__________________________________________

“La protection planétaire est importante pour maintenir la valeur scientifique de l’espace extra-atmosphérique. Mais l’intérêt scientifique n’est pas la seule raison d’explorer l’espace extra-atmosphérique – il en existe bien d’autres. L’équilibre devra être envisagé, mais c’est un débat qui nécessite une large participation.”

Fabrice Rousselot pour The Conversation

__________________________________________

Conquérir Mars oui ! Mais sans la contaminer … Des scientifiques se sont pencher sur le sujet.

Lien de l’article de The Conversation

__________________________________________

Il y a deux atterrissages prévus sur Mars en 2021. Premièrement, le rover Perseverance de la Nasa devrait atterrir sur la planète plus tard ce mois-ci. Ensuite, le rover chinois Tianwen suivra en mai. Les deux missions ont l’intention de rechercher sur la planète des signes de vie.

Mais comment pouvons-nous nous assurer que lorsque nos atterrisseurs touchent la surface de la planète rouge, rien d’indésirable n’atterrit avec eux? Si nous ne faisons pas attention, nous pourrions répandre toutes sortes de vies – comme en 2019, lorsqu’un vaisseau spatial s’est écrasé sur la surface de la Lune avec une cargaison de minuscules formes de vie presque indestructibles appelées tardigrades.

La bonne chose est que nous avons des politiques et des lois pour empêcher que cela se produise. En fait, il existe toute une section de la loi spatiale, appelée protection planétaire, conçue pour empêcher la contamination des planètes, des lunes, des comètes et des astéroïdes.

Depuis 50 ans, les organisations gouvernementales s’en tiennent aux règles et lois généralement acceptées. Mais ils ne sont plus les seuls joueurs du jeu. Un nombre croissant de missions spatiales commerciales décollent.

Protection planétaire

Il existe deux variantes de protection planétaire, appelées avant et arrière. Le premier concerne la contamination d’autres planètes par des matériaux prélevés sur Terre. Cela protège toute vie qui pourrait être sur ces planètes, bien sûr. Mais cela signifie aussi que les scientifiques peuvent être raisonnablement certains que tous les signes de vie qu’ils découvrent sont en fait des signes de vie «extraterrestre» et non transplantés depuis la Terre.

Pour y parvenir, les pièces dans lesquelles les engins spatiaux sont fabriqués et assemblés sont parmi les endroits les plus propres de la planète. Les installations sont régulièrement testées pour toute contamination biologique, et donnent souvent des résultats surprenants. En 2013, un tout nouveau type de bactérie a été trouvé dans deux salles blanches distantes de 4 000 km (2 500 miles). La forme de vie, qui survit en mangeant très peu, n’a été trouvée nulle part ailleurs sur Terre.

La contamination à l’envers empêche la Terre d’être contaminée par des matériaux extraterrestres qui ont fait du stop. En 1969, lorsque les astronautes d’Apollo 11 sont revenus sur Terre, ils ont passé trois semaines en quarantaine pour s’assurer qu’ils ne rapportaient rien de dangereux de la Lune. Neil Armstrong y a même célébré son 39ème anniversaire.

Depuis, nous en avons appris beaucoup plus sur la lune, et elle est généralement considérée comme exempte de microbes. Les chances de ramener quoi que ce soit sur Terre seraient beaucoup plus grandes si les missions devaient ramener des échantillons, ou des humains, de Mars.

Les lois

La protection planétaire a une longue histoire. Le comité de recherche spatiale (COSPAR), une organisation non gouvernementale internationale, a commencé à en discuter dès les années 1950, lorsque des missions planifiées sur la Lune ont soulevé des inquiétudes quant au potentiel de contamination pour effectuer des recherches scientifiques ultérieures.

Depuis, la politique de protection planétaire du COSPAR , avec ses orientations et recommandations scientifiques, est devenue la «référence» internationalement reconnue. Il catégorise les planètes et les lunes en fonction de leur potentiel de vie ou des signes de vie, passés ou présents. Plus le potentiel de vie est grand, plus les mesures de protection sont importantes. Par cette catégorisation, Mars est mieux protégée que la Lune.

Cela signifie que les missions vers des corps de catégorie supérieure nécessitent plus de stérilisation pour éviter que les contaminants potentiels voyagent. Cela peut également affecter les plans de fin de vie des missions. La sonde Juno de la NASA sera écrasée sur Jupiter en juillet afin d’éviter une contamination potentielle d’Europa ou de l’une des autres lunes.

Mais en tant que produit d’une organisation non gouvernementale, la politique COSPAR n’est pas juridiquement contraignante. C’est ce que les avocats appellent le “soft law”. Cela signifie qu’il n’a pas la force d’un accord juridiquement contraignant, mais qu’il est toujours reconnu comme une ligne directrice importante à suivre.

Cela dit, nous avons l’obligation, en vertu du droit international, d’éviter la contamination nuisible de l’espace extra-atmosphérique, de la lune et d’autres corps célestes, ainsi que de la Terre. Cela est dû au Traité sur l’espace extra-atmosphérique de 1967.

Si le traité stipule que «la contamination nuisible» doit être évitée, il ne définit pas ce que cela signifie. Cependant, les 50 dernières années établissent une attente assez forte que les futures missions respecteront également ces principes.

En plus de cela, il y a un aspect social et moral à l’obligation. Les scientifiques de l’espace attendent des missions qu’elles se conforment aux principes de protection planétaire. Ne pas le faire risque d’être condamné par la communauté scientifique.

Vols spatiaux non gouvernementaux

L’époque de l’espace au-delà de l’orbite terrestre uniquement explorée par les opérations scientifiques du gouvernement touche à sa fin. Les entreprises privées s’aventurent de plus en plus loin de notre planète. La tentative d’atterrissage lunaire en 2019 qui a potentiellement contaminé la lune a été menée par une société privée, appelée SpaceIL. SpaceX d’Elon Musk vise à lancer des missions sur Mars.

Cela ne signifie pas que l’espace deviendra un ouest sauvage sans loi, car les États sont responsables des activités de leurs ressortissants dans l’espace. Ils sont tenus d’autoriser et de superviser en permanence ces activités. En cas de dommage, c’est l’État qui est responsable et non l’entreprise privée. Mais de nombreux États incluent des polices d’assurance dans le cadre de l’octroi d’une licence.

L’avenir

Il est difficile de prédire comment cela se déroulera, en particulier compte tenu du précédent limité directement pertinent. Cependant, l’approche générale adoptée jusqu’à présent par le gouvernement américain est encourageante. Récemment, la Nasa a mis à jour sa politique de protection planétaire  pour stipuler explicitement qu’il s’agit de la mise en œuvre des obligations des États-Unis en vertu du Traité sur l’espace extra-atmosphérique.

Sur cette base, il est raisonnable de supposer que toute licence accordée par les États-Unis exigerait qu’ils adhèrent à la politique de protection planétaire de la Nasa, qui s’aligne largement sur la politique COPSAR.

Ce n’est pas garanti pour toujours. Des tentatives au Congrès américain visant à exempter potentiellement les acteurs privés des exigences de protection planétaire ont déj eu lieu, dans le cadre d’un projet de loi en 2018 visant à réduire le «fardeau réglementaire» sur l’industrie spatiale commerciale. Les efforts ont échoué, mais ceux qui l’ont soutenu peuvent réessayer.

La protection planétaire est importante pour maintenir la valeur scientifique de l’espace extra-atmosphérique. Mais l’intérêt scientifique n’est pas la seule raison d’explorer l’espace extra-atmosphérique – il en existe bien d’autres. L’équilibre devra être envisagé, mais c’est un débat qui nécessite une large participation.

Pin It on Pinterest

Share This