OVNI de Jarny : Sköpe avoue toute la vérité…

OVNI de Jarny : Sköpe avoue toute la vérité…

___________________________________________________________
“Voici enfin la vérité…. Au sujet de l’OVNI.
Derrière Paul Pesko se cache en réalité Sköpe, une nouvelle agence de communication globale basée à Jarny, proche de Metz.
Si vous désirez en savoir plus sur qui nous sommes, ou même nous poser vos questions, nous vous donnons rendez-vous sur la page Sköpe – Agence de Communication Globale !
Une vidéo making-of est en cours de préparation, vous découvrirez bientôt les coulisses de toute cette opération ! 🙂 N’hésitez pas à suivre la page : nous vous réservons un paquet de surprises, alors ouvrez l’oeil !
Merci à Ar Naud pour sa complicité dans le post de la seconde vidéo, et bravo à toutes les personnes en soif de vérité ayant mené l’enquête, certaines étaient vraiment proche de découvrir le pot aux roses. Merci également aux différents médias ayant participé, contre leur gré, à la propagation de notre stratagème. Enfin et surtout, nous présentons nos plus plates excuses aux amateurs de phénomènes aérospatiaux qui pensaient enfin avoir quelque chose de croustillant à se mettre sous la dent.
On espère que vous ne nous en voudrez pas trop ! Bienvenue à bord, nous embarquons pour un voyage vers l’infini, et au-delà !
PS : Paul Pesko vous remercie de vous être soucié de lui et sa pneumopathie. 😉
___________________________________________________________
C’est donc à 6h40 ce matin que Paul Pesko m’envoyait ce MP, pour enfin me dire toute la vérité. Tout avait commencé avec un article dans Le Républicain Lorrain, le 24 Février 2021, qui rapportait une étrange vidéo, tournée dans les environs de Jarny, par un certain Paul Pesko. Avouons le, la journaliste, Marie Koenig, avait plus que moyennement mordu à l’hameçon, le profil Facebook du dit Paul Pesko posant question.
Nous avons immédiatement demandé à Paul Pesko de nous accepter en ami, pour pouvoir lui poser nos questions. Nous avons créé un avis de recherche, et échangé briévement avec “Paul”. Je crois qu’il avait compris… que nous avions compris.
Donc, nous savons tout maintenant, il s’agit bien d’un fake pour le lancement de l’agence de communication Sköpe. On leur a bien sur demandé de venir dire quelques mots au micro du Maybe Planet !
Bolaji Badejo, l’alien inconnu le plus célèbre de notre planète

Bolaji Badejo, l’alien inconnu le plus célèbre de notre planète

_________________________________________________

“C’est alors que le hasard se mêle à la légende. Alors qu’il est à Londres, le producteur associé Ivor Powell se rend dans un pub avec des amis. Là, il tombe nez à nez (façon de parler) avec un homme gigantesque. Il s’appelle Bolaji Badejo, il est nigérien, étudiant en design et mesure surtout 2m10 ! Il n’est pas du tout acteur, mais qu’à cela ne tienne, il est parfait ! On le fait venir dans les studios et des essais en costume sont faits. Le grand échalas au visage gentil enfile la peau du xénomorphe et la magie opère.

CinéSeries

_________________________________________________

Je connaissais les mésaventures de Jean-Claude Van Damme avec le film Predator… Quoi ? Bah oui, JCVD était initialement le Predator, mais le film aurait eu une toute autre histoire, assurément. Mais, justement, c’est une autre histoire.

Donc, je connaissais l’histoire de JCVD et Predator, mais pas celle d’Alien. Une histoire qui aurait pu être très sympa, mais qui finit sur une note assez badass, je trouve…

Bref, Bolaji Badejo, l’alien inconnu le plus célèbre de la planète, respect et RIP…

 

Lien vers l’article de CinéSeries

Jusqu’à récemment, les gens acceptaient le “fait” des extraterrestres dans le système solaire

Jusqu’à récemment, les gens acceptaient le “fait” des extraterrestres dans le système solaire

_______________________________________________

“En ce sens, la question la plus fondamentale est peut-être de savoir si nous sommes, cette fois, technologiquement équipés pour résoudre le casse-tête une fois pour toutes. Il ne fait aucun doute que notre capacité à ressentir les phénomènes les plus éthérés et les plus fugaces du cosmos est à un niveau record. Mais il semble y avoir une ligne fine entre la reconnaissance de cette possibilité passionnante et le fait d’être la proie du genre d’orgueil dont certains de nos précurseurs ont été victimes. “

Caleb A Scharf

_______________________________________________

Bon article de Scharf pour Scientific American, sur les différentes opinions au fil du temps, de la possibilité de la vie sur Mars.

Lien vers l’article de Scientific American

_______________________________________________

L’un des aspects les plus intrigants de l’histoire de la quête humaine pour découvrir s’il y a ou non une autre vie dans l’univers, et si l’une d’entre elles est reconnaissable à l’intelligence de la façon dont nous sommes, est à quel point notre humeur philosophique a changé. aller et retour à travers les siècles.

Aujourd’hui, nous assistons à un «âge d’or» en termes de travail actif vers des réponses. Une grande partie de ce travail découle des révolutions qui se chevauchent dans la science exoplanétaire et l’exploration du système solaire, et de nos révélations en cours sur la diversité et la ténacité de la vie ici sur Terre. Ensemble, ces domaines d’étude nous ont donné des endroits à regarder, des phénomènes à rechercher et une confiance accrue dans le fait que nous approchons rapidement du point où nos prouesses techniques peuvent franchir le seuil nécessaire pour trouver des réponses sur la vie ailleurs.

Dans ce mélange va la recherche de l’intelligence extraterrestre (SETI); à mesure que nous sommes devenus plus à l’aise avec l’idée que la restructuration technologique et la réutilisation de la matière sont quelque chose que nous pouvons et devrions rechercher activement. Si pour aucune autre raison que notre propre réutilisation de la matière, ici sur Terre, est devenue de plus en plus vive et tendue, et donc essentielle à apprécier et à modifier pour aider à la survie à long terme. Mais cette recherche, qualifiée à la fois de SETI et de quête de « technosignatures », est toujours confrontée à des défis de taille – notamment le rattrapage nécessaire après des décennies à recevoir une allocation moins que stellaire de ressources scientifiques.

Ce qui est si fascinant, c’est qu’à bien des égards, nous sommes déjà venus ici et avons déjà fait tout cela auparavant, mais pas récemment, et pas avec le même ensemble d’outils que nous avons maintenant à portée de main.

En Europe occidentale, pendant la période d’il y a environ quatre cents ans jusqu’au siècle dernier, la question de la vie au-delà de la Terre semble avoir été moins «si» que «quoi». Des scientifiques célèbres comme Christiaan Huygens ont écrit dans son Cosmotheoros: « Tant de soleils, tant de terres, et chacun d’entre eux regorge de tant d’herbes, d’arbres et d’animaux… même les petits messieurs autour de Jupiter et de Saturne…» Et ce sentiment de la pluralité cosmique n’était pas rare. Il était à presque tous égards beaucoup plus simple et plus raisonnable de supposer que la richesse de la vie sur Terre se répétait simplement ailleurs. C’est une fois que l’on a abandonné le sentiment d’unicité terrestre.

En d’autres termes, dans de nombreux quartiers, il n’y avait pas de «sommes-nous seuls?» question posée, au contraire, le débat portait déjà sur les détails de la façon dont la vie ailleurs dans le cosmos allait à ses affaires.

Dans les années 1700 et 1800, nous avions des astronomes comme William Herschel, ou le plus amateur Thomas Dick , proposant non seulement que notre système solaire, de la Lune aux planètes extérieures, était envahi par des formes de vie (Dick tenant le record en suggérant que les anneaux de Saturne tenaient environ 8 trillions d’individus) mais se convaincre qu’ils pouvaient voir les preuves. Herschel, avec ses bons télescopes, devenant convaincu qu’il y avait des forêts sur la Lune, dans l’ humour de Mare , et spéculant que les taches sombres du Soleil étaient en fait des trous dans une atmosphère chaude et brillante, sous laquelle, une surface fraîche soutenait de grands êtres extraterrestres.

Même si nous pourrions remettre en question certaines de leurs normes scientifiques, des gens comme Herschel et Dick suivaient en effet la philosophie de la vie partout, et l’élèvent au niveau de tout autre phénomène observable. Herschel appliquait également les meilleurs instruments scientifiques qu’il pouvait à l’époque.

Jusqu’au 20 èmesiècle, avant les données obtenues par le survol du Mariner 4 en 1965, la possibilité que Mars ait un environnement de surface plus clément, et donc la vie, avait encore un poids significatif. Bien qu’il y ait eu des affirmations extrêmes comme les «canaux» de Percival Lowell sur Mars à la fin des années 1800 et au tout début des années 1900, les astronomes de l’époque étaient en grande partie en désaccord avec ces interprétations spécifiques. Fait intéressant, c’était parce qu’ils ne pouvaient tout simplement pas reproduire les observations, trouvant que les marques qu’il avait associées aux canaux et aux civilisations étaient en grande partie inexistantes (un exemple de la façon dont de meilleures données peuvent écarter les théories des animaux de compagnie). Mais à part les distractions de Lowell, l’existence d’une sorte de climat tempéré sur Mars n’était pas facile à ignorer, pas plus que la vie à sa surface. Par exemple, Carl Sagan et Paul Swan ont publié un article juste avant l’arrivée de Mariner 4 sur Mars dans laquelle ils ont écrit:

«Le corpus actuel de preuves scientifiques suggère, mais ne démontre pas sans ambiguïté, l’existence de la vie sur Mars. En particulier, les ondes d’obscurcissement observées par photométrie qui partent des calottes polaires en phase de vaporisation à travers les zones sombres de la surface martienne ont été interprétées en termes d’activité biologique saisonnière.

Il suffit de dire que cette proposition a suivi de nombreuses autres idées trop optimistes sur la recherche de la vie sur la planète rouge. Bien qu’il soit fascinant de voir à quel point le phénomène d’assombrissement périodique dont ils ont discuté pourrait effectivement s’intégrer dans une image d’une biosphère de surface sur Mars – et reste peut-être une leçon plutôt décevante dans la surinterprétation de données limitées.

Mais le point clé est que nous avons en fait le plus souvent été d’avis que la vie est là-bas et que nous pourrions expliquer certaines observations cosmiques. Le problème est que, à mesure que les données se sont améliorées et que le contrôle s’est intensifié, la présence de la vie ne s’est pas révélée – à partir de l’exploration planétaire ou de la recherche d’intelligence extraterrestre. Et à cause de cela, nous sommes passés à l’autre extrême, où la question est passée de «quoi» à «si».

Bien sûr, nous avons aussi probablement systématiquement sous-estimé le défi à travers les siècles. Aujourd’hui encore, il est évident que la recherche d’émissions radio structurées issues de la vie technologique n’a jusqu’à présent fait qu’effleurer la surface d’un espace complexe de paramètres; un fait magnifiquement quantifié et articulé par Jason Wright et ses collègues en 2018, comme étant un peu comme regarder dans un bain à remous d’eau pour tirer des conclusions sur le contenu des océans de la Terre.

En ce sens, la question la plus fondamentale est peut-être de savoir si nous sommes, cette fois, technologiquement équipés pour résoudre le casse-tête une fois pour toutes. Il ne fait aucun doute que notre capacité à ressentir les phénomènes les plus éthérés et les plus fugaces du cosmos est à un niveau record. Mais il semble y avoir une ligne fine entre la reconnaissance de cette possibilité passionnante et le fait d’être la proie du genre d’orgueil dont certains de nos précurseurs ont été victimes. Bien entendu, nous disons, c’est le plus de temps particulière dans l’ existence humaine, si nous ne pouvons étendre nos esprits et nos efforts alors tout peut être révélé!

Bien sûr, aucun de nous ne peut savoir avec certitude dans quelle direction tout cela se passera. Nous ferions peut-être mieux d’être très explicites sur l’incertitude inhérente à tout cela, car c’est en fait incroyablement excitant de devoir affronter l’inconnu et l’inconnaissable. Ce que nous ne devrions pas faire, c’est permettre à la nature imprévisible de ce pendule particulier, oscillant entre les possibilités, de nous dissuader d’essayer.

The Black Vault : La légende OVNI des «alliages métalliques» inconnus hébergés dans un entrepôt secret de Las Vegas

The Black Vault : La légende OVNI des «alliages métalliques» inconnus hébergés dans un entrepôt secret de Las Vegas

____________________________________________

«Les bâtiments ont été construits pour abriter du matériel. Cela signifie que si Bigelow collectait du matériel, il serait ensuite stocké dans les bâtiments modifiés », a déclaré Elizondo à The Black Vault dans un e-mail. «Je n’ai jamais dit qu’il avait effectivement collecté du matériel pour AAWSAP. Comme je l’ai toujours dit, je faisais partie de l’AATIP et n’avais pas grand-chose à voir avec AAWSAP. »

The Black Vault

____________________________________________

Attention, article important !!! John Greenewald éclaircit les choses de façon définitive, sur les “matériaux stockés” dans des locaux à Las Vegas. On reprend le passage en question :

Sous la direction de M. Bigelow, la société a modifié des bâtiments à Las Vegas pour le stockage d’alliages métalliques et d’autres matériaux qui, selon M. Elizondo et les entrepreneurs du programme, avaient été récupérés à partir de phénomènes aériens non identifiés. Les chercheurs ont également étudié des personnes qui ont déclaré avoir subi des effets physiques lors de rencontres avec les objets et les ont examinées pour détecter tout changement physiologique. En outre, les chercheurs se sont entretenus avec des membres du service militaire qui avaient signalé des observations d’avions étranges.

«Nous sommes en quelque sorte dans la position de ce qui se passerait si vous donniez à Leonardo da Vinci un ouvre-porte de garage», a déclaré Harold E. Puthoff, un ingénieur qui a mené des recherches sur la perception extrasensorielle pour la CIA et a ensuite travaillé comme entrepreneur. pour le programme. «Tout d’abord, il essaierait de comprendre ce qu’est ce truc en plastique. Il ne saurait rien des signaux électromagnétiques impliqués ou de leur fonction.

Il est donc très (très) intéressant de lire les précisions apportées par Leslie Kean et Luis Elizondo. Mode marche arrière ? Moi, je veux bien qu’on me dise que rien n’avait été affirmé dans cet article maintenant célèbre, mais entre Décembre 2017 et aujourd’hui, on semble ne plus parler des mêmes choses. Bref…

Article de The Black Vault 

____________________________________________

Proposition de traduction :

Au cours de la semaine dernière, une affirmation selon laquelle le Pentagone avait admis avoir des débris d’ovnis, et qu’il avait publié les résultats des tests, a commencé à faire circuler les canaux de médias sociaux et certaines publications des médias grand public. En fin de compte, ne gagne du terrain que dans les journaux de style tabloïd connus pour leurs titres sensationnalistes et leurs affirmations farfelues ; l’histoire globale a été facilement démystifiée assez rapidement. Mais, cette brève attention à une affirmation extravagante a ravivé l’intérêt pour une histoire différente de 2017, lorsque le NY Times adéclaré que «des alliages métalliques… avaient été récupérés à partir de phénomènes aériens non identifiés [UAP]», donnant à beaucoup l’impression que des bâtiments spécialement modifiés en Las Vegas, Nevada, étaient utilisés pour stocker et testerle matériau inconnu. Mais est-ce que ces entrepôts secrets stockaient réellement le matériel? Et sinon; existe-t-il même?

La légende commence

L’intérêt a été ravivé dans un article du NY Times de 2017 qui insinue que des «alliages métalliques» d’ovnis sont stockés dans un bâtiment à Las Vegas.

Le 16 décembre 2017, Helene Cooper, Ralph Blumenthal et Leslie Kean ont écrit l’article explosif, « Glowing Auras and ‘Black Money’: The Pentagon’s Mysterious UFO Program . Ce trio de journalistes a présenté le programme avancé d’identification des menaces aérospatiales (AATIP), ce qu’ils ont appelé le «programme mystérieux des ovnis du Pentagone». Dans cet article, enterré trente et un paragraphes sous leur tête de mât, il y avait une allégation explosive selon laquelle des bâtiments spécialement modifiés étaient utilisés pour abriter des débris obtenus à partir d’objets volants non identifiés (OVNI), ou ce qu’ils appelaient des UAP.

«Sous la direction de M. [Robert] Bigelow, la société [Bigelow Aerospace] a modifié des bâtiments à Las Vegas pour le stockage d’alliages métalliques et d’autres matériaux que M. [Luis] Elizondo et les entrepreneurs du programme ont déclaré avoir été récupérés à partir de phénomènes aériens non identifiés,» l’article décrit. «Les chercheurs ont également étudié des personnes qui ont déclaré avoir subi des effets physiques lors de rencontres avec les objets et les ont examinées pour détecter tout changement physiologique.»

Vide

Un sondage de 24 heures sur la page Twitter de The Black Vault a recueilli la participation de 629 personnes, qui croient toutes à une écrasante majorité que le NY Times rapportait que de véritables débris se trouvaient dans les entrepôts de Las Vegas. Même avec une marge d’erreur satisfaisante, cela montre que les trois quarts des personnes interrogées ont toujours ce sentiment.

À la suite de la rédaction de cet article, beaucoup de ceux qui ont lu l’histoire , ainsi que les organes de presse qui l’ont critiquée, ont cru que cela indiquait que des «alliages métalliques» provenant des UAP étaient activement stockés dans ces bâtiments. Cette affirmation a été vantée dans de nombreuses publications, qui à leur tour ont aidé à créer une légende OVNI de plus de trois ans sur des pièces de «métal» provenant de vaisseaux inconnus logés dans des entrepôts secrets à Las Vegas. Les points de vente qui ont couvert cet angle comprenaient Scientific American , Live Science , New York Magazine , Vice News , Space.com , Popular Mechanics , The Independent , Deadspin., et bien d’autres, qui véhiculaient tous l’affirmation du NY Times sur les «alliages métalliques» et les bâtiments dans lesquels ils résidaient.

La clarté

Cependant, malgré l’affirmation apparemment incontestable avancée par le NY Times sur les alliages, et l’absence d’opposition légitime connue à ce qui a été imprimé; il est maintenant clarifié par ceux qui sont intimement impliqués dans l’histoire globale ici plus de trois ans plus tard.

Vide

Luis Elizondo a contacté The Black Vault pour corriger le dossier concernant les «alliages métalliques» tel que rapporté par le NY Times.

Le Black Vault a été informé cette semaine par M. Luis Elizondo , l’homme qui dit avoir dirigé le programme AATIP avant sa retraite du ministère de la Défense (DoD). Il a estimé que la citation du NY Times pouvait être déroutante pour certains, après l’avoir vue citée dans un article la semaine dernière sur ce site.

«Les bâtiments ont été construits pour abriter du matériel. Cela signifie que si Bigelow collectait du matériel, il serait ensuite stocké dans les bâtiments modifiés », a déclaré Elizondo à The Black Vault dans un e-mail. «Je n’ai jamais dit qu’il avait effectivement collecté du matériel pour AAWSAP. Comme je l’ai toujours dit, je faisais partie de l’AATIP et n’avais pas grand-chose à voir avec AAWSAP. »

AAWSAP était le programme d’application du système avancé d’armes aérospatiales, un programme qui, selon Elizondo, diffère de l’AATIP. Où AAWSAP, également selon Elizondo , s’est concentré sur une vision à large spectre du paranormal et a été dirigé par la filiale de Bigelow Aerospace appelée BAASS; L’AATIP s’est concentré sur plus des «écrous et boulons» des UAP qu’Elizondo dirigeait tout en travaillant au Pentagone.

Le NY Times n’a jamais mentionné AAWSAP dans son rapport original, même si ses affirmations concernaient davantage ce programme que l’AATIP référencé.

Et puis il n’y en avait pas

Avec Elizondo niant avoir jamais dit que Bigelow abritait du matériel UAP, cela laisse l’autre partie de l’affirmation du NY Times selon laquelle les «entrepreneurs du programme» avaient également confirmé le stockage des mystérieux alliages. Comme cela a été établi, Bigelow serait l’entrepreneur global lié à AAWSAP, et par hasard, il a récemment abordé la revendication «d’alliage métallique» d’OVNI dans une interview vidéo il y a quelques semaines.

Vide

Robert Bigelow parle au journaliste d’investigation George Knapp, dans une interview vidéo publiée sur MysteryWire.com.

Lors d’une discussion en tête-à-tête avec George Knapp de MysteryWire.com , Bigelow a été interrogé à bout portant sur la réclamation. «Le NY Times a rapporté que vous aviez modifié votre installation ici afin de loger du matériel venant d’ailleurs. L’avez-vous déjà eu? A demandé Knapp. Bigelow a simplement répondu: “Nous n’en avons jamais eu.”

Pour confirmer en outre qu’aucun entrepreneur n’a informé le NY Times des pièces d’UAP hébergées à Bigelow Aerospace, The Black Vault a également contacté le Dr Hal Puthoff . Puthoff est le président et chef de la direction d’ EarthTech International , et à ce moment-là, il a été entrepreneur et «conseiller scientifique principal» de BAASS pendant l’AAWSAP. Interrogé sur les déclarations de Bigelow et Elizondo concernant les débris UAP acquis et étudiés pendant l’AAWSAP; La brève réponse de Puthoff à The Black Vault a été que «leurs déclarations sont correctes».

Les contradictions

Le Black Vault a également contacté les journalistes qui ont rédigé la déclaration originale qui est devenue plus controversée qu’incontournable. Leslie Kean a été la seule à répondre directement et pense que The Black Vault a «mal interprété» ce qu’ils avaient écrit à l’origine.

«Vous avez mal interprété ce que nous avons dit. Nous n’avons pas écrit que Bigelow avait collecté du matériel via AAWSAP ou que Bigelow en avait jamais eu du tout », a déclaré Kean dans un message direct sur Facebook. «Nous avons dit que Bigelow Aerospace avait modifié les bâtiments afin de pouvoir stocker les matériaux récupérés de ce que les entrepreneurs nous avaient dit avoir été récupéré à partir de phénomènes aériens non identifiés.»

Vide

Ralph Blumenthal apparaît sur MSNBC le lendemain de la publication de l’article du NY Times. Il a raconté une histoire détaillée sur le matériel testé par des scientifiques et a rappelé son article qui faisait référence au matériel, ce qui semble être une contradiction claire par ses co-auteurs.

Bien que Blumenthal et Cooper n’aient pas répondu directement aux demandes de commentaires de The Black Vault, une interview de Blumenthal avec MSNBC le 17 décembre 2017 fournit non seulement un contexte supplémentaire des affirmations du NY Times, mais elle trouble également davantage la situation.

Contrairement à la déclaration de Kean selon laquelle le NY Times n’a jamais dit que les bâtiments de Bigelow avaient le matériel, mais plutôt les avait modifiés en préparation; Blumenthal a raconté une histoire assez détaillée sur le «matériel» étudié par les scientifiques au cours de ce programme. En fait, il l’a fait en parlant spécifiquement du «programme OVNI» du Pentagone et de son article co-écrit dans le NY Times sur l’AATIP. Il rappelle la seule section de leur article qui traite des matériaux, où les trois auteurs de l’article ont spécifiquement écrit sur les bâtiments spécialement modifiés de Bigelow Aerospace, qui ont été modifiés uniquement pour abriter les «alliages métalliques» UAP.

Vide

Dans une interview avec MSNBC, l’un des auteurs de l’article du NY Times, Ralph Blumenthal, rappelle directement son article, semblant complètement contredire l’interprétation et la signification du même paragraphe par ses co-auteurs.

“Ils ont, comme nous l’avons rapporté dans l’article, du matériel à partir de ces objets qui est à l’étude afin que les scientifiques puissent trouver ce qui explique leurs propriétés étonnantes, cette technologie de ces objets, quels qu’ils soient”, a déclaré Blumenthal à Yasmin Vossoughian de MSNBC. «Ils l’étudient. C’est une sorte de composé qu’ils ne reconnaissent pas.

Il semble que sur la base de l’interview de Blumenthal avec MSNBC, deux des trois co-auteurs de l’article semblent en désaccord avec les faits qu’ils rapportaient tous les deux à l’origine.

Mais, malgré l’apparente contradiction, Blumenthal maintient ce qu’il a dit. Bien qu’il n’ait pas répondu directement à The Black Vault, Kean a transmis une déclaration lorsqu’elle a été interrogée sur la contradiction.

«Leslie a répondu plus tôt pour nous deux. Ce que j’ai dit sur MSNBC est exact et je ne vais pas au-delà. Aucun autre commentaire. »

Lorsqu’on leur a demandé des éclaircissements supplémentaires sur la façon dont les déclarations de Kean et de Blumenthal pouvaient être vraies; Kean n’a pas répondu à la date de publication de cet article. (Tous les suivis soumis seront ajoutés ici)

Pour rendre les choses encore plus confuses, la vérité derrière les «alliages métalliques» rapportés en 2017 deviendrait encore plus insaisissable avec le temps. Deux ans et demi après l’entretien de Blumenthal en 2017 avec MSNBC; lui et Kean sont apparus ensemble sur une chaîne YouTube appelée «Project Unity» dans une interview conjointe le 25 juillet 2020. Dans cette interview, Blumenthal a semblé changer sa version précédente de l’histoire sur ce qui était vraiment logé à Las Vegas.

«Nous avons signalé que Robert Bigelow, qui était un entrepreneur du programme et qui était proche de Harry Reid qui a obtenu l’argent pour le programme, avait construit un entrepôt pour contenir les matériaux récupérés. C’était dans l’histoire », a déclaré Blumenthal. «C’est tout ce que nous avons. C’est tout ce que nous avons pu découvrir à l’époque. Blumenthal poursuit ensuite en déclarant que depuis leur article original, ils ont appris que «… aucun matériel n’a été fourni», et que «… ils n’ont jamais été mis dans l’entrepôt».

On ne sait pas pourquoi l’histoire détaillée sur les matériaux et les tests transmise à MSNBC en 2017 a été omise, et le 2020 est passé à dire qu’aucun matériau n’a jamais été hébergé à Las Vegas ni même donné à Bigelow pour l’AAWSAP.

Vide

Bâtiment au siège de Bigelow Aerospace, situé à Las Vegas, Nevada.

«Plusieurs millions» de dollars

Si trois acteurs majeurs de la saga AAWSAP et AATIP conviennent tous qu’il n’y avait pas d ‘«alliages métalliques» à Las Vegas, alors pourquoi les bâtiments ont-ils été modifiés en premier lieu? Le prix à payer pour faire un tel remodelage, selon Bigelow, était de «millions» de dollars.

«Nous avions acheté des installations, dépensé plusieurs millions de dollars pour acheter des bâtiments et j’avais un vaste programme pour faire une construction majeure sur cette propriété en plus de ce que nous avons déjà ici et cela allait être vraiment amusant et cool», a déclaré Bigelow à MysteryWire .com interrogé sur l’article du NY Times et le travail que Bigelow a réalisé via l’AAWSAP. «Donc, nous n’aurions rien qui dépasserait beaucoup la surface, j’allais utiliser des systèmes de survie que vous utilisez dans l’espace parce que vous n’avez pas de porte par laquelle vous pouvez sortir ou de fenêtre que vous pouvez installer. Ainsi, vous survivez en fonction de l’écosystème des systèmes d’aide au contrôle environnemental que vous créez à bord de vos stations. Et donc j’allais les mettre en œuvre dans l’installation souterraine, ce qui allait être substantiel et c’était donc très amusant à faire.

Si l’article du NY Times avait raison sur la construction de modifications pour le matériau UAP, mais tout simplement incorrect avec l’impression que le matériau y était réellement stocké, pourquoi Bigelow Aerospace aurait-il besoin d’écosystèmes artificiels et de «systèmes de soutien au contrôle de l’environnement» dans une installation souterraine ces «alliages» et autres morceaux de débris? Qui a informé Bigelow qu’il obtiendrait du matériel pour déclencher un projet en dépensant «plusieurs millions de dollars» en vue de son arrivée? Les modifications ont-elles été effectuées avec l’argent des contribuables sur les 22 millions de dollars qui seraient allés à Bigelow Aerospace pour le contrat AAWSAP?

Les réponses à ces questions sont inconnues.

Le Black Vault a contacté Bigelow Aerospace à plusieurs reprises au cours des deux dernières années au sujet de l’AAWSAP et des revendications du NY Times en 2017. Ces demandes ont toutes été ignorées à ce jour.

Il y a du matériel OVNI – mais où?

Vide

En janvier 1997, j’ai déterré par le biais de #FOIA de l’armée, un dossier autrefois classé intitulé «Soucoupes volantes présumées du Danemark». L’incident semble s’être produit en 1947. À l’intérieur de ce dossier, se trouvaient de mauvaises photocopies de nombreuses photos d’un certain type de débris de la «soucoupe volante».

Avec un passé confus de reportages sur des OVNIS ou des UAP; cela pourrait vous revigorer de savoir qu’il existe en fait du matériel provenant d’engins inconnus, et il est documenté dans les archives du gouvernement américain. Bien qu’une partie de cette documentation remonte à des décennies , elle n’en est pas moins documentée. Mais qu’en est-il aujourd’hui? Le gouvernement américain et l’armée cachent-ils activement des artefacts OVNIS et les testent-ils?

Cette réponse est difficile à trouver. Dans une interview du 31 mai 2019 entre Elizondo et Tucker Carlson de Fox News; cette vérité peut avoir commencé à se révéler, ne serait-ce que pour un instant.

«Pensez-vous, sur la base de votre décennie de service dans le gouvernement américain sur cette question, que le gouvernement américain a en sa possession du matériel provenant de ces avions?» Demanda Tucker Carlson. En hésitant clairement à répondre, Elizondo a simplement déclaré: “Oui, oui.” Carlson a rapidement suivi. “Vous pensez que le gouvernement américain a des débris, d’un OVNI, en sa possession en ce moment?” Et c’est cette question qui a poussé Elizondo à fermer la porte pour aller plus loin. «Malheureusement, Tucker, je dois vraiment faire attention à mon NDA [accord de non-divulgation]. Je ne peux vraiment pas entrer dans beaucoup plus de détails que cela. Mais, en termes simples, oui.

Vide

Luis Elizondo est apparu dans l’émission FoxNews de Tucker Carlson le 31 mai 2019 et a révélé qu’il croyait que le gouvernement américain était en possession de débris d’ovnis.

Peu de temps après l’apparition d’Elizondo sur FoxNews, il a fait une interview avec Alejandro Rojas et OpenMinds.tv . Pendant ce temps, Elizondo a évoqué de son propre chef les documents en possession du gouvernement américain, ce qui a suscité un échange intéressant.

«Maintenant, j’ai déclaré pour l’enregistrement quand on m’a demandé, lors d’une récente interview de Tucker Carlson, est-ce que je crois que ce matériel existe? Euh, je suis d’accord, je maintiens absolument cette déclaration, mais je ne pense malheureusement pas pouvoir en dire plus là-dessus », a affirmé Elizondo. Rojas a ajouté: «C’est vrai. Et pour clarifier, je veux dire, vous pensez que cela existe probablement, mais ce n’est pas quelque chose que vous pouvez prouver. Elizondo a répondu: «Je n’ai pas dit cela. Je vais juste, je vais probablement poliment, détourner cette question. Ainsi la porte fut refermée.

Elizondo a en outre clarifié avec The Black Vault, que son affirmation sur le «matériel» provient de «de vraies informations non liées à AAWSAP». Où, ou quoi, ce matériau reste un mystère.

Saurons nous un jour?

Il est impossible de dire si, ou quand, le gouvernement américain se rendra compte s’il détient vraiment des débris d’ovnis. Les pouvoirs en place ont une longue histoire documentée de dissimulation de toute l’histoire depuis un certain temps, quelle que soit cette histoire.

Cependant, malgré la frustration du grand public de ne pas connaître la situation dans son ensemble et quelle est la vérité ultime, il y a un aspect crucial pour arriver à ce point: l’exactitude. Précision dans les rapports et précision de ceux qui transmettent les histoires.

Comme prouvé au cours des deux dernières semaines, de nombreuses affirmations erronées sur les débris d’OVNIS ont circulé et sont facilement démystifiées. Ajoutez à cela une clarté nouvellement révélée qui ternit partiellement les affirmations publiées il y a trois ans par le NY Times, cela devient un marais trouble de rumeurs non fondées et d’affirmations peu claires.

À première vue, de nombreuses histoires semblent claires, concises et époustouflantes. Pourtant, une fois contestées, de nombreuses histoires s’effondrent. Et ceux qui ne l’ont pas encore fait; ils sont fortement remis en question.

C’est peut-être le plan. Peut-être que tout cela fait partie d’une campagne de désinformation massive menée par la communauté du renseignement américain qui a réussi à semer la confusion dans le grand public au point de ne rien croire. Ou, peut-être, tout cela est une partie nécessaire d’une stratégie bien orchestrée et finement conçue qui nous conduit tous sur un chemin étape par étape vers la «divulgation» où les fausses vérités sont saupoudrées de vérités absolues afin d’obtenir progressivement le général public à croire. Ou peut-être que c’est tout autre chose.

Quelle que soit la cause de tout cela, en fin de compte, personne n’a encore la bonne réponse. Au moins pas encore.

Site Maybe Planet : du nouveau !

Site Maybe Planet : du nouveau !

Bonsoir à tous,

On commence le week-end avec des nouveautés sur le site du Maybe Planet !

____________________________________________

Si la page d’accueil est riche et visuellement top, nous avions constaté qu’il restait difficile d’aller consulter des articles datant de plus de 15 jours. Philippe a donc procédé à un enrichissement important, avec un Menu accessible en haut de site.

Vous pourrez donc sélectionner le thème qui vous intéresse pour accéder beaucoup plus facilement les articles récents et plus anciens. Nous allons d’ailleurs refaire un check de nos publications pour bien les classer.

  ____________________________________________

Autre nouveauté, qui nous tenait également à coeur : un onglet Témoignage. Le Maybe est un média, mais nous ne nous interdisons pas le cas échéant d’étudier un témoignage intéressant.

Vous pourrez donc maintenant nous partager votre expérience. Nous nous réservons bien sur le droit de donner suite ou pas.

____________________________________________

Un grand merci à Philippe pour ces améliorations, et n’hésitez pas à nous faire remonter vos retours !

 

Pin It on Pinterest