plus d’informations sur l’UAP à la communauté scientifique». Il poursuit en déclarant: «Le SCU estime que toutes les données gouvernementales concernant les objets aérospatiaux non identifiés devraient être mises à la disposition du public pour être ouvertement étudiées par la communauté scientifique au sens large.»

Contexte rapide: La Coalition scientifique pour les études sur les phénomènes aérospatiaux non identifiés (UAP), ou SCU, est composée de scientifiques, d’ingénieurs, d’anciens officiers militaires, de membres des forces de l’ordre et d’autres personnes ayant une expérience scientifique, technique et d’enquête.

En ce qui concerne la transparence, je suis moi-même membre de la SCU et j’ai donné ma permission pour que mon nom soit inclus dans cette lettre lorsqu’on me l’a demandé en février dernier. Je n’ai jamais imaginé que mon nom et les noms des autres signataires seraient expurgés. Si on m’avait dit que c’était le plan, j’aurais immédiatement objecté. Les optiques ici sont tout simplement horribles. J’espérais que j’allais sur le disque, tout comme mes cosignataires.

Ce choix bizarre de rédaction par le SCU est une erreur auto-infligée. Voici le lien vers le communiqué de presse SCU de Jonathan Lace, responsable de l’information publique de SCU. Dans son deuxième paragraphe, le communiqué de presse dit ceci à propos des 55 signataires de la lettre:

Leurs noms ont été expurgés dans la lettre publique pour des raisons de confidentialité.

Quelle? La puissance de cette lettre n’est-elle pas dans les carrières, l’expérience, l’éducation et la formation des personnes qui l’ont signée? Ce n’est pas comme si SCU était un nom familier qui a un poids institutionnel auprès du Congrès ou de n’importe qui d’autre.

Ce que le SCU essaie de dire ici, c’est que la lettre réelle qu’ils ont envoyée au Congrès portait les noms non expurgés, mais la lettre publique les a occultés. C’est une analyse étrange de la situation, mais c’est certainement un argument familier pour les personnes impliquées dans les demandes de la Freedom of Information Act (FOIA). Ils obtiennent un document expurgé après un document expurgé qui n’a manifestement pas l’air transparent ou ouvert. En fait, beaucoup d’entre eux ressemblent à ceci:

La comparaison n’est pas bonne, n’est-ce pas?

Dans le monde de la réalité OVNI / UAP, la rédaction est l’aspect symbolique de la dissimulation. Cela nous rappelle que quelqu’un qui devrait partager des informations refuse de le faire. Pourtant, SCU revendique le haut niveau dans son communiqué de presse. Ils l’ont fait pour des «raisons de confidentialité».

Il n’y a pas de droit à la vie privée dans une «lettre publique» qui exige plus de transparence de ses destinataires, écrite aux sénateurs américains, publiée sur Facebook, Twitter et par e-mail, envoyée aux médias à des fins de publicité et cosignée par 55 membres d’un organisation. Les gens qui signent une telle lettre seraient naïfs de s’attendre à ce que leur signature soit traitée comme un secret. Ce n’est tout simplement pas comme ça que ça marche.

Il est hypocrite d’exiger l’ouverture d’esprit sans être ouvert même sur l’identité des auteurs de la lettre. SCU soutiendrait-il que la déclaration d’indépendance aurait également dû être expurgée pour protéger le droit à la vie privée des signataires?

Je sais que certains peuvent repousser, en disant que ces scientifiques pourraient souffrir d’un froid dans leur carrière d’un établissement qui ne veut pas vraiment s’attaquer à ce problème. C’est, bien sûr, une question personnelle. S’il y a des signataires qui s’inquiètent de ces questions, ils doivent soutenir leur organisation par d’autres moyens, mais ne pas signer sa correspondance publique. Les pétitions et les lettres publiques devraient être, eh bien, publiques.

Si l’argument est qu’il faut du courage pour dire la vérité au pouvoir, qu’il en soit ainsi. Nous sommes en 2021 et le moment est venu de faire preuve de courage.

Tous les membres du SCU qui ont signé cette lettre doivent immédiatement informer l’organisation qu’ils souhaitent que leur nom soit utilisé sur la place publique. S’ils ne peuvent pas dire cela, alors leurs noms devraient être supprimés.

Le SCU doit immédiatement publier une lettre non expurgée.