The War Zone : Voici ce que le Pentagone ne répond pas à propos de l’Air Force et des récentes rencontres d’OVNIS

The War Zone : Voici ce que le Pentagone ne répond pas à propos de l’Air Force et des récentes rencontres d’OVNIS

“J’ai écrit et appelé Susan Gough pendant des mois après que mes premières demandes lui aient été transmises. Aucune correspondance n’a été reçue et aucun commentaire n’a été donné – pas un calendrier de livraison ou une simple réponse «nous ne pouvons pas commenter pour le moment» à aucune de mes demandes de renseignements.

Rien. ”

The War Zone


Ca s’appelle du dépit… On peut lire dans ce papier de Tyler Rogoway le dépit d’avoir tenté pendant des semaines et des mois de garder un contact cordial, pour obtenir des réponses on ne peut plus légitimes. Il y a quelque chose de pourri au royaume du DoD. Le contrat n’est pas rempli…

Merci à Seb The Sniper pour le partage !

Lien vers l’article :

https://www.thedrive.com/the-war-zone/32550/what-the-pentagon-is-not-answering-about-the-air-force-and-recent-ufo-encounters?fbclid=IwAR0ws5j172rTRRtcUxdnHkuzeb2IPSSg06-433uDnp9f48L_O7_o7KhLc3U


Proposition de traduction :

L’une des plus grandes questions concernant les récentes révélations de la marine américaine concernant des rencontres étranges avec des engins volants soi-disant non identifiés est pourquoi n’entendons-nous parler de ce phénomène hautement préoccupant que depuis un seul service? Un fait qui n’est pas communément compris est que ce n’est pas le travail de la Marine de maintenir la souveraineté sur l’espace aérien américain, c’est celle de l’US Air Force. Si des engins étranges et non identifiés sont détectés ou vus, l’Air Force a pour mission de répondre et d’enquêter, pas la Marine, et elle peut le faire à tout moment. Jusqu’à présent, l’Air Force a été totalement maman sur cette question, ce qui est extrêmement bizarre compte tenu des messages de la Marine qui l’entourent.

Dans cet esprit, en septembre dernier, j’ai contacté l’armée de l’air avec une série de questions très pointues concernant ce qui semble être une divergence massive en ce qui concerne la capacité de la branche militaire à exécuter sa mission de défense aérienne intérieure. Ce qui semblait être un bon début pour trouver des réponses à ces questions clés s’est rapidement transformé en un cauchemar qui m’a fait perdre toute confiance dans la capacité du ministère de la Défense à aborder un sujet, qu’ils ont eux-mêmes activement aidé à éleverdans la conscience du public, dans toute manière significative.

Ma première enquête auprès de l’Air Force a abouti à une expérience très positive. Les gens du bureau de presse du quartier général de l’Air Force n’étaient pas du tout en phase avec le sujet et semblaient désireux de l’examiner en notre nom. Après avoir discuté du problème avec eux directement par téléphone, les questions que je leur ai envoyées ont été spécifiquement écrites pour faire avancer la balle sur cet aspect critique du problème et, ce faisant, faire en sorte que l’Air Force soit officiellement au courant du problème dans certains manière. Idéalement, cela aurait inclus des informations sur la nature de ces événements du point de vue du service, et en particulier en ce qui concerne sa mission de souveraineté aérienne intérieure, ainsi que des informations sur la question de savoir si ses propres équipages ont connu des rencontres similaires.

Voici les questions que je leur ai posées le 19 septembre 2019:

Voici ce que nous recherchons sur l’histoire OVNI / UAP en cours avec la marine et la position et les commentaires de l’USAF sur la question:

  • Les pilotes de l’Air Force ont-ils rencontré un phénomène similaire inexpliqué au radar, électro-optiquement ou visuellement? Si oui, quelle est la fréquence et l’ampleur générales de ces événements?
  • Les pilotes du Super Hornet de la Marine hors NAS Oceana ont eu des  rencontres constantes avec ces objets en 2014-2015, en particulier sur le radar. Il est devenu si grave qu’au début de 2015, Oceana a déposé des NOTAM avertissant les aviateurs du phénomène dans les zones d’alerte au large de la Virginie. Nous en avons parlé directement aux équipages et nous sommes en train d’obtenir ces NOTAM et la trace papier menant à leur publication. Les F-22 de Langley, qui ont des capacités de capteur supérieures à certains égards aux Super Hornets, ainsi que les agresseurs T-38 de la base, sont basés juste à côté et utilisent exactement les mêmes zones d’avertissement pour l’entraînement quotidien. Les équipages de Langley ont-ils connu le même phénomène? Si oui, dans quelle mesure? Qu’en est-il des autres ressources de l’USAF qui utilisent le même espace aérien pour la formation?
  • La Marine a modifié considérablement ses pratiques et procédures de signalement des rencontres avec des objets volants inexpliqués en raison de l’augmentation massive des incidents ces dernières années. L’Air Force a-t-elle fait de même? Sinon, pourquoi? A-t-il même établi des procédures pour ces événements? Si c’est vrai, que sont-ils?
  • L’USAF a-t-elle connu la même augmentation massive des incursions d’UAP sur ses bases et installations que l’USN?
  • L’Air Force a-t-elle une vidéo électro-optique et infrarouge similaire des UAP similaire à celle de la Marine, ou d’autres données d’ailleurs?
  • L’Air Force considère-t-elle ce phénomène comme une menace pour la sécurité nationale? Que fait-il pour l’atténuer ou mieux le comprendre?

Merci beaucoup pour votre aide. Je pense qu’il est essentiel de clarifier ces détails, surtout maintenant que la Marine a admis que les vidéos représentant ces engins inexpliqués sont en effet réelles et montrent des objets qu’elle ne peut pas identifier.

J’ai rapidement enchaîné avec une autre question:

  • La Marine affirme que ces choses éclatent constamment (comme plusieurs fois par mois ou plus) dans un espace aérien contrôlé ou même sécurisé. En 2015, ils étaient là-bas pendant des jours au large de la Virginie dans les zones d’alerte, provoquant même l’affichage par la base des NOTAM en raison de quasi-accidents, etc. L’USAF est chargée de protéger cet espace aérien. L’USAF a-t-elle lancé des alertes et enquêté sur celles-ci lorsque la Marine (ou peut-être même l’USAF) les appelait? Qu’a-t-on fait en ce qui concerne la défense du territoire alors que ceux-ci se trouvaient dans les zones d’alerte de manière si persistante? Comment l’USAF et son bras NORAD ont-ils abordé cette question lors des incidents de 2014-2015 et qu’est-ce qui, selon la Marine, s’est constamment produit tout au long de cette journée?

Encore une fois, je dois souligner que l’armée de l’air a la mission de souveraineté aérienne du pays . Des avions de chasse sont en alerte à travers les États-Unis, prêts à se précipiter en quelques minutes pour intercepter et enquêter sur tout engin inconnu volant dans ou près de l’espace aérien du pays. Cela inclut ce que certains appellent traditionnellement les OVNIS. La zone de guerre possède des preuves incroyablement approfondies de la manière dont une telle action est prise en ce qui concerne la présence d’objets volants non identifiés transitoires, sans parler de ceux qui fonctionnent constamment dans un espace aérien restreint, comme cela aurait été le cas au large de la côte est des États-Unis. États en 2014 et 2015.

Les unités de l’Air Force qui remplissent la mission de défense aérienne intérieure sont réparties dans tout le pays, mais celles équipées du plus haut niveau de capacité d’avions de chasse sont dispersées autour du périmètre maritime des États-Unis continentaux et sont également basées en Alaska et à Hawaï. Les F-15C / D équipés des radars à balayage électronique actif (AESA) les plus puissants optimisés pour les chasseurs au monde et transportant des pods de ciblage Sniper pour l’identification visuelle à longue portée des cibles remplissent principalement le rôle de défense des frontières maritimes dans les 48 États inférieurs, avec Des F-22 à Hawaï et en Alaska font de même.

Les F-16C / D, qui sont également désormais équipés de radars AESA , basés à Andrews Air Force Base juste à l’extérieur de Washington DC, surveillent la région de la capitale . D’autres F-16 d’une poignée d’unités de l’Air Force qui patrouillent dans le centre des États-Unis peuvent également contribuer à accroître la sécurité aérienne du périmètre du pays, mais la mission d’alerte est une mission qui doit être spécifiquement formée, avec des protocoles et des exigences d’infrastructure uniques. Il demande beaucoup de ressources et n’est pas bon marché à exécuter non plus. En d’autres termes, ce n’est pas quelque chose que n’importe quel escadron de chasse, en particulier un escadron de la Marine qui a une mission très différente, peut simplement s’exécuter à la volée dans des circonstances normales.

En tant que tel, mes questions ont tenté de remplir une partie manquante des récents comptes liés à l’OVNI de la Marine. Si ces engins volants étaient effectivement détectés, comment est-il possible que l’Armée de l’Air ne se soit pas précipitée pour les enquêter et l’ait fait plusieurs fois au cours de ces événements? Si des incursions au-dessus d’installations se poursuivent, qu’il s’agisse de drones ou de quelque chose de bien plus fantastique, comment l’Air Force n’est-elle pas directement impliquée dans l’enquête et l’atténuation de ces menaces potentielles à l’intérieur de l’espace aérien qu’elle est chargée de défendre?

Ce n’est pas seulement un problème d’OVNI, cela dépend de la capacité ou de la volonté de l’Amérique de défendre son espace aérien contre les menaces non traditionnelles. La menace pour la patrie posée par les missiles de croisière est déjà palpable , mais nous sommes maintenant à une époque où la guerre des drones bas de gamme et grouillante devient l’un des problèmes de sécurité les plus importants de notre époque. C’est une menace qui s’est récemment manifestée de manière spectaculaire et dont certains d’entre nous ont prévenu qu’elle se produirait pendant des années. Donc, mes questions sont tout aussi pertinentes pour le cœur de notre sécurité nationale que pour simplement découvrir de nouveaux détails sur de mystérieux objets volants qui semblent avoir atteint de nouveaux sommets dans la conscience du public ces dernières années.

Après un début prometteur avec l’armée de l’air elle-même, on m’a dit que les enquêtes avaient été transmises au service des affaires publiques du Bureau de la défense (OSD). Une agente des affaires publiques, Susan Gough, traiterait la demande. Au début, cela semblait très prometteur. L’enquête avait été élevée à quelqu’un dans une position qui pourrait vraiment ajouter un contexte unique à la question.

Malheureusement, cela a fini par être tout sauf le cas.

En termes simples, mon expérience avec Susan Gough a été la pire que j’aie jamais connue avec le personnel des affaires publiques du ministère de la Défense. Ce qui s’est passé, ou plus exactement ce qui n’a pas transpiré, au cours des six derniers mois ne me laisse aucune confiance en ce fonctionnaire représentant le DoD sur la question. Ce n’est en aucun cas personnel. Elle est peut-être une personne merveilleuse, mais son comportement a été un exemple clair de tout ce que les opérations médiatiques du Pentagone ne devraient pas être et ce n’est certainement pas dû à un manque de formation ou d’expérience. Son curriculum vitae est impressionnant et peut même inquiéter certains qui recherchent un morceau de vérité concernant cette question bizarre et historiquement torturée.

Mon expérience n’est en aucun cas unique. D’autres qui travaillent cette histoire ont eu des expériences similaires presque à un degré risible. La raison pour laquelle tant de journalistes interagissent avec elle sur cette question est qu’elle détient maintenant l’intégralité du portefeuille médias / affaires publiques sur les ovnis au sein du DoD. Peu de temps avant de soumettre mes questions, la décision a été prise de transmettre chaque demande concernant cette question à elle et à elle seule. Les services n’avaient plus le contrôle de leur propre messagerie sur la question. La raison pour laquelle cette décision a été prise n’est pas claire.

J’ai écrit et appelé Susan Gough pendant des mois après que mes premières demandes lui aient été transmises. Aucune correspondance n’a été reçue et aucun commentaire n’a été donné – pas un calendrier de livraison ou une simple réponse «nous ne pouvons pas commenter pour le moment» à aucune de mes demandes de renseignements.

Rien.

Entre-temps, le prolifique auteur de la loi sur la liberté de l’information (FOIA) et auteur John Greenwald au Blackvault.com avait reçu une demande de la FOIA qui contenait non seulement mes questions, mais également la correspondance interne au sein de l’Air Force concernant la réponse au moins une partie de mes demandes. John a eu la gentillesse de me faire savoir qu’il avait reçu les documents et qu’il travaillerait avec moi pour leur libération.

Encore une fois, l’idée était d’obtenir quelque chose, tout ce qui était enregistré en ce qui concerne l’Air Force, la souveraineté aérienne de l’Amérique et cette question. La dernière chose que je voulais faire était de publier une histoire sur la façon dont le ministère de la Défense ne reconnaîtrait même pas ces questions. J’ai eu les meilleures expériences avec les affaires publiques du DoD depuis de nombreuses années. Nous travaillons avec eux quotidiennement dans ce que nous faisons. La grande majorité de ces interactions sont extrêmement productives. En fait, je n’ai jamais eu de relation négative avec un officier des affaires publiques militaires américaines, même sur des sujets qui étaient loin d’être positifs pour le ministère de la Défense. Dans l’ensemble, ils font un excellent travail et comprennent nos demandes et les traitent avec un professionnalisme total en temps opportun. Je ne saurais trop insister sur l’importance de leur travail et sur la façon dont ils le font habituellement.

Dans cet esprit, je redoutais de devoir contester avec le ministère de la Défense leurs opérations de communication. Mais après près de trois mois sans aucune réponse, j’ai dû faire quelque chose.

Ce n’est que lorsque j’ai envoyé une lettre très franche le 5 décembre 2019 que j’ai reçu cette réponse de Mme Gough. Il s’agit de la première correspondance réelle que j’ai eue avec elle depuis ma demande de renseignements en septembre:

Bonjour Tyler,

Mes sincères excuses. Il semble que vos e-mails ont été déposés dans un dossier indésirable / spam au lieu de ma boîte de réception, donc je n’ai rien vu de vous depuis longtemps. Juste remarqué parce que vous n’êtes pas le seul à avoir une plainte similaire. Ce n’était pas intentionnel, je vous assure, et je ne sais pas trop comment / pourquoi cela s’est produit; Je reçois un certain nombre de requêtes continues sur les UAP de plusieurs journalistes, tous avec des questions similaires, donc je sais que ce n’est pas le sujet.

Je suis désolé, je ne me souviens pas d’avoir reçu de messagerie vocale de votre part, mais j’ai été absent du bureau plusieurs fois pour des raisons de santé au cours des derniers mois, et je l’ai peut-être manqué.

Quoi qu’il en soit, je vais examiner vos questions ce matin et je vous répondrai dès que possible avec des réponses.

Cordialement,

J’ai répondu très positivement, j’étais tellement content que nous ayons fait une percée et je n’aurais pas à écrire sur la non-réponse du représentant du ministère de la Défense à ce sujet. Même s’ils n’étaient pas disposés à dire grand-chose, nous aurions en fait cette information et j’ai informé Mme Gough des documents internes qui contenaient des réponses à mes questions que John Greenwald a obtenues. Donc, au moins, je pourrais obtenir des commentaires sur ceux-ci, si rien d’autre. Par-dessus tout, une relation pourrait commencer avec le seul point de contact sur ce sujet au sein du DoD. C’est un long match. J’étais heureuse de pouvoir enfin travailler avec Mme Gough afin que de futures clarifications puissent être apportées.

J’ai fait un suivi rapide après sa réponse pour lui demander si nous pouvions en finir d’ici la fin de la semaine prochaine. Sa réponse déclarait ainsi:

“Oui, nous devrions pouvoir. Merci beaucoup, beaucoup pour votre patience et votre compréhension!”

Enfin, je pourrais fixer une échéance à ce sujet et donner à John la tête qu’il y avait des progrès.

La réalité a fini par être tout le contraire. Mme Gough n’est jamais revenue vers moi. Ce qui a suivi au cours des quatre semaines suivantes, c’est que j’ai cherché une mise à jour et que je n’ai rien récupéré. C’était différent cependant, car ses excuses originales étaient clairement fausses parce qu’elle venait de recommencer à faire la même chose même après ses excuses et la reconnaissance d’un calendrier.

Le 2 janvier 2020, un mois encore s’était écoulé et il était clair qu’elle était redevenue sombre.

C’était mon email pour elle:

C’est la nouvelle année et toujours rien . Je n’ai rien entendu depuis la dernière fois que nous avons touché la base il y a près d’un mois lorsque vous avez dit que nous pourrions conclure la semaine suivante. Enregistré plusieurs fois. Rien.

Je tiens un autre point de vente à ce sujet avec leurs FOIA qui incluent les correspondances du DoD avec mon nom partout, à ce stade, c’est juste embarrassant pour moi. Je trouve également étrange que d’autres points de vente semblent avoir obtenu des réponses et des éclaircissements. En fait, certains d’entre eux sont des personnes, pas des points de vente.

Je veux vraiment une bonne relation ici, comme je l’ai avec chacun de mes contacts DoD PA, qu’il pleuve ou qu’il fasse beau. Je déteste écrire des courriels comme celui-ci, mais c’est ridicule et insultant. Ça a été quoi? Quatre mois?

Quelle est donc la prochaine étape? Dois-je déposer une plainte officielle à ce sujet? Quelque chose est vraiment cassé ici, surtout lorsque vous avez vos propres aviateurs affirmant que les vaisseaux violent régulièrement notre espace aérien et je ne peux même pas obtenir de réponses à des questions spécifiques, dont certaines ont été répondues il y a des mois dans des correspondances internes que le ministère a publiées via FOIA depuis longtemps avant de les avoir. En fait, je n’en ai toujours pas.

Très décevant et franchement, magnifique.

Tyler Rogoway

Pas de réponse.

Le 7 janvier, j’ai envoyé une autre note, déclarant que j’avais fait tout ce que je pouvais, lui donnant toutes les chances de répondre, et que les mois s’étaient écoulés depuis ma demande initiale et c’était maintenant des semaines après notre échéance. Enfin, j’ai eu une autre réponse:

Désolé Tyler, je suis souvent sorti et je viens de rentrer aujourd’hui. Permettez-moi de cingler les personnes qui me doivent les informations et de voir si elles les ont maintenant.

De toute évidence, elle avait quelque chose à partager, car j’avais des courriels internes de l’Air Force entre mes mains pendant des mois via la demande FOIA de John Greenwald.

Après cette dernière lueur d’espoir, l’opération d’éclairage au gaz a été rendue claire. Une fois de plus, Susan Gough a disparu.

À ce moment-là, j’étais tellement épuisé par le problème et une tonne d’autres projets à longue échéance étaient dus, alors je l’ai mis de côté. Vraiment, je ne voulais pas avoir à expliquer à quel point cette expérience était terrible et comment ce responsable du DoD m’a échappé pendant des mois. Je me suis dit: “peut-être que si je lui donnais juste un peu plus de temps, elle réapparaîtrait.”

Cela n’est jamais arrivé.

Au moment de la rédaction de ce document, six mois se sont écoulés depuis ma demande initiale. Je ne remercierai jamais assez John d’avoir été si patient avec moi sur cette histoire. Il a compris mon importante relation de travail avec le DoD et comment je voulais donner à Mme Gough toutes les opportunités possibles pour un résultat professionnel et positif.

Je n’ai aucune idée de la situation dans les coulisses de ce sujet au DoD ni des directives ou des problèmes de Gough à ce sujet. Pourtant, le fait qu’après que le propre personnel du Pentagone ait déclaré que des intrusions constantes dans l’espace aérien sensible se sont produites par des engins non identifiés, ils ne sont même pas disposés à répondre aux questions sur le rôle de l’Air Force dans ces événements, le service chargé de défendre cet espace aérien, est accablant. Le DoD semble avoir contribué à susciter l’intérêt pour cette question, mais il ne souhaite plus offrir d’explications ou de clarifications à ce sujet. Cela semble très particulier sinon carrément suspect. Pour un sujet qui a été tellement abusé au cours des décennies, c’est vraiment une position odieuse pour le DoD et cela annule toute confiance qu’il a pu développer sur le sujet ces dernières années.

La partie la plus troublante de tout ce gâchis est qu’au moins certaines de mes demandes ont effectivement obtenu des réponses, celles que le DoD a partagées avec un demandeur FOIA, mais pas le journaliste lui-même posant les questions. Encore une fois, Gough avait au moins quelque chose à offrir, mais ne l’a pas transmis après des mois de harcèlement.

Les FOIA de Greenwald montrent que les responsables des affaires publiques de l’Air Force ont fait un excellent travail en examinant au moins certaines de mes questions. Ils n’ont pas hésité à aborder le sujet et l’ont pris au sérieux, mais avec une personne qui ne répondait pas et qui avait le pouvoir de transmettre n’importe laquelle de ces informations, cela signifiait que dans ce cas, les résultats de leur travail n’étaient jamais rendus publics.

Voici ce que l’Air Force a découvert en ce qui concerne les équipages F-22 et T-38 de la base de Langely Air Force Base qui voient des objets similaires dans les zones d’alerte restreintes au large de la côte est. Vous pouvez voir l’ensemble de l’échange ci-dessous:

THEBLACKVAULT.COM

THEBLACKVAULT.COM

THEBLACKVAULT.COM

THEBLACKVAULT.COM

THEBLACKVAULT.COM

THEBLACKVAULT.COM

THEBLACKVAULT.COM

THEBLACKVAULT.COM

THEBLACKVAULT.COM

Il semblerait par ces courriels que les pilotes de F-22 et T-38 de Langley n’aient pas eu les mêmes rencontres que les pilotes Hornet de NAS Oceana à proximité. Si tel est effectivement le cas, cela met vraiment les rencontres de la Marine sous un jour différent et cela correspond de manière anecdotique à ce que nous avons glané grâce à notre propre enquête de fond. Donc, si les pilotes de jets tactiques de l’Air Force étaient inconscients de l’engin volant au large de la côte est, pourquoi?

Certes, la technologie n’est pas un problème. Comme le Super Hornet, le F-22 est également équipé d’un radar AESA et, à certains égards, il a des capteurs beaucoup plus performants que le Super Hornet et possède des performances nettement supérieures. Les histoires de rencontre d’OVNI des pilotes de la Marine ont également mûri un peu au fil du temps et des explications existentqui pourraient expliquer leurs rencontres au large de la côte Est qui sont loin d’être hors de ce monde , mais cette divergence crée vraiment un nouvel ensemble de circonstances qui sont encore plus déroutants qu’auparavant.

De plus, une autre courte chaîne de courriels semble montrer que l’Air Force n’a pas suivi la décision de la Marine de changer sa politique concernant la façon dont son rapport personnel rencontre des aéronefs non identifiés et que les incidents qui se sont produits étaient en fait liés à des drones, pas quelque chose de plus exotique.

THEBLACKVAULT.COM

THEBLACKVAULT.COM

Vous pouvez consulter ces documents par vous-même sur The Black Vault. 

Une fois de plus, le décalage entre la position de la Marine et de l’Air Force sur cette question est étonnamment frappant, ce qui est très intrigant.

Nous pourrons peut-être approfondir certains de ces problèmes à un autre moment, mais pour l’instant, au moins nous avons des antécédents, quoique obtenus indirectement, de l’Air Force, même en examinant ces récentes rencontres directement et même au niveau de l’unité. La question devient alors pourquoi n’avons-nous pas été informés des conclusions de l’enquête? Moreso, qu’en est-il de mes autres questions? Où sont-ils arrivés? Des réponses auraient-elles pu également être apportées à ces questions?

Malheureusement, nous ne savons tout simplement pas. En fait, nous n’avons même pas de «aucun commentaire pour le moment» concernant le problème de la part du porte-parole du Pentagone. En fin de compte, il est dans l’intérêt du public de savoir comment les médias sont traités par le ministère de la Défense sur cette question après qu’ils ont eux-mêmes contribué à la perpétuer.

Dire que la situation est décevante et bizarre serait un énorme euphémisme.

Rencontres Extraordinaires de Pilotes de Chasse Iraniens Au Début Des Années 2000

Rencontres Extraordinaires de Pilotes de Chasse Iraniens Au Début Des Années 2000

RENCONTRES EXTRAORDINAIRES DE PILOTES DE CHASSE IRANIENS AU DEBUT DES ANNEES 2000

Un texte de Sebastien Raoult


Du fait de notre statut d’enquêteurs au sein du MUFON France nous sommes en première ligne pour récolter les témoignages d’observation et en effectuer le plus sérieusement possible les enquêtes. Toutefois notre rôle s’étend aussi à pousser nos recherches sur tous les domaines ayant un lien proche ou plus éloigné de la thématique « OVNI ».

C’est pourquoi je vous propose ici la lecture d’un texte basé sur mes recherches sur une rencontre « extraordinaire » (au sens premier du terme) vécue par un équipage de « Grumman F-14 Tomcat » iranien au début des années 2000.

J’évoquerai donc dans un premier temps les articles à l’origine de mes recherches, je vous inviterai ensuite à une présentation du contexte nucléaire iranien ainsi que du « Grumman F-14 Tomcat ». Puis je décrierai cette rencontre de novembre 2004. Nous terminerons par une liste non exhaustive d’hypothèses pouvant découler de celle-ci.

I / LES ARTICLES A L’ORIGINE DE MON TRAVAIL

L’article à l’origine de mes recherches fut rédigé en Octobre 2013 dans le magazine « Combat Aircraft » par Babak Taghvaee, historien militaire qui a écrit plusieurs livres sur les armées de l’air du monde et plus précisément sur l’IRIAF(Force aérienne de la République islamique d’Iran).

Ci-dessous la couverture du magazine paru en octobre 2013

 

 

 

 

 

 

 

 


Toutefois son article fut repris dans plusieurs médias, trois d’entre eux m’ont permis d’avancer sur mon travail… Je n’ai en effet pas pu me procurer le magazine… rupture de stock… ça arrive…

Tout d’abord l’article écrit par Dario LEONE le 12 novembre 2013 sur le site « Business Insider ».

Vient ensuite celui de Michael Peck pour le site internet du magazine « Forbes » le 14 Janvier 2014 et enfin 6 ans plus tard l’article écrit par David Axe le 13 février 2020 pour « The National Interest ».

A noter que « Forbes » est un magazine économique américain axé sur les affaires, l’investissement en général, la technologie.

« Business Insider » est un site internet à peu près sur le même axe à savoir traitant de la finance et des affaires au sens large.

« The National Interest » est quant à lui un bimestriel américain fondé en 1985 traitant notamment de la relation entre les états et la technologie, les religions, les questions sociales entre autres.

Vous l’avez sans doute noté, pas de tabloïd ici, rien que du papier plutôt dit « sérieux ».

J’ai donc voulu en savoir plus et satisfaire ma curiosité ! 

II / LE CONTEXTE NUCLEAIRE IRANIEN et LE GRUMMAN F-14 TOMCAT

Le contexte nucléaire iranien

Le programme nucléaire iranien a été lancé voici environ 60 ans du temps du Chah d’Iran. Officiellement le seul but du pays était et est toujours de moderniser sa capacité énergétique à des fins civiles de production d’électricité.

Toutefois, citant Babak Taghavee et son article d’Octobre 2013, Dario Leone indique notamment que lorsque les sites de Natanz et d’Arak ont été rendu publics par le dissident iranien Alireza Jafarzadeh au début des années 2000, la nouvelle ne fut pas bien accueillie par les pays occidentaux en général mais Israël et les Etats-Unis en particulier, craignant des vues plus belliqueuses que simplement permettre au citoyen iranien d’allumer sa lumière… Ces derniers ayant même demandé à l’Iran d’abandonner ledit programme.

Là certains me diront… « bon l’Iran je vois où c’est… mais une p’tite carte serait plutôt sympa pour situer les sites nucléaires… ». Et bien vous la trouverez çi-dessous…

(source Wikipédia « programme nucléaire de l’Iran »

 

Toujours selon Business Insider (qui se base sur l’article de Taghvaee) devant l’attitude iranienne de camper sur sa position les Etats-Unis ont pris la décision d’envoyer des « UAV » (Unmanned Aerial Vehicle) survoler les sites les plus importants, en l’occurrence Bouchehr, Natanz et Arak. Ceci afin de préparer une éventuelle attaque. C’est là que rentrent en jeu nos fameux Grumman F-14 Tomcat de la « Force aérienne de la République islamique d’Iran » …

Le Grumman F-14 Tomcat

Vous l’avez vu plus haut, la rencontre a engagé un objet considéré comme non identifié avec un chasseur Grumman F-14 Tomcat.

Cet avion de chasse entra en service au sein de l’US Navy en 1974 et fut surtout popularisé par le film « Top Gun » avec Tom Cruise en 1986. Sa mission, au départ, était de protéger les porte-avions américains des attaques de bombardiers. L’une de ses spécificités est de pouvoir replier ses ailes afin d’adapter son profil aérodynamique aux conditions de vitesses (basses, subsoniques, transsoniques, supersoniques).

Sa vitesse maximale tourne autour de Mach 2,34 soit 2485 km/h, son plafond de vol se situe à 15 700m et son rayon d’action est d’environ 920 km.

Désormais l’IRAN est le seul pays au monde à encore utiliser ces engins. Les Etats-Unis les ayant retirés à l’automne 2006.

Ces F-14, désormais au nombre d’environ 40 encore actifs, ont maintenant comme mission principale la défense des sites nucléaires du pays.

Je vous laisse ci-dessous voir à quoi ressemblent ces F-14 aussi surnommés « Chats Persans » …Nous passerons ensuite à la rencontre.

 

 

 

 

 

 

Iranian Air Force Grumman F-14A Tomcat (Crédit photo : Wikipédia)

 

 

 

 

 

 

 

 

source site « Pinterest »

III / La rencontre de Novembre 2004

Je l’ai dit plus haut, les Etats-Unis ont pris la décision d’envoyer des « UAV » au-dessus de certains sites nucléaires d’Iran. C’est notamment en novembre 2004 que nos « Chats Persans », basés à Bushehr décollent de leur base pour intercepter ces prétendus drones annoncés au-dessus du site d’Arak.

Taghvaee rapporte dans son article les propos des pilotes. Ils décrivent des caractéristiques de vols sortant de l’ordinaire à savoir « …une capacité à voler en dehors de l’atmosphère, atteindre une vitesse de croisière maximale de Mach 10 et une vitesse minimale de zéro… ». Le pilote a également décrit ce qu’il a vu comme « un objet sphérique avec une sorte de postcombustion verte créant de grosses turbulences ». Il précise que lorsqu’il a voulu verrouiller son missile sur l’objet, celui-ci a augmenté sa vitesse et « disparu tel un météore ».

A noter que dans l’article de « The National Interest » il est également fait mention d’une lumière bleue émise par ces engins. Elle fera le lien avec l’une des hypothèses sur l’origine de ceux-ci.

Taghavee complète ses propos en relatant le fait que ces prétendus drones semblaient utiliser une sorte d’ « ECM » (contre-mesure électronique) c’est-à-dire un appareil électrique ou électronique destiné notamment à tromper les systèmes de détection tels que les radars, les sonars voire les missiles guidés rendant impossible l’utilisation des armes des F-14.

A plusieurs reprises ces prétendus drones ont survolé les usines de Bushehr, Arak ou Natanz, les avions de l’IRIAF ayant tenté sans plus de succès de les intercepter.

Désormais nous arrivons au quatrième et dernier point de ce texte à savoir quels peuvent bien être ces engins, drones, « OVNI » rencontrés ?

IV / LES HYPOTHESES

Reprenons les descriptions des pilotes : engin volant en dehors de l’atmosphère, une vitesse allant de 0 à Mach 10 (soit plus de 12 000km/h), une forte énergie électromagnétique dégagée, la vision d’une lumière verte ou bleue selon les articles…

Le X-43

Le premier candidat qui ressort est le X-43 développé par la Nasa. En m’appuyant notamment sur le site « aerospace-technology.com » j’ai découvert que ce petit avion sans pilote mesurant de 3,6m à 5m environ selon les quatre versions (du X-43A au X-43D) avait atteint une vitesse record de Mach 10 en novembre 2004.

Concrètement, et grâce à Wikipédia, je complète que l’engin, couplé à une fusée d’appoint Orbital Sciences Pegasus, est fixé sous l’aile d’un bombardier B-52 qui emmène le « colis » jusqu’à une altitude suffisante de 13 000m. A ce stade la fusée Pegasus et son compagnon le X-43 sont lâchés. La fusée propulse l’avion sans pilote jusqu’à une altitude de 29 000m et une vitesse au-delà de Mach 7 (plus de 8500km/h). La fusée largue alors le X-43 qui atteint la vitesse de Mach 10 pendant une douzaine de secondes grâce à au principe de propulsion « Scramjet ».

Vous trouverez ci-dessous la décomposition en trois images d’un vol de X-43.

Phase 1

 

 

 

 

 

 

 

 

Source aerospace-technology.com

Phase 2

 

 

 

 

 

 

 

Source aerospace-technology.com

Phase 3

 

 

 

 

Source Nasa.gov

Si l’on reprend les caractéristiques de vol du X-43 et qu’on les rapproche du témoignage des pilotes Iraniens, plusieurs éléments sont concordants, en premier lieu la vitesse mais aussi l’altitude. Rappelez-vous, les pilotes ont notamment indiqué que le prétendu drone volait au-dessus de l’atmosphère. Techniquement l’altitude de 29 000m est située dans la couche stratosphérique mais ces deux points font du X-43 un candidat intéressant…Nous pourrions d’ailleurs ajouter, et ce propos n’engage que moi, que la propulsion de la fusée ait engendré le phénomène lumineux dont parle les pilotes même si celui-ci s’apparenterait plus à une couleur blanchâtre à jaunâtre.

Un deuxième candidat mérite que l’on s’attarde dessus… l’avion « mythique » Aurora…

Aurora ou Lockheed SR-91

 

 

 

 

 

 

 

 

Source Jovanic.com

L’Aurora…. Cet avion fait couler encore beaucoup d’encre… J’ai notamment basé mes recherches sur l’Aurora en parcourant le site « avionslegendaires.net ». Et malgré le fait que l’auteur de l’article use selon moi d’un ton assez sarcastique notamment en début d’article envers ceux qui estiment que l’existence de cet avion est envisageable, il n’en reste pas moins qu’il donne des éléments quant aux caractéristiques présumées de l’engin.

En me basant sur cet article j’apprends que le projet « Aurora » aurait débuté au milieu des années 80 si l’on en croit plusieurs publications de l’époque. Il était en effet fait mention d’un avion de reconnaissance, développé par la division « Skunk Works » de Lockheed Martin, capable de voler au-delà de Mach 5 (plus de 6000km/h).

Cet avion aurait comme destinée d’assurer la succession des Lockheed SR-71 Blackbird et U-2 Dragonlady.

Je vous laisse les admirer ci-dessous…

 

 

 

 

 

SR-71 source Lockheedmartin.com

 

 

 

 

 

 

U-2 Dragonlady source Opex360.com

Plusieurs éléments sont donc intéressants et font de cet avion un autre candidat potentiel. En effet ses caractéristiques présumées tant au niveau de sa vitesse que de son altitude de vol rejoignent le témoignage des pilotes.

Une caractéristique prétendue de cet avion est très intéressante par le lien que l’on peut tisser avec les témoignages des pilotes.

En effet, l’article « avions légendaires » évoque un système de propulsion de l’Aurora basé sur la MHD (Magnéto Hydro Dynamique). Pour faire simple je me suis aidé de l’article paru le 15 juillet 2010 sur le site « Agora Vox » car la vulgarisation du principe me semble pertinente :

« Le principe de la MHD consiste à faire circuler dans le milieu entourant une machine, un courant électrique. Celle-ci, en même temps, va émettre un champ magnétique. Selon la loi de Laplace, ce champ va exercer une force sur le courant, et donc sur le milieu où il circule. 

Plus simplement, il s’agit d’un nouveau système de propulsion. C’est en quelque sorte l’art et la manière de se déplacer dans un fluide en agissant sur ce fluide avec des forces électromagnétiques. Ça consiste à aspirer l’air que l’on a devant soi, ou au-dessus de soi. A ce moment-là, la machine construite suivant ce principe, arrive à faire le vide devant elle, et, comme elle a la pression atmosphérique derrière elle, ça la propulse à des vitesses qui pourraient atteindre théoriquement 15 000 km/h. »

En outre le plasma théoriquement formé par ce système de propulsion MHD pourrait émettre une lumière que l’on pourrait rapprocher des témoignages des pilotes lorsqu’ils évoquent une lumière bleue…Vous trouverez ci-dessous une image d’une formation de plasma pouvant se rapprocher de ce qu’aurait pu voir les pilotes des F-14 iraniens.

 

 

 

 

Source Sciences et Technologie du 09 janvier 2013

La Plasma Stealth

Je survolerai cette théorie en vous indiquant que des travaux auraient été menés sur la possibilité de créer la furtivité d’un avion (c’est-à-dire sa trace radar que l’on appelle Surface Equivalente Radar) par l’utilisant d’un gaz ionisé (plasma). Ce plasma, comme nous l’avons vu plus haut génèrerait une source lumineuse qui rappellerait une fois de plus une partie des témoignages des pilotes.

Je termine cet article par une hypothèse plus « exogène » mais également envisageable bien que Babak Taghvaee n’ai employé le terme « OVNI » (qui en soit ne reflète rien d’exogène mais met en exergue le côté indéfini de l’objet observé).

L’hypothèse exogène

Ayant lu il y a peu de temps le très bon livre de Franck Maurin « Les Mystères du phénomène OVNI de la préhistoire à nos jours » et au fil des ouvrages et autres articles parcourus, je note que les observations d’objet totalement anachroniques en termes de technologie sont régulières au fils des siècles et notamment au-dessus de sites nucléaires depuis le début des années 40.

Il est donc envisageable au regard notamment de la description faite par le pilote qui mentionne la situation suivante « disparu tel un météore » que la rencontre ait réuni un F-14 à un objet non terrien.

Toutefois, et ceci n’engage que moi, j’estime par les recherches que j’ai effectuées (je ne vous ai pas tout partagé pour éviter d’écrire un texte de 30 pages !), qu’il est plus envisageable que le pilote ait rencontré un engin terrestre embarquant une ou plusieurs technologies relativement confidentielles de type MHD, Plasma Stealth par exemple.

Je vous invite à visionner pour compléter mes propos certaines vidéos notamment de Jean-Pierre PETIT sur les nouvelles armes Russes, dotés de caractéristiques se rapprochant aussi de ce qu’a pu voir le pilote.

J’espère que cet article vous permettra, et pour ceux que ça intéresse, je vous invite à faire vos propres lectures et recherches !

Sébastien RAOULT

Voici la lettre que le DON a envoyée à un membre du Congrès qui demandait des réponses sur les ovnis

Voici la lettre que le DON a envoyée à un membre du Congrès qui demandait des réponses sur les ovnis


“Le 5 mars 2020, la Marine a publié une copie non expurgée de la lettre, que le sous-secrétaire de la Marine, Thomas Modly, a écrite le 31 juillet 2019, en réponse à une demande de la Freedom of Information Act.”

The War Zone


Une question a été au coeur de la dernière émission enregistrée sur BTLV, en présence du MUFON France, de Nico Augusto et de Dominique Filhol. Bob Bellanca notait que nous avions connu des vagues ufologiques, et que les révélations de fin 2017 pouvaient “retomber”.

Dominique, Nico et moi-même soutenions de notre coté le caractère exclusif de la situation : malgré ce qui a pu être vécu depuis 1947, c’est la première fois que l’institution militaire reconnait l’existence d’UAP, et surtout son incapacité manifeste à identifier leur nature.

The War Zone fait le boulot, en publiant dans son intégralité la réponse du DON (Department Of Navy) au Membre du congrès Mark Walker.

Belle prise de Seb The Sniper !

Lien vers l’article :

https://www.thedrive.com/the-war-zone/32495/this-is-the-letter-the-navy-sent-a-congressman-who-was-demanding-answers-about-ufos?fbclid=IwAR0BPhlupHexTj_rRl9KZtLZMoacjaNd73jI5X9Gmqib7FvpB0amthHTUZE


Proposition de traduction :

année dernière, le membre du Congrès Mark Walker, un républicain de Caroline du Nord et membre du House Committee on Homeland Security, a écrit une lettre à l’US Navy pour demander des réponses concernant les observations de ce que l’on appelle communément des objets volants non identifiés, ou OVNIS. Maintenant, The War Zone a obtenu une copie complète de la réponse du service à ces questions sur la façon dont il enregistre et évalue les incidents impliquant ce qu’il appelle des phénomènes aériens non identifiés, ou UAP, que le législateur a déjà dit qu’il jugeait insuffisamment frustrant.

Le 5 mars 2020, la Marine a publié une copie non expurgée de la lettre, que le sous-secrétaire de la Marine, Thomas Modly, a écrite le 31 juillet 2019, en réponse à une demande de la Freedom of Information Act. Politico a été le premier à faire rapport sur cette lettre, après en avoir obtenu une copie, en septembre 2019, mais ne l’a pas publiée ou autrement reproduite dans son intégralité.

Walker avait envoyé sa lettre initiale, adressée au secrétaire de la Marine de l’époque, Richard Spencer, le 16 juillet 2019, et en avait mis une copie à la disposition du public le 29 juillet, dont la zone de guerre faisait état à l’époque. Il convient également de noter que Modly est secrétaire par intérim de la Marine depuis la démission de Spencer en novembre 2019.

“Il y a eu un certain nombre de rapports d’aéronefs non autorisés et / ou non identifiés entrant dans divers champs d’entraînement sous contrôle militaire et dans l’espace aérien désigné ces dernières années”, a écrit Modly dans cette réponse du 31 juillet. “Le Département de la Marine (DON) prend ces rapports très au sérieux et continue d’enregistrer les observations et d’enquêter pleinement sur les comptes.”

La lettre de Modly ne fait pas mention d’un certain nombre d’incidents de grande envergure impliquant des avions UAP F / A-18C / D et des avions de chasse F / A-18E / F Super Hornet, datant d’au moins 2004. Vous pouvez en savoir plus sur ces les événements en détail dans ces histoires passées de War Zone .

Il ne traite pas non plus de connexion de la Marine au programme avancé de détection et de menace aérospatiale (AATIP), ni à son prédécesseur, le programme Advanced Aerospace Weapon System Applications (AAWSA), qui a existé pendant diverses périodes au sein de la Defense Intelligence Agency (DIA). et le Bureau du Secrétaire à la défense. Vous pouvez en savoir plus sur ces programmes dans cesprécédents articles de War Zone .

“La large prolifération et la disponibilité de systèmes aériens sans pilote (UAS) bon marché ont fait de plus en plus de la déconfiguration de l’espace aérien un problème pour nos aviateurs. à Walker. «Les directives soutiennent une analyse objective et basée sur les données des incursions. Le DON continue de consacrer des ressources au suivi et à l’enquête des rapports qui pourraient affecter la sécurité de nos équipages.»

La lettre originale de Walker demandait très clairement des informations sur les incidents très médiatisés que les pilotes de chasse avaient signalés à leurs supérieurs et dans la presse, impliquant de prétendus engins volants capables de niveaux extrêmes de vitesse et de maniabilité. L’enquête du membre du Congrès n’était pas explicitement préoccupée par des incidents impliquant de petits drones violant l’espace aérien restreint autour des installations militaires américaines ou menaçant les forces américaines à l’ étranger, ce qui est également devenu un problème croissant ces dernières années.

“Le DON est aligné avec le ministère de la Défense (DoD) et les partenaires interinstitutions sur cet effort”, poursuit la lettre de Modly. “Le DON tire parti des relations établies avec les services sœurs, d’autres bureaux du DoD, la communauté du renseignement américain et d’autres agences du gouvernement américain qui nous aideront à mieux comprendre ces incursions dans les zones de formation.”

La lettre de Modly se termine en disant que la Marine continuera de travailler avec la Chambre des représentants via le House Armed Services Committee, dont Walker n’est pas membre. Il ne promet pas de lui fournir, ni au Comité de la Chambre sur la sécurité intérieure, aucune des informations ou données supplémentaires sur les observations d’UAP signalées, ou des ” preuves matérielles ” de celles-ci, qu’il a recherchées.

Walker avait envoyé sa lettre en premier lieu en raison de sa position selon laquelle les incidents signalés dans le cadre de l’UAP représentaient une menace pour la sécurité intérieure, y compris pour les avions commerciaux et civils, ainsi que les avions militaires, volant dans l’espace aérien américain.

La position de Walker n’est pas entièrement déraisonnable et The War Zone a rapporté dans le passé que certaines des observations de l’UAP inquiétait les aviateurs navals pour les mêmes raisons de sécurité de base, entre autres. Les commentaires du député à Politicol’année dernière semblent peut-être encore plus compréhensibles après avoir lu le texte intégral de la réponse de Modly.

“Bien que je sois encouragé par le sous-secrétaire à la Marine qui a confirmé que les rencontres UAP font l’objet d’une enquête approfondie, il y a de la frustration face au manque de réponses à des questions spécifiques sur la menace que peuvent représenter les avions supérieurs volant dans l’espace aérien américain”, a déclaré Walker dans un communiqué. une déclaration. “Si la Marine estime que la Chine ou la Russie possèdent des technologies aérospatiales avancées qui représentent une vulnérabilité de sécurité nationale, le peuple américain a le droit de savoir ce que son gouvernement fait à ce sujet.”

On ne sait pas si Walker, ou tout autre membre du Congrès, a suivi ou réussi à obtenir des informations supplémentaires sur cette question. Au moins certains sénateurs , ainsi que le président Donald Trump , ont reçu des informations classifiées sur les observations de l’UAP et ce que la Marine a fait en réponse. Cependant, en septembre 2019, la Marine a déclaré à Politico qu’elle n’avait reçu aucune nouvelle demande de législateurs sur ce sujet depuis la lettre de Walker.

“Nous allons rester sur la question et continuer comme nous l’avions dit”, avait déclaré Walker à l’époque.

Quoi qu’il en soit, les préoccupations générales de sécurité publique et de sécurité nationale entourant les observations d’UAP qui ont conduit Walker à écrire sa lettre originale n’ont certainement pas disparu de la conscience du grand public.

Pin It on Pinterest