INKED : UFO Tattoos that will blow your mind


Pour finir la soirée, de bien beaux tattoos (encore que pour certains, il va falloir assumer quand même)…

Lien vers l’article d’Inked :

https://www.inkedmag.com/original-news/ufo-tattoos

Proposition de traduction :

ntéressants. Dans la galerie ci-dessous, vous trouverez des OVNIS d’aspect vraiment inventif. Certains sont si bons que cela vous fait vous demander si peut-être, juste peut-être, l’artiste avait été en contact avec des gens d’en haut. 

View this post on Instagram

@forlove.kudo

A post shared by 이태원타투 FORLOVE TATTOO (@forlovetattoo) on

View this post on Instagram

Spaceship🚀

A post shared by chewy jelly🧠 (@youre.so.into.pastel) on

 

Documents OVNI: Provenance et crédibilité par Barry Greenwood


“Barry Greenwood est un historien des ovnis, et il est actuellement engagé dans un travail diligent pour archiver la littérature et les documents originaux pour la postérité. Il a co-écrit Clear Intentavec Lawrence Fawcett en 1984, réimprimé plus tard comme  The UFO Cover-Up .”

Blueberry Lines


Laurence Fawcett et Barry Greenwood, des noms pas assez souvent avancés dans le monde ufologique, mais de vrais chercheurs qui méritent qu’on les lise.

Ici, Greenwood partage quelques mots sur son analyse des documents MJ12. A lire !

Merci à Seb The Sniper pour le partage,

Lien vers l’article :

https://www.blueblurrylines.com/2020/06/ufo-documents-provenance-and.html


Proposition de traduction :

Le  nom de Barry Greenwood est apparu lors d’une discussion avec Paul Dean. Paul a récemment publié un article, The Fake 1961 “Special National Intelligence Estimate”, and a $ 1000 Offer To Prove It Genuine … sur son blog, UFOs – Documenting The Evidence . Le SNIE présumé a récemment retenu l’attention lorsqu’il a été identifié comme étant le document MJ-12 approuvé comme authentique par le  Dr Hal Puthoff de To The Stars Academy. Majestic 12 , ou MJ-12 est le prétendu groupe du gouvernement américain chargé de dissimuler les secrets des OVNIS, soutenu uniquement par des documents contrefaits provenant de sources anonymes.
En parlant à Paul des documents OVNIS (authentiques et autres) et du rôle qu’ils ont joué dans la recherche sur les OVNIS, je me suis demandé si quelqu’un avait déjà fait un aperçu historique. Paul m’a suggéré de vérifier auprès d’un expert.

Barry Greenwood est un historien des ovnis, et il est actuellement engagé dans un travail diligent pour archiver la littérature et les documents originaux pour la postérité. Il a co-écrit Clear Intent avec Lawrence Fawcett en 1984, réimprimé plus tard comme  The UFO Cover-Up .

En 2007, Barry a co-écrit un article avec  Brad Sparks, « Les bandes secrètes de Pratt et les origines de MJ-12 ». À la demande de Paul, j’ai envoyé un courriel à Barry et lui ai demandé son avis, notant:

Ce bruit récent sur le document SNIE me fait me questionner sur le contraste entre les contrefaçons et les véritables instances de documents divulgués. … Donald Keyhoe a reçu des fuites, mais c’était contemporain, pas des trucs prétendument vieux de plusieurs décennies qui font périodiquement surface.

Barry Greenwood a rapidement répondu et m’a gracieusement donné la permission de partager ses pensées, présenté ici comme une colonne d’invité.

Documents OVNI: Provenance et crédibilité

par Barry Greenwood

En ce qui concerne Keyhoe, il a reçu des documents contemporains de sources connues. Parfois, les sources n’étaient pas nommées mais les informations n’étaient pas sensationnelles et ont survécu au passage du temps. Dans  Flying Saucers-Top Secret , il a parlé de “cas cachés” où ils étaient de plus en plus maigres sur les détails consultables . J’ai passé du temps au cours des trois dernières années dans les fichiers NICAP à la recherche de ces rapports mais ils sont manquants.Keyhoe a été négligé de ne pas avoir de copies de sécurité de ces rapports dans un endroit sûr et maintenant ils sont perdus dans l’histoire. J’ai interrogé Gordon Lore à ce sujet mais il n’était pas au courant. Je suppose que Keyhoe pensait qu’il pourrait vivre pour toujours!

Il y a toujours eu des canulars sur ce sujet, mais la transition du canular habituel à la falsification délibérée de documents gouvernementaux a franchi une ligne à la fin des années 1970. Nous avions finalement atteint une sorte de crédibilité dans ce que le gouvernement savait des OVNIS en accédant à des enquêtes et enquêtes officielles qui ont révélé qu’ils ne savaient pas vraiment ce que c’était avec ce qu’ils traitaient. Ensuite, quelques contrefaçons sont apparues, suivies d’une personne dans l’armée [Richard Doty] qui a planté des contrefaçons dans les fichiers du gouvernement et les a officiellement publiées via FOIA, un acte néfaste qui a finalement été soutenu par de grands noms de la recherche sur les ovnis. Cette même source a continué à diffuser des documents douteux comme étant réels. Mais à ce moment-là, chaque journal gouvernemental officiellement publié avait un goût de “comment savez-vous que c’est réel?” Un édulcoration plus efficace de ce que nous avions accompli, je ne m’en souviens pas et cela a pris peu d’efforts.

Alors maintenant, plus de “fuites”  sur le même sujet  [MJ-12] apparaissent encore plus de 40 ans plus tard et sont toujours considérées comme authentiques malgré cette longue histoire de canulars et de souillures. La persistance est révélatrice et a l’apparence d’un culte poussant sans relâche leurs agendas. Ce qui m’étonne vraiment, c’est la façon dont une règle d’or très simple a été et est ignorée. J’ai expliqué très clairement dans  Clear Intent cette provenance des documents est vitale pour la crédibilité des informations. Nous avons déposé des FOIA et gardé des lettres d’accompagnement pour établir les sources des informations comme authentiques, sachant déjà que le faux était en cours et en concurrence illégitime pour attirer l’attention des chercheurs sur les ovnis. Le thème commun des contrefaçons était que les sources étaient mystérieuses et qu’il fallait un acte de foi pour accepter le contenu. Un grand pourcentage de personnes sont crédules, voire très crédules, quant à la sensation d’information sur les ovnis. Si les informations promettaient de satisfaire des articles de croyance, elles ont été adoptées avant toute enquête sur la l’authenticité de ces informations. Je pense que cela a contribué à la promotion enragée de Stan Friedman des documents remis en question. Ne pas savoir d’où proviennent les informations ouvre la porte à la fiction qui devient réalité dans l’esprit de ceux qui cherchent des conclusions rapides sur un sujet mystérieux.

En ce qui concerne le papier SNIE, Paul vous a peut-être donné les détails mais il m’a contacté il y a quelque temps avec ce document. Il a dit que cela venait d’une personne éminente [affiliation expurgée] qui voulait savoir si elle était authentique ou non. Il a fallu environ dix secondes pour voir qu’il s’agissait d’un autre canular MJ-12, encore une fois sans source quant à la source et probablement de l’école de faux document Richard Doty / Tim Cooper. Cooper a dit qu’il avait environ 4000 pages de “fuites” acquises dans des circonstances très suspectes, ce qui pourrait fournir une attention continue de plusieurs années au complot MJ-12. Cooper a finalement  admis que tous les documents étaient faux .

Mais ce qui est troublant, c’est qu’en dépit de l’histoire de cette histoire qui remue comme un estomac bouleversé, des personnes apparemment de haut niveau impliquées dans les efforts pour amener le Congrès à enquêter sur les OVNIS semblent donner à ces “communiqués” non attribués un cachet d’approbation. Je comprends Hal Puthoff a déclaré que le SNIE était authentique avec qui sait qui d’autre dans ce groupe [TTSA]. C’est un non-sens d’un effort de canular à long terme, mais le relier aux nouveaux efforts pour amener l’armée et le Congrès à la recherche nuira profondément à ces Le sujet OVNI doit grandir et prêter plus d’attention à ce qui s’est passé, ce qui donne une perspective à ce qui se passe.

. . . 

Le site CUFOS héberge une belle biographie de Barry Greenwood , et il maintient également son propre site, Barry Greenwood UFO Archive .

 

Observation à Taverny (95) le 20/06/2020 vers 21h : classement en ballons par le MUFON France


Bonsoir à tous,

Nous avons reçu la semaine dernière le témoignage d’une habitante de Taverny, qui a fait une observation le soir du Samedi 20 Juin 2020 avec plusieurs autres personnes.

Nous copions ici son témoignage initial :


Témoignage initial :

Nous étions en train de discuter dehors, aux alentours de 21h. Le ciel était encore très clair et dégagé. C’est moi qui ai repéré la première des objets brillants dans le ciel, comme si la lumière du soleil se reflétait à leur surface. On en a dénombré 4. Ils se déplaçaient tous dans la même direction, à distance à peu près égale. On a pensé à des ballons car il n’y avait aucun bruit. Ils étaient très hauts, hauteur de nuages, direction Nord je dirais. On n’avait pas de longue vue alors j’ai opté pour le super zoom de mon Pentax. Mon voisin a pu prendre 7 photos avant que les objets soient trop loins. Lorsqu’on zoome au max sur le petit objet au centre des photos, on voit clairement qu’il ne s’agit pas de ballons. Il y a une forme allongée et une sorte de base. On a vraiment l’impression de voir des réacteurs et sur l’une des photos, on distingue même des couleurs différentes (blanc, rouge, vert) … On a pensé à des drones militaires mais on ne voit pas d’ailerons sur les photos. Donc on se pose plein plein de questions. Je précise qu’on perdu le 4ème objet de vue. Le 1er avait de l’avance et les 2 autres suivaient. On peut dire que la formation des 3 était en triangle du coup. Ils ont toujours suivi leur trajectoire, pas de vol aléatoire. On a pensé aussi à des débris spatiaux … mais les objets avaient la même forme. L’observation s’est terminé lorsqu’ils n’étaient plus à portée de vue.

Nous avons statué ce cas en ballons.

Mais comme nous avons eu la désagréable surprise de voir ces photos utilisées par des sites en mettant en avant la thèse extraterrestre, nous préférons indiquer officiellement notre conjecture. Il est bien entendu que ces sites en question n’ont pas pris la peine de nous interroger, et n’ont eu aucun contact avec le témoin (nous oui…).

Nous sommes bien sur à la disposition de toute personne disposant d’informations complémentaires ou contradictoires.

 

 

The Black Vault : un e-mail “officieux” pourrait éclairer le traitement des cas d’OVNIS de l’Air Force


“La communication interne par courrier électronique reçue par The Black Vault le 24 juin 2020, via le Freedom of Information Act (FOIA), a révélé une série de commentaires «officieux» donnés par le major Malinda Singleton, porte-parole de l’Air Force, à Susan Gough, porte-parole du Pentagone. Comme Singleton a été chargée de répondre à un ensemble de questions spécifiques soumises par les médias sur les UAP, elle a donné deux lignes d’informations supplémentaires à l’attention de Gough, mais elles n’étaient pas destinées à la consommation publique.”

The Black Vault


Un article qui vient compléter l’article de The War Zone publié récemment. Il faut bien comprendre que c’est surtout la Navy qui a actuellement communiqué, l’Air Force (qui devrait par nature avoir le plus de remontées d’UAP) semble assez taiseux (tu m’étonnes…).

Donc à lire, très utile pour comprendre que le sujet reste très complexe, et que nous sommes loin d’avoir un éclairage sur l’ensemble des mécanismes de l’armée.

Lien vers l’article :

‘Off the Record’ E-mail May Shed Light on Handling of Air Force UFO Cases


Proposition de traduction :

Par John Greenewald, Jr. – The Black Vault – Publié à l’origine le 25 juin 2020

Le comité spécial du Sénat sur le renseignement, présidé par le sénateur Marco Rubio, a publié son rapport sur la loi d’autorisation des renseignements pour l’exercice 2021, qui comprenait une section sur les UAP.

Les nouvelles de cette semaine ont excité les amateurs d’OVNIS, alors que le Comité sénatorial spécial du renseignement, présidé par le sénateur Marco Rubio, a publié son rapport sur la Loi sur l’autorisation des renseignements pour l’exercice 2021. Elle contenait une petite section détaillée sur les phénomènes aériens non identifiés, ou UAP. Bien que mieux connu du grand public comme de simples OVNIS, le rapport détaille comment les données détenues par l’Office of Naval Intelligence (ONI); les informations recueillies par l’intelligence géospatiale, humaine et des signaux; et les dossiers du Federal Bureau of Investigation (FBI) seraient tous utilisés pour un rapport non classifié remis au Sénat dans les 180 jours suivant la promulgation de la Intelligence Authorization Act pour FY 2021. Mais mystérieusement manquant encore une fois de la conversation UAP dans ce document? La United States Air Force. Les communications internes récemment publiées par l’Air Force peuvent révéler pourquoi.

«Off the Record»

Sceau de l'USAF

La United States Air Force

La communication interne par courrier électronique reçue par The Black Vault le 24 juin 2020, via le Freedom of Information Act (FOIA), a révélé une série de commentaires «officieux» donnés par le major Malinda Singleton, porte-parole de l’Air Force, à Susan Gough, porte-parole du Pentagone. Comme Singleton a été chargée de répondre à un ensemble de questions spécifiques soumises par les médias sur les UAP, elle a donné deux lignes d’informations supplémentaires à l’attention de Gough, mais elles n’étaient pas destinées à la consommation publique.

Lorsque la conversation par courrier électronique a porté sur les directives de rapport UAP de l’Air Force, Singleton a écrit:

«Actuellement, l’Air Force ne travaille pas sur des lignes directrices spécifiques pour le signalement des UAP. ** Note annexe et non enregistrée – nous avons des instructions pour signaler les violations de l’espace aérien des véhicules aériens non autorisés / des installations militaires, mais c’est plus dans le domaine C-UAS. Ces informations sont fournies via OPREP sur SIPR. »

Le système de rapports OPREP-3

Paul Dean, chercheur et enquêteur sur les ovnis

Bien que certains ne puissent pas saisir la connexion à première vue, la référence Singleton a ajouté des liens dans une théorie proposée pour la première fois par le chercheur australien Paul Dean. C’est-à-dire que les cas d’OVNIS, ceux qui ne sont probablement pas seulement des drones ou des ballons mal identifiés, sont faits dans ce qu’on appelle le système de rapport opérationnel ( OPREP ). Plus précisément, Dean souligne que les rapports OPREP-3, y compris les sous-catégories 9F et 9B, sont les plus importants.

“En bref, le système de l’OPREP-3 est utilisé par le personnel militaire autorisé pour signaler des situations urgentes, graves ou en cours ou des événements graves dans la chaîne de commandement”, a déclaré Dean dans un article de blog qu’il a écrit en juin 2019. Il a ensuite rompu vers le bas de nombreuses publications de l’Air Force qui, bien que ne décrivant pas les procédures de rapport UAP, seraient probablement incluses dans la façon dont les instructions de l’Air Force étaient rédigées.

Singleton a également ajouté dans son commentaire que l’OPREP serait situé sur SIPR, ou Secret Internet Protocol Router Network. Le SIPR est un système sécurisé au sein du ministère de la Défense (DOD) dans lequel les données le concernant sont considérées comme classées jusqu’à SECRET. En d’autres termes, les OPREP stockés dans SIPR sont tous considérés comme des informations sensibles et ne sont pas destinés à être rendus publics.

Cependant, même Dean a montré son inquiétude quant à la connexion de sa théorie proposée sur les rencontres UAP avec les rapports OPREP-3. Il a déclaré: «La sous-classe OPREP-3« Véhicule aérien / Installation aérienne non autorisée / Installation militaire »n’est en aucun cas un canal de signalement d’OVNI important pour,« notre »type d’OVNI», écrit-il. “Peut-être qu’un jour nous saurons exactement ce qui a été rapporté ces dernières années”, a-t-il conclu, car aucun rapport OPREP-3 n’a été trouvé en réponse aux nombreuses demandes FOIA qu’il a déposées.

L’e-mail interne complet obtenu via la loi sur la liberté de l’information (FOIA) – Remarque: Par courtoisie, les adresses e-mail sont floues

 

 

 

 

 

 

 

Pourtant, la communication interne de l’USAF envoyée au Pentagone peut en fait montrer que Dean est sur quelque chose, et ses réserves sur ce qu’il a proposé peuvent ne pas être justifiées.

Bien que Singleton fasse référence au «domaine C-UAS [Counter-Unmanned Aerial System]», ce qui signifie qu’elle pensait que les rapports concerneraient probablement des drones non identifiés volant dans un espace aérien non autorisé; elle a lié la déclaration publique sur les procédures de signalement UAP aux procédures OPREP similaires «officieuses», reliant éventuellement les deux, tout comme Dean l’a proposé. Il était excité par la découverte.

“Ici, nous voyons que le canal vital OPREP-3 est utilisé par l’USAF pour signaler des objets non identifiables dans la chaîne de commandement”, a-t-il déclaré au Black Vault. “Bien qu’il soit vrai qu’ils se penchent vers des systèmes aériens sans pilote, des drones, etc., je dirais que dans la chaleur du moment, tout ce qui se trouve dans l’air, peu importe comment un drone ou autre, pourrait être signalé!”

La sensibilisation au PAU est largement répandue

Une autre déclaration que Singleton a donnée à Gough concernait la définition réelle de «UAP». Son commentaire “ off the record ” pour cette note, a mis en lumière la manière dont les connaissances sur les UAP étaient répandues au sein de l’Air Force.

«Comment définissons-nous les UAP, il (sic) dirait qu’il est similaire à la définition que le DoD utilise déjà. ** Note annexe et officieuse – la plupart des gens à qui j’ai parlé étaient au courant de ce terme, mais encore une fois, nous n’avons pas d’instructions officielles pour le signaler. »

Il n’y a aucun moyen de dire à combien de personnes Singleton a parlé lors d’une recherche sur les questions des médias auxquelles elle a été chargée de répondre. Cependant, il s’agirait probablement d’acteurs clés au sein de la structure de l’Air Force en matière de sécurité, de politique et de procédure, et il semble qu’au moins en septembre 2019, l’échelon supérieur de ces zones de l’Air Force connaissait bien les UAP.

Avec les connaissances apparemment répandues sur les UAP au sein de la structure de l’Air Force, et la référence à un système de reporting théorisé pour inclure les rapports UAP, l’Air Force peut également être incluse dans les enquêtes UAP, mais elle peut simplement être astucieusement cachée dans un secret projets et rapports nommés qui existent dans l’ombre. C’est une étrange juxtaposition avec celle de la Marine, qui admet ouvertement un lien UAP entre leur branche et les enquêtes sur l’inconnu, mais cette disparité entre la façon dont les deux agences traitent tout cela reste inexpliquée.

Malgré cela, Dean est encouragé par le document The Black Vault qui vient d’être révélé, alors qu’il poursuit sa chasse aux rapports OPREP-3 / UAP.

«La situation générale est que l’USAF ici a mentionné le réseau OPREP-3 et les objets inconnus dans le même paquet d’informations. Je crie à ce sujet depuis des années », a-t-il déclaré. «C’est une reconnaissance importante, même si cela signifie généralement des drones créés par l’homme et similaires.»

###

Commentaires non édités

Les commentaires suivants n’ont pas été modifiés et ont été utilisés pour cet article. Ils sont archivés ici pour référence.

Paul Dean

Paul Dean

«Ici, nous voyons que le canal vital OPREP-3 est utilisé par l’USAF pour signaler des objets non identifiables en amont de la chaîne de commandement. Bien qu’il soit vrai qu’ils se penchent vers des systèmes aériens sans pilote, des drones, etc., je dirais que, dans le feu de l’action, tout ce qui se trouve dans l’air, peu importe comment un drone ou autre, pourrait être signalé! En fait, il y a deux sous-catégories de rapports de l’USAF de l’OPREP-3 qui, selon nous, pourraient générer de véritables rapports d’OVNIS, à part les observations de drones embêtants. Et l’un d’eux est presque libellé de la même manière que l’ancien rapport CIRVIS OVNI ancien! La situation globale est que l’USAF ici a mentionné le réseau OPREP-3 et les objets inconnus dans le même paquet d’informations. Cela fait des années que je crie à ce sujet. C’est une reconnaissance importante,

 

Le message de l’astronome Carl Sagan a envoyé aux extraterrestres (et pourquoi un scandale a été créé)


“À peine trois mois plus tôt, en décembre 1971, l’astronome américain Carl Sagan avait suggéré à son ami et collègue Frank Drake de travailler ensemble pour concevoir un message interstellaire. Il devait communiquer les faits de manière directe et sans équivoque. “Nous avons pensé que la chose la plus intéressante pour les extraterrestres serait de savoir à quoi nous ressemblons “, a déclaré à la BBC Drake, fondateur de l’Institut SETI, qui recherche dans l’espace des signes de communications extraterrestres.”

BBC News


Personne n’aurait jamais répondu au message de Pionner 10 ? Ca reste à voir… Nous avons bien reçu une réponse, mais les autorités compétentes n’ont pas osé la publier, c’est tout…

Et bien sur, je conseille le passage de l’exoconférence dans lequel Alexandre Astier aborde cette partie de la conquê(que)te spatiale, juste hilarant !

Redevenons sérieux, un très bon article de BBC News, dans lequel on apprend plein de choses. Ptn, qui a dit je le savais déjà ???

Lien vers l’article :

https://www.bbc.com/mundo/noticias-53189062


Proposition de traduction :

Le jeudi 2 mars 1972, à 20 h 42, la NASA a lancé la sonde spatiale sans pilote Pioneer 10 depuis Cape Canaveral, en Floride.

Leur destination était Jupiter puis le bord de notre système solaire.

Leur mission, prendre des photos détaillées de l’immense planète et de ses lunes, et étudier l’atmosphère, ses particules et les vents solaires, le flux et la vitesse des abondantes particules de poussière.

Mais Pioneer 10 avait une deuxième mission.

Bien attaché aux accessoires d’antenne, protégé de l’érosion par la poussière interstellaire, était le schéma scientifique et artistique le plus entrepreneurial de tous les temps: le Pioneer Plate .

Il était fait d’aluminium plaqué or et ce qu’il avait découpé était destiné à révéler à la vie extraterrestre intelligente qui nous étions et où nous étions.

Un message simple

La plaque avait été conçue par deux astrophysiciens et un artiste.

À peine trois mois plus tôt, en décembre 1971, l’astronome américain Carl Sagan avait suggéré à son ami et collègue Frank Drake de travailler ensemble pour concevoir un message interstellaire.

Carl SaganCopyright de l’imageGETTY IMAGES
LégendeEn 1980, Carl Sagan est devenu mondialement célèbre pour la série documentaire scientifique populaire “Cosmos: A Personal Journey”.

Il devait communiquer les faits de manière directe et sans équivoque.

“Nous avons pensé que la chose la plus intéressante pour les extraterrestres serait de savoir à quoi nous ressemblons “, a déclaré à la BBC Drake, fondateur de l’Institut SETI, qui recherche dans l’espace des signes de communications extraterrestres.

“Mais nous pensions qu’ils voudraient également savoir d’  venait le message et quand il avait été envoyé, car cela pourrait prendre des millions d’années avant qu’il ne soit intercepté.”

Sagan et Drake ont pris soin de ce dernier.

Où et quand

Ils sont partis du principe que la science et les mathématiques étaient des langages universels , afin que toute vie intelligente puisse les comprendre.

Ils ont d’abord cherché à comprendre comment communiquer aux extraterrestres d’où venait le message, car la “planète Terre” n’a pas de sens là-bas.

Pour comprendre ce qu’ils ont fait, imaginez que vous essayez de trouver quelqu’un au milieu de l’océan et, au lieu de vous donner des coordonnées, ils vous donnent des informations sur l’emplacement des différents phares et leur distance par rapport à l’endroit où se trouve la personne que vous recherchez.

Phare dans le noirCopyright de l’imageGETTY IMAGES
LégendeSi vous pouvez identifier les phares, connaître leur emplacement et leur distance par rapport à ce que vous recherchez, vous le trouverez.

Dans le ciel, ces balises sont des pulsars , vestiges de l’explosion de supernova qui tournent très rapidement et, par conséquent, émettent des impulsions très régulièrement espacées.

Ainsi, pour dire aux étrangers où le message a été lancé, les scientifiques ont créé une carte montrant l’emplacement de 14 pulsars par rapport au Soleil.

Voilà ce que vous voyez où le numéro 1 est sur cette image:

Plaque avec les numéros 1, 2 et 3Copyright de l’imageGETTY IMAGES

Chacune des lignes rayonnant depuis le centre indique la direction et la distance d’un pulsar par rapport au Soleil.

Comme il existe de nombreux pulsars dans l’Univers, ils ont enregistré en nombres binaires la fréquence des impulsions qui, étant distinctives, servent à les identifier.

Détail de la plaque Pioneer montrant la carte du soleil et des pulsars
LégendeLa séquence de tirets verticaux et horizontaux que vous voyez à côté des lignes sont des nombres binaires qui indiquent les fréquences d’impulsion nécessaires pour identifier les pulsars.

Jusqu’à présent, de comprendre ce , les étrangers sachent que le message est venu de notre s ystème de Olar ; maintenant il faut préciser.

Dans la partie inférieure gauche du diagramme, où se trouve le chiffre 2 , vous verrez à nouveau le Soleil, désormais accompagné des planètes, y compris Pluton, qui était alors immobile.

De la troisième planète – la nôtre – une flèche pointe vers la sonde Pioneer ( 3 ).

Détail de la plaque Pioneer montrant une flèche allant de la troisième planète à la sonde Pioneer
LégendeNotre adresse: la 3e planète vue de l’intérieur dans le système solaire.

Prêt!

Adresse de l’expéditeur: Terre.

Contre la montre

Avec cette première partie du message conçue, Sagan et Drake ont présenté leurs plans à la NASA en décembre même, dans l’espoir de les persuader de le mettre sur Pioneer 10.

Cela faisait un peu plus de deux ans qu’Apollo avait atterri sur la Lune, et l’agence spatiale américaine voulait un nouveau projet tout aussi ambitieux.

La sonde Pionner irait là où aucun vaisseau spatial n’avait été auparavant , jusqu’aux planètes extérieures.

Dessin de sonde PioneerCopyright de l’imageGETTY IMAGES
LégendeLa sonde Pioneer devait voyager vers des endroits plus inconnus et imaginés.

Son lancement était prévu pour le mois de février suivant, et la NASA n’a pas immédiatement approuvé la plaque .

Avec du temps à courir contre eux et espérant qu’ils échoueraient en leur faveur, les astronomes ont commencé à terminer la conception du message dans les quelques semaines restantes.

Notre taille

Ils avaient trouvé un moyen de montrer où était la Terre, mais ils ont trouvé utile d’inclure un moyen de calculer le temps et les dimensions. Ils avaient besoin de trouver une unité universelle.

La chimie de base de l’Univers leur a donné la solution.

Ce dessin au-dessus du numéro 4 montre l’atome d’hydrogène dans ses deux états d’énergie les plus bas.

Plaque avec les numéros 4, 5 et 6Copyright de l’imageGETTY IMAGES

“Quand un atome d’hydrogène passe d’un état énergétique à l’autre, il émet une onde radio avec une certaine longueur d’onde et avec une certaine fréquence d’oscillation”, explique Drake.

La fréquence servait d’unité de temps et de longueur d’onde comme unité équivalente de 8 pouces.

atome d'hydrogène dans ses deux états d'énergie les plus bas.
LégendeLes astronomes ont utilisé les valeurs constantes du changement d’énergie des atomes d’hydrogène pour fixer les mesures.

Remarquez maintenant que la femme a une ligne à côté de la tête et une autre à côté des pieds; la distance entre eux est leur hauteur.

Voyez-vous qu’à gauche du numéro 5, quelque chose est écrit?

“C’est un nombre binaire qui indique que la femme mesure 8 de cette unité fixe: 8 x 8 pouces = 64 pouces, ce qui est en fait la taille moyenne des femmes sur la planète”, explique l’astronome.

Cela, ainsi que l’autre représentation de la sonde Pioneer sur la plaque (6), servent à donner aux destinataires du message une idée de notre taille.

Nous et nous

La tâche suivante était de montrer comment nous sommes.

Cela aurait dû être la partie facile, mais cela s’est avéré beaucoup plus controversé que prévu .

La personne chargée de représenter la forme humaine pour les habitants de l’espace était l’épouse de Sagan.

Linda Salzman Sagan
LégendeLinda Salzman Sagan s’est occupée de l’aspect qui s’est avéré être le plus gênant de tous.

Linda Salzman Sagan, artiste professionnelle, avait étudié à la prestigieuse Boston Museum School of Fine Arts, mais en épousant un éminent scientifique, elle s’est soudainement retrouvée avec la responsabilité de représenter toute l’humanité avec seulement deux figures .

“Je voulais que chaque figure ait des traits raciaux différents. La femme a des yeux très en amande et des cheveux raides; j’ai fait l’homme aux cheveux bouclés et au nez aplati, afin qu’ils soient multiculturels ” , a- t-il déclaré à la BBC.

Et les vêtements?

“Comment allais-je les habiller? En costumes tribaux? En vêtements de haute couture? Non, nous avons décidé de les laisser nus”, a expliqué l’artiste.

Qui dit “bonjour!”

Alors que la nouvelle de la plaque se répandait, des questions se sont posées sur le fait que la figure féminine semblait soumise à l’homme.

Pourquoi elle avait donné l’homme l’ honneur de saluer l’ nivers?

Gros plan des visages d'homme et de femme
LégendeCertains étaient bouleversés par le fait que la femme semble avoir une attitude de soumission envers l’homme, alors qu’il regarde droit devant, alors qu’elle ne le fait pas.

“Le féminisme commençait tout juste à être un grand sujet de conversation et de nombreuses femmes ont dit:” Eh bien, pourquoi ne saluons-nous pas l’Univers, pourquoi ne levons-nous pas les mains? ”

“Le problème était que s’ils levaient tous les deux la main, les extraterrestres penseraient que tout le monde sur Terre marche avec les mains levées … nous devons tenir compte de ces choses”, a souligné l’artiste.

Génital ou non génital

La beauté de la conception du diagramme réside dans sa précision mathématique et scientifique. Mais pour Linda, cela posait un problème: elle devait décider du nombre de détails anatomiques à inclure.

Bien que l’aube des années 1970 ait été imprégnée d’amour et de vie libres sans trop de complications, le courant dominant aux États-Unis elle était encore prude quand il s’agissait de dessins de femmes nues.

“Beaucoup de statues que j’avais vues n’avaient pas de parties génitales féminines très spécifiques … Je ne savais pas quoi faire ” , se souvient Linda.

“Il ne nous a fallu que quelques jours, je pense cinq, pour mettre le badge sur le vaisseau spatial, et Carl a dit: ‘Ne faites rien qui puisse nous causer des ennuis avec la NASA ou donner à quiconque une excuse pour ne pas mettre le plaque sur le vaisseau spatial. ”

Linda Sagan a décidé de ne pas dessiner les organes génitaux féminins. Mais cela n’a pas apaisé la controverse.

L'assiette entière
LégendeLe scandale a éclaté, malgré le fait que la femme est allée dans l’espace sans organes génitaux.

Charmant, fantaisiste ou obscène

L’horloge était déjà en train de décompter, l’heure du décollage approchait et la réaction du public au tableau s’accélérait.

C’était devenu une nouvelle nationale, mais on ne savait pas vraiment quelle était l’opinion des Américains.

Soutiendraient-ils la plaque ou y aurait-il un tollé public?

D’une part, il y avait des articles tels que celui de l’éminent écrivain scientifique Walter Sullivan, publié dans le New York Times , avec de charmantes descriptions de la sonde Pioneer: ” N ne se promènera pas indéfiniment à travers les vastes étendues de la galaxie de la Voie lactée” – et de la plaque.

Comme lui, certains étaient enthousiastes à l’idée de communiquer avec la vie dans l’espace.

Cependant, pour d’autres, le tout semblait un peu fantaisiste.

La plaque fixée à la sondeCopyright de l’imagePOT
LégendePioneer 10 puis Pioneer 11 ont transporté nos cartes de visite pour tout autre navigateur spatial qui pourrait les rencontrer dans un avenir lointain.

Mais ceux qui ont le plus élevé la voix étaient ceux qui pensaient que les figures nues étaient une forme de pornographie .

“La NASA était très préoccupée par le fait que certains membres du Congrès étaient très conservateurs et offensé que l’argent des contribuables ait été utilisé pour envoyer des obscénités dans l’espace “, explique Drake.

“Je me souviens avoir été invité à une émission de télévision nationale le matin au Canada et quand j’ai fini de décrire la plaque, j’ai regardé autour de moi et tout le monde était horrifié.

“J’ai demandé et ils ont répondu:” Nous allons tous être licenciés. “C’est la première fois qu’un humain nu est montré à la télévision canadienne, et c’est interdit!”

Nu à l’espace

Sans cesser de débattre, la sonde a décollé de Floride, la plaque solidement fixée , et a commencé son long voyage dans l’espace.

Il est rapidement devenu le premier vaisseau spatial à traverser la ceinture d’astéroïdes. En décembre 1973, plus tôt que prévu, il atteignit Jupiter et envoya immédiatement de magnifiques photos couleur de la surface de la planète.

Le 4 décembre 1973, la sonde Pioneer 10 de la NASA a envoyé des images de Jupiter de taille croissante.Copyright de l’imagePOT
LégendeLe 4 décembre 1973, la sonde Pioneer 10 de la NASA a envoyé des images de Jupiter de taille croissante.

Il a ensuite poursuivi sa route vers l’espace. À l’été 1983, la plaque des pionniers avait dépassé les orbites de Mars, Jupiter, Saturne, Uranus, Neptune et Pluton.

Le 13 juin, il a atteint la dernière frontière, la lisière de notre système solaire. Et je l’ai croisé.

Pioneer 10 a envoyé son dernier message le 22 Janvier 2003, et a été jamais entendu parler de cela .

Tout au long des années 1970, Sagan et Drake ont conçu d’autres messages pour l’espace.

La plaque d’immatriculation des pionniers avait révélé à quel point il était difficile de capturer la variété de la vie humaine dans un seul diagramme.En 1977, ils ont développé un message plus complexe appelé Voyager Gold Disc.

Il y avait des salutations en 55 langues, 12 minutes de sons de la Terre – comme des battements de cœur humains et des chutes de pluie – de la musique de Brahms et Chuck Berry, et au lieu d’humains nus, la NASA a accepté l’image d’une femme enceinte.

Bien sûr, nous ne savons pas si la laque de Pioneer a été vue par des extraterrestres. Si oui, ils n’ont pas répondu .

Mais pour Frank Drake, le but et l’importance du diagramme d’origine n’ont pas faibli.

“La plaque et le disque du Voyager dureront plus longtemps que notre planète. Dans 4 milliards d’années, le Soleil grandira, deviendra une supergéante, avalera la Terre et détruira tout ce que nous savons.

” La plaque sera toujours là pour montrer qu’il y avait une fois une civilisation comme la nôtre dans la Voie lactée “, conclut l’astronome.

Pin It on Pinterest